Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Origine et évolution de certains toponymes.

*Andouilla vient de Landoilha 1577 (la lande), Landeuillas 1761, Landouilles 1806, Landouilla 1843, et l’Andouilla 1937.

*Andrian viendrait du prénom André.

*Berdaca vient de Berdasse en 1437, Verdaque au XVIIIème siècle (îlot de verdure, couleur verte),

*Bregnay vient de Brinhatz 1358, Brenhays 1404, Breignais 1576 et Brignais en 1761, un des noms les plus anciens de la commune,

*Cagnarde vient de Caignarde 1578 ou Cagnayre (cagne en gascon signifie chienne ou paresse)

*Calandin ou Calendron, du nom d’un ancien curé du XIVème siècle.

*Caychac vient de Cayssac 1367, Quissac 1524, Queyshac 1548, Queyssac 1695, Cachac de 1843 à 1958, puis Caychac (domaine de Cassius…)

*Clapeau vient de Clapauts 1503, Clapaus 1510, vient de Klappa, tas de pierres ou Clapey le clapier.

* Corbeil vient de Corbicula (la corbeille), Gorbella au XIVème siècle, Gorbeille, Gourbeilhe Mayne de Gorbeilhe dit maison de la Voulp 1550.

*Couterey, terrain planté de coudriers, de noisetiers.

*Curegan vient de Curgan 1541 (prénom chrétien d’origine romaine), Curegan 1761, puis Crugan, Curejean 1821, Curegan 1937.

*Déhez vient de château du Hé, puis du Dees (fin du XVIIème siècle, Desse 1843, puis Déhez.

*Dinassac ou Dinessac, (XVIème siècle) origine gallo-romaine.

*Fenestras 1476 et en 1550 « les Fenestres de Prat », fenestre : petit coin dépourvu d’arbres dans la forêt et disposé pour tendre des pièges (Anne Cavignac), c’est un lieu-dit du village de la Ribeyre…

*Gabarreyre vient de Gabarrey (1574), fabricant ou propriétaire de gabare (bateau) ou du gascon « gabar » lande buissonneuse.

*Galochet vient de Galochers, sans doute du latin « Gallus » le caillou.

*Gaston 1585, le domaine du Mayne Gaston planté en vignes,

*Grangeot ou Grandjau.

*Grattecap, en gascon « gratte tête »

*Grattequina 1806, écrit « Gratte Qui N’a en 1843.

*Gravette, extraction de la grave, très importante pour l’entretien des routes et des chemins.

*Hutte, lac des anciennes gravières.

*Lagnet s’est également écrit le Agnet, l’Agnet.

*Lagrolon vient de L’Agrolon en 1843, de L’Agraulon en 1958, peut venir d’agrôle, cerise acide plus petite que « l’agriot » (griotte).

* La Landille, petite lande

*Laroque, Roqua, 1365, Arrocques, Darroque, Roques, peut venir de « roche » ou « quenouille à lin ».

*Laubarède ou l’Aubarède XVIème siècle, Daubarède et Aubarèdas en gascon une plantation d’aubarède, d’osier, utilisé pour le travail de la vigne, mais aussi d’aubiers, de saules, d’ormes, d’arbres à bois blanc. On disait souvent le vîme pour l’osier qui servait à fixer la vigne sur ses supports…

*Lestaing 1506 du gascon « estagn » étang, nom d’une ancienne métairie

*Lille ou L’Isle, désigne une petite éminence ou bien L’Isle, seigneurs de Mataplan au XVIème siècle…

*Linas, vient de Linars en 1400, puis Lynas en 1563

*Liquard ou Licard, métairie du nom d’une famille de Bordeaux.

*Le Luc, propriété d’une famille noble de Blanquefort et d’Eysines 1299.

*Madères, ancien lieu dit 1566, « lieu où les édifices étaient ruinés et où il ne reste que des masures » signalé par l’abbé Baurein. En gascon, « madère » désigne une masse de boue. Au XVIIème siècle, il y avait de la vigne et on y chassait l’alouette. Un « bosc » (bois, forêt) de Maderas est cité en 1516.

*Majolan, Maiclano en 1174, Mayolan 1550, Majoula au XVIIIème siècle, vient peut-être du gaulois « madiclanum » clairière, défrichement.

*Malagemme, déformation possible de « malagène », mal aisé…

*Marnières, on extrayait la marne pour faire des briques réfractaires, les trous devenaient des mares…

*Marotte, marais et métairie du nom du propriétaire avant la Révolution, Joseph Marot, avocat bordelais.

*Marpuch, s’est appelé Marpus au XIVème siècle, on y cultivait le chanvre. La partie « puch » signifie élévation, hauteur.

*Martinat (an V), Marthinat et Martinac en 1541 (métairie « noble » en 1756) près de Breillan

*Mataplan vient du fief de Motheplan au XIIIème siècle 1299, puis Matheplan et Mataplane. Vient de « matte » terre d’alluvions. Premières vignes du Médoc. Maison noble au XVIIIème siècle, appartenait à la famille Maignol.

*Michels. Bertrand de Michel, chapitre de Saint André en 1360 est sans doute à l’origine des noms de lieu « les Michels », le « Pont des Michels » et « le marais des Michels ».

