Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les victimes de la Seconde Guerre mondiale.

Sur une plaque de marbre, déposée au pied du Monument aux Morts de la Première Guerre mondiale d’Eysines, sont portés les noms des victimes eysinaises de la Guerre 1939-1945. Ces noms sont repris ici, classés en fonction des circonstances de leur décès et accompagnés d’indications sur leur état civil. La mention « Mort pour la France » (MPLF) est indiquée lorsqu’elle est portée sur l’acte de décès ; mais ces actes l’omettent souvent à tort. D’autres noms ont été ajoutés, ils concernent des victimes de la guerre qui, bien que non portés sur la plaque, ont un lien avec Eysines.

La campagne 1939-40. Contrairement à une idée assez répandue, les combats du début de la guerre ont été d’une grande violence. La résistance de l’armée française a souvent été acharnée aux prix de pertes importantes.

Les morts.

*Isnel Delord. Mort le 2 septembre 1939 à Vendôme (41) sur la route de Tours, de Jean François Ismel Delord, célibataire, né le 26 février 1918 au Haillan, tourneur sur métaux, fils de Jean Baptiste et de Jeanne Fourthon. Décès déclaré par son frère Jean Baptiste habitant Saint Denis. Pas de mention MPLF, pas d’allusion à sa situation militaire. Mobilisé, Isnel se serait tué dans un accident de moto en se rendant à son centre.

* Jean Robert Argilos. Tué à l’ennemi le 15 mai 1940 à Baisy-Thy (Belgique). 1er Escadron du train des équipages. Né le 30 janvier 1915 à Eysines, fils de Jean (+ plF 4.10.14) et de Marguerite Madeleine Goupil, époux d’Irène Senon (26.10.35 Saint-Médard) et de Germaine Catherine Fabas (7.10.37 Bordeaux). Adopté par la nation (tribunal civil de Bordeaux le 29.419).N’est pas sur le monument d’Eysines ; Décès non transcrit à Eysines.

* Jean Pion. Disparu le 23.5.1940. Caporal affecté au Dépôt d’infanterie n° 145. Né le 18.7.1913 à Moulis, Habite à Eysines. MPLF. Jugement du 29.10.1954. Acte transcrit à Eysines le 29.10.1954.

* Henri Lannevère. Mort le 2.6.1940 à Bierne (Nord). Sergent au 341° RI. Rec. Bordeaux n° 660. Né le 17.4.1904 à Eysines, fils de Jean et Marie Lacabe. Époux de Juliette Delaube. Habite Eysines. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 2.11.1942.

* Émilien Boyrie. Mort le 9.6.1940 à St Martin Longueau (Oise). Caporal 6° Rég. Génie. Recrutement Bordeaux N° 1281. Né le 11.5.1910 à St Médard en Jalles. Fils de Jean & Emilie Christian, époux de Marie Mathieu. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 5.9.1942. N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines.

* Jean Joseph Danet. Mort le 15.6.1940 à Sainte Ménéhould (Marne). Caporal au 11° RI. Recrutement Bordeaux N° 1249. Né le 30.4.1910 à Eysines, fils de Jean et Françoise Yvonne Eyquem. Habite Lescombes. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 17.4.1943. Sa veuve décède aussitôt après la transcription.

* Édmond Aumailley. Mort le 19.6.1940 sur la Plage des Huttes à Gravelines (Nord). Recrutement Bordeaux, matr. 1964, classe 1928. Brigadier au 80° Groupe de Reconnaissance Divisionnaire. Né le 8.11.1908 à Eysines. Fils de Jacques et Marguerite Lignat. Époux d’Irène Dignan. Habite la Forêt. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 4.6.1942.

* Jean Isnel Argillos. Mort le 13.7.1940 à bord du « Cap Tourane » au large des côtes de Sardaigne. Caporal au Groupe Aérien d’Observation 590. Né le 6.6.1915 à Eysines. Fils de feu Ismaël François (MPLF) et Anne Durgeon. Acte transcrit à Eysines le 22.10.1946. Le 13 septembre 1940, Jean Isnel Argilos voyageait à bord du paquebot « Cap Tourane » au sein d’un convoi qui, parti de Bône, rejoignait Marseille. Au large de la Sardaigne, le « Cap Tourane » heurte une mine italienne. Le « Cassidaigne ui navigue avec lui se porte à son secours et heurte une autre mine ; il coule en cinq minutes. Le « Ginete le Borgne » arrivé à la rescousse heurte lui aussi une mine et coule en deux minutes. Malgré ses avaries, le « Cap Tourane » rejoint Ajaccio.

* Robert Pierre Baudon. Mort le 4.8.1940 (acte établi à Brive la Gaillarde). Caporal au 26° RI. Né le 16.4.1919 à Eysines, fils de Jeanne Baudon. Célibataire. Lescombes. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 27.1.1944.

* René Mounier. Mort à Eysines Bourg le 27.2.1943. Employé de tramway. Né le 12.11.1913 à Marcheprime. Epoux de Julie Lugat. MPLF. N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines. Selon son petit-fils, il a contracté une maladie en service, retourné dans ses foyers, est décédé de ses suites.

