Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le garde-champêtre.

« Le garde champêtre, avant la guerre, allait de quartiers en quartiers, c’était l’usage, il avait un tambour, il tapait et il lisait à haute voix les arrêtés municipaux. Les gosses criaient : «  voilà Joseph, voilà Joseph ! » Je me souviens très bien de ce Joseph (Joseph Labat et sa femme), il habitait un petit logement dans l’ancienne mairie, sur la gauche (bibliothèque actuelle de la maison du patrimoine). C’était amusant parce que c’était des coutumes d’autrefois, çà a disparu à ce moment là, je crois qu’il n’y a pas eu de garde champêtre après Joseph ! C’était un homme de l’âge de mes parents, il aurait plus de cent ans maintenant ».    

Son logement était déjà occupé avant-guerre par le garde-champêtre précédent, M. Florenceau, qui a exercé cette tâche à Blanquefort. « Mon grand-père Florenceau, du côté de ma mère, ancien gendarme à cheval, de 1919 à 1935 environ, a été remplacé par un ancien gendarme. Son fils d’ailleurs a été dans la police municipale de Blanquefort. Il habitait dans l’ancienne mairie, un logement du côté école des filles. Le garde-champêtre de l’époque donnait des leçons aux gens, il vérifiait que les fossés étaient tenus propres, que les voisins les entretenaient. Il se déplaçait en vélo, il délivrait les permis de chasse ; à la retraite, il est parti à Linas. Quand j’étais enfant, on faisait du vélo autour des canons qui se dressaient devant la mairie ».

labat

joomla template