*Montagne, endroit légèrement surélevé, il est mentionné les Nones et les Nonnes, puis est devenu le Pont des Religieuses.

*Neurin s’est nommé : Nourin, Neyrin, Noyrin au XVIème siècle, vient de la couleur noire, fut planté de vignes.

*Padouens vient de Pas d’Ouen ou Pas d’Ouins, suivant les cartes, ce sont des terres vaines, pacages dont jouissaient les habitants. Ecrit encore « paduent ».

*Pellegrin, vient de Pellegris ou Pellegrin, du gascon « Pellegri », pèlerin. Un ruisseau « rieu de Pellegrin » est mentionné en 1516, peut-être y trouvait-on une fontaine consacrée, lieu de pèlerinage.

*Perric 1516 vient probablement du prénom Pierre, mais peut-être aussi de perric, nom d’une petite poire.

*Petit Lacanau, le « canau » en Médoc est un chenal, du latin « canna », jonc, roseau.

*Peybois vient de : éminence boisée, du gascon « pey ». Il y avait une gravière.

*Peyrestruc : élévation de terrain (puch, pey), s’est appelée Puch Astruc 1421 et Pughasrruc en 1299

*Pey Seurin en 1577 fut un des noms de Caychac sous le nom de Cornau de Seurin, puis Peyserin en 1843.

*Picherie, sans doute un propriétaire.

*Pigeonnay, évoque un pigeonnier.

*Pinpin, près de Canteret, évoque la « piquette » dès le XVIème siècle. On y extrayait de l’argile pour la poterie.

*Pins, lieu-dit planté de pins.

*Plassan, moulin à la limite d’Eysines, connu sous le nom de moulin noir, vient de la famille Plassan, bourgeois de Bordeaux au XVIème siècle, s’est écrit aussi Plaçan.

*La Plantille, petite superficie de jeune vigne.

*Pommiers, lieu-dit en 1575

*Ponson, du nom d’un propriétaire

*Pontac, idem, ce furent les seigneurs du Luc sous Louis XV.

*Poujeau 1506 « petite côte » mène au lieu-dit sur la commune du Pian-Médoc.

*Prade d’Aubert, pré appartenant à un nommé Aubret ou Bret ou bien à un bègue. En gascon, « prade » signifie pré et « bret » bègue.

*Prat, pré en gascon, lieu-dit « village de prat » en 1576, en 1506 « corneau de Deymey » village actuel de La Rivière.

*Queyrac, (nord du quartier de la gare) mot médocain « queyre » qui signifie ver du bois des arbres.

*Queyron, lieu-dit noté : Cayron du Putz en 1560, puis Keyron en 1843 pour devenir Queyron au XXème siècle. Origine gasconne possible : « cayre » : un angle (droit) et par extension un terrain à angles droits…

*Rajaduis, près des Tuilières en 1769, évolution des mots gascons « raja » et « arrajà » ensoleillé, exposé au soleil, ou le nom d’un habitant d’origine étrangère 

*Ratay, sans doute de rat avec suffixe péjoratif, cité au XVIème siècle.

*LaRenney, 1574, s’écrit aussi Lareney et Laraney au XVIIIème siècle. De « arena » sable (lieu d’extraction…), ou de rainette, petite grenouille. C’est cette origine possible qui a entraîné au XXIème siècle l’appellation d’un grand quartier du Blanquefort d’aujourd’hui.

*La Rivière était au XVIème siècle la Ribeyre ou village du Prat (du pré), il s’agissait d’un ruisseau ou « rieu » qui se jetait dans la jalle de la Lande.

*Roupitet chez Belleyme déjà en 1761, de « roupit » le rouge-gorge en gascon, roupitet en est le diminutif.

*Les Sables, plusieurs lieux-dits dont le sol est composé de sable : de Chante Coucou, de Lacoste, de Coulom, de Larue, ainsi que le Sablat et le Sablonet

*Segat de Rougey, ce fut autrefois un segat : une forêt de pins.

*Solesse, auparavant Saulesse (port abandonné à la fin du XVIIIème siècle). Le nom vient du saule, qui pousse prés de la jalle. Vignoble au XIIème siècle. Le nom varie : Saules, Saulessa, Saulesse 1311.

*Soustra, le Soustrat chez Belleyme, Soustre rappelle une lande, une terre d’ajoncs.

*Soutey, 1509, du latin « subtulu », loge, toit à porcs. Carrefour important au début du XVIème siècle, signalé par la « croix de Sotey », appelée aussi « croix de Robert Guilhem » et « croix du chaffault ».

*Tables, prairie appelée Barrail Aquard en 1843 au dessus de l’écluse, elle est mentionnée Grandes Tables, c’est peut-être le « prat de la Taule du Luc » 1541. Un lieu-dit la taulette (petite table) existe en 1383 (taule signifie table en gascon).

*Trembley 1506, métairie ancienne, lieu planté de trembles.

.*Tujean, mais aussi Tuyan 1544, puis Tucjean, vient de « tuc », éminence en gascon.

*Vaneau, bois qui évoque l’échassier.

*Vigney ou Vivey en 1889, essai de plantation de vignes dans le marais ?

*Vivey, vivier, du latin « vivarius », parcelle proche d’un vivier.

joomla template