Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La filature de soie de Blanquefort.

Avant 1869, une filature de soie a existé à Blanquefort, dans le quartier des sables de Chante-Coucou, au lieu-dit des Pins. Les prairies étaient plantées de nombreux muriers, dont les derniers spécimens ont disparu vers 1980, lors de la création du lotissement.

Dans une vente de M. et Mme Fau à M. Ginouilhac, le 08 août 1869, devant le notaire de Blanquefort, Maitre Courregeoles, le sieur Jean Fau, cultivateur à Blanquefort, et la dame Marie Campagne, son épouse, demeurant au lieu des Sables Chante-coucou à Blanquefort, agissant avec le sieur François Carrerot, laitier, ont vendu à M. Jean Emile Fortuné Ginouilhac, propriétaire, ancien négociant armateur, demeurant à Bordeaux, rue de Grassi,

- une chambre et un chai, le tout contigu, situé au lieu des Sables Chante-coucou à Blanquefort (noté en marge au crayon : partie de la mère Mme Janicot),

- un petit terrain en jardin, même lieu, ayant une largeur de 12 m au nord et 10 au midi,

- un autre terrain en jardin situé au lieu de Virebouc,

- les droits de propriété et d’usage qu’ont les vendeurs sur une fournière et la place commune au couchant d’icelle dit lieu des Sables Chante-coucou, observant que la dite place a 8 mètres de largeur à partir du mur de la dite fournière, en entrant par le chemin public vers midi jusqu’à la borne faisant l’encoignure du chai du sieur Carrerot,

- le droit de puisage au puits situé à ce dernier lieu, appartenant à la succession Dongey,

- les droits qu’ont les vendeurs à un terrain de forme triangulaire situé au même lieu de Chante-coucou, servant ou ayant servi à une filature de soie et connus sous le nom de grange dans le partage de la dite famille Dongey, confrontant…

soie

Pour l’exploitation des jardins, il existe un passage d’1 m, 33 cm de large. Ces biens ont été acquis par le dit Fau de la dame Elisabeth Gougeon, épouse assistée et autorisée du sieur Guillaume Sol, garçon de commerce, rue Planturable n° 73 à Bordeaux…

Succession de l’aïeule de Lagrange (acte du 11.07.1823 Maitre Courrégeoles). Prix de 200 F pour Carrerot et 2 000 F pour les époux Fau.

En 1894, le souvenir de la filature perdure dans un acte notarié : dans son testament du 25 juin 1894, M. Ginouilhac dit en son point 8 : « Je donne à Noémie Janicot, notre femme de chambre, née le 12 décembre 1873, la somme de 8 000 F, plus un petit immeuble, composé de deux petites maisons communiquant, l’une de ces maisons a servi jadis de filature à soie et a été convertie en auberge, l’autre maison est une grande pièce au couchant de l’ancienne filature et y attenant et communiquant, le tout occupé actuellement par un locataire qui y tient auberge. Ce petit immeuble ainsi que le petit jardin derrière au nord et séparé par la place commune est situé à Blanquefort au lieu des Sables ou Chante-coucou ».

soie2

[Testament olographe de M. Ginouilhac du 25.06.1894 déposé chez M° Desclaux de Lacoste, notaire à Bordeaux, (3E 31 866 aux archives départementales) suivant acte de ce dernier du 21.05.1896 (3E 31 888]

Pour mieux connaitre le travail de la sériculture, cliquez ICI.

joomla template