Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le quartier Saturne.

Avec les grands programmes d'habitat de l'État dans les années 1960 et les encouragements successifs d'accession à la propriété depuis la décennie 1970, le parc immobilier de Blanquefort connaît un développement spectaculaire. Ces opérations présentent des formes urbaines et architecturales caractéristiques des modes et des types de construction successifs. Néanmoins, la ville n'accueille pas de grands ensembles comme Bordeaux ou les communes de la rive droite de la communauté urbaine. À Blanquefort, les lotissements et les résidences de taille plus ou moins modestes s'y étendent depuis les années 1950. Le marché immobilier y demeure foncièrement privé, les opérations municipales sont rares et leurs dimensions réduites.

À juste titre, le lotissement dit de Saturne peut être considéré comme la première initiative communale d'envergure en matière de logement. Ce projet, proposé en 1951, s'implante sur deux vastes parcelles à l'ouest de la commune, dans le domaine de Gilamon. Les terrains sont acquis facilement par trois propriétaires et un échange a lieu avec un quatrième entre 1954 et 1955. Cent soixante et un lots sont d'abord mis en viabilité, couvrant une surface d'un peu plus d'un hectare.

sat-15

Le plan du lotissement communal, réalisé par les architectes parisiens Armand, Carme et Henry, est prêt vers 1955. Une esquisse de 1954 montre le parti adopté, qui n'a pas beaucoup varié dans la réalisation. L'avenue de l'Europe est établie sur l'ancien chemin vicinal 21, elle coupe le lotissement en deux îlots qu'une voie nouvelle périphérique réunit (rue de Gilamon et de Lestaing). Une voie centrale à la forme sinueuse découpe les îlots. Les maisons isolées, accolées par deux ou en bande sont réparties au long de ces rues nouvelles et des chemins, d'une placette et d'impasses ; l'ensemble est largement planté. Près de cinq kilomètres de voirie de toute sorte sont réalisés, l'éclairage est mis en place vers 1960 et les plantations, confiées après appel d'offre à l'entreprise Desmartis, réalisées quelques deux ans plus tard. Entre-temps, les terrains sont déjà en vente, l'opération ne semble pas connaître un grand succès à ses débuts puisque seuls cinq lots sont vendus en 1960, neuf en 1962 et six en 1963. Les terrains se vendent plus vite ensuite, d'autant que l'opération est lancée à des prix attractifs : les acquéreurs ont le choix entre neuf prix de terrains dans une gamme variant de 288 à 690 francs le mètre carré. Le cahier des charges précise les obligations des propriétaires : ils doivent particulièrement respecter les contraintes d'évacuation des eaux et d'assainissement, ainsi que le retrait des pavillons.

Ceux-ci, lorsqu'ils sont isolés ou jumelés, sont en principe en rez-de-chaussée tandis que les maisons en bande ont un étage. Le lotissement Saturne est étendu en 1962 sur le terrain Darreau ; en 1965, onze maisons supplémentaires suivent, puis six l'année suivante. De nombreux lotissements privés s'engagent après cette opération qui reste exceptionnelle. La municipalité les encourage en règle générale mais il arrive qu'elle refuse les demandes des propriétaires notamment lorsqu'ils morcèlent leur terrain en quelques lots seulement (Arch. Mun. Blanquefort, dossiers du lotissement Saturne).

sat-19

Texte issu du document : Blanquefort, structure urbaine et paysagère de la commune à travers l’histoire, association Pétronille, patrimoine et découverte, 1 place Lucien Victor Meunier, Bordeaux.

La commune a élaboré un cahier des charges de 19 articles pour le lotissement de Saturne dès le 19 mars1955 et qui a été vu et approuvé par le préfet le 25 août 1955.

L’inauguration officielle de l’avenue de l’Europe, au cœur du lotissement de Saturne, sur l’ancien chemin vicinal 21, a eu lieu le dimanche 27 novembre 1960 à 11 h 30 (conseil municipal du 12 novembre 1960).

Des témoignages d’habitants illustrent cette période intense de construction : les premières constructions sur ce lieu-dit de Saturne dont le nom est cité dès 1843 a été donné à un nouveau quartier urbanisé de la commune, ont débuté en 1956, après les travaux de viabilité et d’assainissement. L’école maternelle a été achevée fin septembre 1972 et l’école primaire peu de temps après.

Extraits de lettres familiales : En 1949, « Chère maman. Je t'écris ce soir au nom de toute la famille… André, lui, continue à bien manger. Il est bien occupé, car ce matin un cirque est arrivé, il y a une quarantaine de chevaux, ils se sont installés dans les prés de Saturne. Aussi, ce matin, avec Henri, ils ont été voir ça et tu penses qu'il y a eu des explications. Surtout qu'à midi, ils sont passés dans les rues avec la musique, et de plus nous réparons des roues de leur roulotte et ils partent demain matin. Jean ».

14 février 1962. « Blanquefort. La cité de Saturne est construite entièrement, le côté droit en allant sur le Taillan. André ».

14 octobre1962. « Blanquefort. Dimanche. Cher Roger. À Blanquefort, toujours pareil ; à Saturne, avenue de l’Europe, plantation d’arbres et sur le blockhaus qui restait fabrication d’un massif, on ne se prive de rien. Jean. »

Marcel Ferreira et son épouse sont venus construire leur maison à Saturne 39 rue de Lestaing en 1964 et son frère René en 1966 dans une maison voisine qui se vendait au n°37. La plupart des premiers habitants venaient du secteur des entreprises de la banlieue bordelaise, Dassault (Marcel), Sogerma (René), Snecma, etc.

« La demande se faisait à la mairie, M. Duvert étant maire, et le notaire de Blanquefort était M. Dugravier. Le lotissement de Saturne s’est bâti sur un terrain que la municipalité avait acheté.

C’est le secteur nord (rue de Gilamon) qui a été construit le premier, la rue de Lestaing venant par la suite, dans les années 1971-1972. Un terrain valait 130 000 F. Les maisons avaient toutes une fosse septique, le tout-à-l’égout est venu plus tard.

Le lotissement a été bien conçu, grands espaces de verdure... C’est Henri Martin [entrepreneur blanquefortais] qui a construit 30 % du lotissement.

sat-18 future avenue de l'Europe.

Le réseau de bus s’est lentement mis en place ; au début, les bus s’arrêtaient (comme l’ancien tramway) chez Gégé, puis des lignes ont traversé Saturne et plusieurs changements ont eu lieu selon les évolutions du système local des bus.

À la création du lotissement, c’étaient beaucoup de jeunes couples avec des enfants en bas-âge, beaucoup d’ambiance et de solidarité. Par exemple, Marcel se souvient qu’avec sa voiture il allait à Bordeaux chez les libraires Mollat ou Peigne chercher les livres pour les enfants des écoles, en grande quantité, pour rendre service aux parents d’élèves. Ils ont beaucoup apprécié la création de l’école de Saturne qu’ils avaient demandé pendant des années. Les jeunes couples passaient leurs week-ends à achever leurs maisons. »

Texte d'Henri Bret.

 

 

 

joomla template