Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Lexique de vocabulaire ancien.

Mot

Définition

Source

Affevat

Tenancier (bordelais)

G

Agrière

=Champart : redevance annuelle proportionnelle à la récolte.

B

Part de récolte versée par le tenancier au seigneur foncier (en français : champart).

F

Artigues

Bois ou landes défrichés afin de les rendre cultivables entre le X° et le XIII° siècles.

A

Aubarède

Plantation d’aubiers (ou saules).

B. F. G

Barrail

Prairie

G

Base

Récipient servant au transport de la vendange

G

Begueyrieu

Redevance équivalant au fouage

G

Bourdieu

De l’occitan borda, à l’origine ferme ou métairie, et par extension domaine comprenant le logement du maître, celui des domestiques, les chai, cuvier, écurie, grange…..et entouré de vignes, de bois de hautes futaies, de pacages et de terres labourables.

A

Unité d’exploitation aux mains de la famille conjugale ou des communautés familiales ou tacites qui groupe tous les éléments d’habitation et de la mise en valeur.

B

Cartulaire

Au Moyen-âge, registre des écrits solennels accordant des privilèges, des franchises, réglant des intérêts et transcrivant des actes qui fixent l’histoire et les titres de propriétés des seigneuries laïques ou ecclésiastiques.

A

Cens

Rente seigneuriale et foncière dont un héritage est chargé envers le seigneur du fief d’où il dépend. C’est la marque de seigneurie que le seigneur s’est retenu quand il a baillé à cens et rente une terre dépendant de son fief.

D

Censives

Au Moyen-âge, terres concédées par le seigneur aux serfs affranchis qui devaient leur payer une redevance : le cens.

A

Champart

=agrière : redevance annuelle proportionnelle à la récolte.

Civadage

Redevance, à l’origine payée en avoine, versée au seigneur en contre-partie de la jouissance des padouens.

G

Cornau

Quartier de paroisse.

B

Quartier d’une paroisse formé d’un habitat (écart ou hameau) et de cultures, probablement gagné par défrichement.

F

Courrège

Rang de vigne

G

Déhès

Le domaine seigneurial était partagé en :

une réserve ou déhès exploîté directement par le seigneur au moyen de serfs, puis par des corvées, enfin par des salariés

des tenures concédées à des tenanciers,

les communs

Douil

Vaisseau vinaire, cuve

G

Estey

Petit cours d’eau dans lequel remonte la marée

F

Exporle

Droit de mutation acquitté par le tenancier au changement de seigneur ou de tenancier.

B. G.

Déclaration de cens.

Droit d’exporle : droit de mutation

D

Eysines

Droit d’usage des communs, équivalent de padouentage.(semble toujours employé au pluriel)

E

Fazendure (bail à)

Parfois concédé à moitié fruit, s’apparente au métayage. Plus souvent, cependant, prévoit une redevance en nature inférieure à la moitié ainsi que des versements en argent. Conclu pour 3 à 9 ans.

Fief

Domaine, terre noble qu’un vassal tenait d’un seigneur sous condition de lui prêter foi et hommage et de lui fournir certaines redevances.

A

Gazaille

Gazaille : (Jurisprud.) : en quelques pays signifie un bail de bestiaux. Le contrat de gasaille ou bail à cheptel fixe les modalités de garde d’un ou plusieurs bestiaux qu’un propriétaire (le bailleur) confie à un éleveur ou à un cultivateur (le preneur). Grande encyclopédie Diderot d’Alembert.

Fonctionnement : deux types de contrats existent :

* à miey gouadainh : à moitié profit. Dans ce cas, le preneur bénéficie de la moitié des gains obtenus (lait, fromage, fumier, laine).

* à gasalhe : le preneur peut utiliser les animaux pour le travail, il peut avoir les produits laitiers et le fumier, le reste étant à moitié profit (laine, augmentation du cheptel). C’était un mode de placement avantageux pour le propriétaire tandis que le preneur avait l’avantage de pouvoir utiliser le bétail pour l’exploitation de ses terres sans débourser l’argent pour les acheter au départ. Les contrats se concluaient oralement les jours de marché puis ils étaient rédigés chez le notaire.

Hoirs

Héritiers.

D

Hostau

Maison à usage d’habitation

F

Joualle

Mode de plantation où les rangs de vigne alternent avec des places vides cultivées en céréales, légumes…. par opposition aux vignes pleines ou à suite.

g

Jurade

Sous l’ancien régime, nom donné au conseil municipal de la ville de Bordeaux composé du maire et des jurats.

A

Manoeuvre

corvée

G

Mayne

Maison d’habitation avec ses champs, héritage des manses du haut moyen-âge.

B

Maison d’habitation avec ses dépendances immédiates et les terres attenantes

G

Manse

Au Moyen-âge habitation rurale à laquelle se rattachait une certaine étendue de terres.

A

Padouen

Terre d’exploitation collective.

B

A l’origine : objet de libre usage (chemin, eau, pacage etc…). Au XVIII° ne s’applique plus qu’au pacage commun.

E

Vacants relevant d’une seigneurie sur lesquels les habitants disposent de droits d’usage, principalement pour le parcours du bétail (en français : communal). A bordeaux, les rues, les places publiques et les fossés étaient aussi des padouens.

F

Pâturage, communal.

G

Padouentage

Tantôt droit d’usage sur les padouens, tantôt la redevance payée en contrepartie.

G

Palu

Bourrelet alluvial bordant la Garonne. Par extension, zone humide en arrière du bourrelet.

F

Plantier

Section du terroir recouverte de vignes, parfois d’aubiers.

G

Quartière

Redevance levée par l’archevêque sur les dîmes

G

Questal

Personne de condition servile acquitant la queste au seigneur dont elle dépend personnellement.

F

Rège

Sillon.

Mesure de superficie assimilable au pas (0m,89)

B

Parfois sillon, parfois mesure de superficie.

G

Réserve

Voir déhès.

Sadon

Désigne aujourd’hui encore 10 rangs de vigne de 100 pas chacun.

D

Sègue

Roncier.

C. p62.

Haie

Causorn

Tènement

Parfois unité d’exploîtation, le plus souvent partie du terroir grevée d’un cens collectif ;

Tenure

Voir Déhès.

SOURCES.

A Origine et essor des quartiers de Mérignac. Pierre et Ginette Gilliard.

B L’alleu en Bordelais. Boutruche.

C L’Entre-deux mers à la recherche de son identité.

D Cahiers Méduliens n°6.

E Les Padouens du Bordelais. Pierre Harlé.

F La banlieue de Bordeaux. Michel Bochaca

G La seigneurie en Bordelais. Gérafd Aubin.

Texte de Michel Baron, 2013.

joomla template