Après la défaite de 1940, plus d’un million et demi de militaires sont prisonniers de l’armée allemande. La plupart d’entre eux seront contraints de travailler soit en usine, soit dans des fermes.

Les prisonniers de guerre.

* Nestor Tamarelle. Mort le 10.4.1941 à Kurn près de Ratisbonne (Allemagne). Caporal au 618° Régiment de Pionniers. Né le 29.2.1904 à St Antoine / l’Isle (33). Fils de Joseph & Marie Félicie Lacombe. Epoux de Marie Claude. Habite la Forêt. Acte transcrit à Eysines le 2.3.1942. MPLF.

* Raymond Pelé. Mort le 17.6.1940 à l’Hôpital des prisonniers de guerre (Église). Soldat 73° Batterie des commis ouvriers d’artillerie contre avions. Recrutement Bordeaux, mat. 1830. Né le 8.1.1915 à Paris. Habite Eysines. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 8.3.1943. Acte semble établi à Nogent sur Seine (Aube). N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines.

Les requis pour le Service du Travail Obligatoire.

À partir de 1942, les classes mobilisables sont requises pour aller travailler en Allemagne. Certaines professions bénéficient de dérogations. De nombreux jeunes ne voulant pas partir vont se cacher à la campagne où ils finissent par constituer les premiers maquis.

* Jean Gilbert Lafitte. Mort le 23.4.1944 à Borne (Allemagne). Né le 24.7.1922 à Eysines. Fils de Marcel et Marie Eyquem. Habite Eysines. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 10.7.1946.

Des Eysinais se sont engagés dans la Résistance et l’ont payé de leur vie. Si la mémoire des époux Baudon est régulièrement honorée, il ne faudrait pas oublier les autres victimes.

La résistance et la déportation.

* Gérard Argilos. Né le 12.5.1914 à Eysines. Habite 3 impasse Saint Projet à Bordeaux. Fusillé le 31.3.1942 au Camp de Souge. Ancien apprenti mécanicien à l’usine Dyle et Bacalan. Selon le site « Loiseau », a participé à la Résistance sous la direction de Laurent Puyo. N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines, est sur le monument du camp de Souge à Martignas. Acte de décès non transcrit à Eysines. Pas de mention du décès sur acte de naissance. D’après Gilbert Argilos : travaillait comme chauffeur pour les occupants tout en ayant des activités dans la Résistance. D’après « Face aux pelotons nazis », il avait fait son apprentissage de mécanicien à l’entreprise Dyle.

* Pierre André Baudon. Né le 27.2.1897 à Eysines le Vigean, fils de Pierre Baudon, charcutier 33 ans et de Marie Guitard 24 ans. Marié le 10.9.1917 à Bruges avec Jeanne Yvonne Dupain. Mort pour la France le 29.7.1944 fusillé au Camp de Souge. Acte dressé le 30.8.1944 à Martignas et transcrit à Eysines le 2.11.1945. « Charles », par l'intermédiaire de « Jeannot » Dumora, va faire prévenir André Baudon, propriétaire qui abritait chez lui, au Vigean, le plus important dépôt d'armes et d'explosifs du Corps Franc « Marc », le mettant en garde contre les risques énormes que lui, ainsi que sa famille, courraient du fait de l'arrestation de « René », connaissant l'existence du dépôt, et lui suggérant de quitter au plus tôt son domicile. Le lendemain 27 juillet, le dépôt sera investi par les Allemands. André Baudon ainsi que sa femme Yvonne sont arrêtés. (site Loiseau).

* Yvonne Jeanne Baudon née Dupain. Née le 10.3.1899 à Bruges, fille de André Louis Dupain et de Gabrielle Texier Combattante du Corps Franc « Marc » Déportée à Dachau convoi du 9.8.44. Décédée à Ravensbrück le 25 septembre 1944 (arrivée le 1er sept. 44). Monument aux morts d’Eysines. Stèle de Gazinet. Voir : J.O. n° 152 du 3.7.1987 p 7273. Livre mémorial des déportés de France tome 3 page 58.

* Marcel Charlassier. Mort en décembre 1944 à Sachenhaussen (Allemagne). Né le 13.11.1913 à Saint Médard en Jalles. Fils de Oscar & Anne Soulier. Epoux de Laure Paccuzi. Habite Eysines. Acte établi par le Tribunal de 1° Instance de Bordeaux le 7.4.1948. MPLF. N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines. J.O. du 4.7.2010, page 12200. FMD : convoi du 4.6.1944, Compiègne, Neuengamme.

