Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les réquisitions des châteaux entre 1940 et 1945.

À Blanquefort, le chiffre des réquisitions de châteaux et propriétés est impressionnant : une trentaine.

Dans le Médoc, il est de tradition d’appeler « château » tout domaine viticole, nonobstant les caractéristiques de l’habitation et la superficie du terrain attenant.

« Tous ces châteaux ont connu la bonne époque ; leur faste et leur entretien étaient l’orgueil de leurs propriétaires. Le commerce des vins était florissant ; il occupait sur place toute la main d’œuvre disponible, faisant vivre les familles ; car on menait bon train, une vie alors plus facile. Toutes ces fortunes ont disparu ; il n’ est plus permis aujourd’hui d’ entretenir un tel luxe, de telles charges, de tels impôts et droits de succession avec partages familiaux ; tout cela prélevé sur une fortune éparpillée par le temps. Nous constatons qu’il n’y a plus de grandes familles, plus de châteaux entretenus autour de nous ; ils sont la propriété d’ écoles ou d’organismes de santé, dans un monde qui évolue et où tout ce luxe ne serait pas compris aujourd’hui ».

requisition-chateauxPendant la période de 1939-1945, 24 châteaux et 85 maisons furent réquisitionnés, auxquels il faut ajouter le grand camp de repos du Soustra, ainsi que les unités dispersées de la DCA et des projecteurs, et la construction d’ouvrages défensifs dont les fameux blockhaus, et autres points surveillés, en particulier la gare et les accès routiers. La bourgeoisie bordelaise, au XIX e siècle, avait acheté des terres et fait bâtir dans le Médoc. Les familles Petit, Piganeau, Avril, Tastet seront les plus grands propriétaires de la commune de Blanquefort au début du XXème siècle. Le commerce et le négoce se faisaient à Bordeaux, mais les familles venaient souvent pour les vacances, bénéficiant de l’agrément d’ un parc ombragé, du potager, de la vigne, des fleurs. La vigne assurait alors de confortables revenus aux propriétaires.

Les Allemands viennent occuper la grande majorité des châteaux, en particulier pour loger leurs états-majors. La raison de la non-occupation par des soldats allemands de quelques châteaux ou belles demeures de Blanquefort est que ces habitations n’étaient pas habitables, ou qu’il n’y avait pas de pièce disponible car la famille était nombreuse, comme à Linas, Corn, l’Hermitage, Curegan, Lagnet.

Une observation générale de la commune de Blanquefort durant la période de 1939 à 1945 nous amène à penser que les états-majors allemands ont planifié leur installation en tenant compte d’une répartition géographique stratégique. Chronologiquement, les différentes réquisitions des châteaux et maisons en blocs furent assez regroupées.

Texte et illustrations extraits du livre « Années sombres à Blanquefort et dans ses environs 1939-1945 », Catherine Bret-Lépine Henri Bret, publication du G.A.H.BLE, 2009, page 198.

joomla template