* Raoul Clémenceau. Mort le 18.2.1945 à Valhingen (Allemagne). Menuisier. Né le 18.11.1907 à Bordeaux. Fils de feu Marcel et Marie Deluzen. Époux de Marguerite Lemaire. Habite Lescombes. MPLF. « Mort en déportation ». Acte transcrit à Eysines le 13.11.1946. J. O. du 17.2.1987, page 14701. FMD : convoi II/427 du 13.4.1944, Gare de l’Est, Natzwiller-Strutof (67). D’après Bordeaux 1940-44, Raoul Clémenceau arrêté le 15 septembre 43. Résistance communiste. S’agit-il du responsable du groupe FTPF Audron cité par Loiseau ?

* Marcel Jogourd. (site Loiseau) Né le 22.2.1914 à Mérignac. Marcel Jougourd, avant son arrestation est présenté comme faisant partie d'un groupe de résistants de la métallurgie « Ceux de la SNCASO ». N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines. Une rue de Mérignac porte son nom.

* Serge Christian Lagarde. Né le 4.7.1923 à Eysines. Mort le 12.6.1944 à Buchenwald. JO du 19.6.1992 p 08023 FMD : convoi du 16.4.1943, Compiègne, Mauthausen. N’est pas sur le monument d’Eysines.

* Pierre Arnaud Lasserre. Né le 16.2.1924 à Talence, fils de Nicolas & Marie Morère. Mort le 5.1.1944 à Dora. Habite au Montalieu à Eysines. Célibataire. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 4.10.1946. Convoi du 16.4.1943 de Compiègne à Mauthausen. « Mort en déportation ». Voir : J.O. 248 du 24.10.1993, page 14790. L M D : I/137. Compiègne, Mauthausen

* Robert Jean Laurent. Mort le 21.9.1942 à Bordeaux. Né à Mérignac le 9.12.1915. Mécanicien. Habite Chemin du Château d’Eau à Eysines. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 15.3.1945.

* Jean Olivier Nicolas. Né le 21.5.1894 à Eysines, fils d’Antoine et de Marguerite Leboucheix, époux de Marie Madeleine Chabot. Mort le 13.5.1945 à Mathausen. N’est pas sur le monument d’Eysines.  Livre Mémorial des déportés de France, tome 1 page 139.

* Paulette Sauboua. Née le 12.10.1922 à Eysines. Morte le 20.3.1945 à Munich. « Morte en déportation ». JO du 19.5.1998. LMD : I/ 56, convoi du 9.10.1942, Paris, Trèves. Son nom a été donné : à Bègles, à une rue et à une résidence pour personnes âgées, à Talence, à une rue. N’est pas sur le monument d’Eysines

Les Combats de la Libération.

* Yves Guy Gérard Labouheume. Né le 18.9.1919 à Eysines, fils de Jean et de Jeanne Vigouroux. Mort pour la France (tué au combat) le 20.8.1944 à Moissac (82). Acte transcrit à Eysines le 15.10.1947. Edith. Mort à la Libération sur le pont de Moissac. Se serait tué lui même par accident. Etait Officier de carrière dans l’Armée de l’Air.

* Louis Guy Edmond Jean Faure. Mort le 1.6.1945 à l’Hôpital Militaire de Saintes. Caporal au 18° Régiment de Chasseurs. Né à Bordeaux le 24.6.1908. Habite au château de Lescombes. MPLF. Acte transcrit à Eysines le 10.7.1945. N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines.

* Henri Harribey. Mort le 5.10.1944 à Eysines Route du Médoc. Né le 6.2.1914 à Villenave-d’Ornon. MPLF. N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines. Mémorial du Front du Médoc à Soulac.

La Campagne de Syrie.

En juin et juillet 1941, les troupes britanniques décident d’enlever la Syrie aux forces du gouvernement de Vichy. Des unités gaullistes combattent avec les Anglais.

* René Dhers, né le 31.12.1911 au Haillan, fils de + Jean Bertrand Baptiste Guillaume Dhers et de Jeanne Sinquet, époux de Eugénie Fnounou (qui habite Beyrouth). Maréchal-des-logis au 6° régiment de Chasseurs d’Afrique, 3° Escadron. Matricule au corps 3881. Décédé le 14.8.1941 à l’Hôpital de Campagne et d’Évacuation de Beyrouth (Liban). M.P.L.F. Acte transcrit à Eysines le 4.05.1957.

La maladie.

* Jean Pierre Clenet. Mort le 26.1.1942 au sanatorium Mariena à Cambo-les-Bains. 2° Régiment de Tirailleurs Marocains. Fils d’Adrienne Clenet. Né le 23.8.1913 à Bordeaux. Domicilié à Eysines. Transcrit à Eysines le 1.3.1944. Sa mère, née à Rochefort, enceinte, est obligée de quitter sa famille et se place à Bordeaux. A habité à Eysines pendant la guerre. Une famille Clenet à la Rochelle.

Les victimes civiles.

* Antoine Albert Christiaëns. Mort le 17.5.1943 à Bordeaux, cours Balguerie, victime du bombardement. Né à Bordeaux le 8.7.1892. Époux de Marie Madeleine Cavalié. Habite Eysines. Transcrit le 2.6.1943. N’est pas sur le Monument aux Morts d’Eysines.

Michel Baron.

joomla template