Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

1940, le recensement des personnes juives.

Après la débâcle de mai-juin 1940, les pleins pouvoirs sont donnés à Pétain. Le 27 septembre 1940, le Militärbefehlshaber (commandement militaire) publie la première ordonnance enjoignant impérativement aux Juifs de la zone Nord (français ou étrangers) de se faire recenser avant le 20 octobre.

Le premier statut des Juifs est établi par le gouvernement de Vichy le 1er octobre 1940. Il exclut les Juifs de tous les postes de la fonction publique, de la presse et du cinéma, prévoit leur exclusion des professions libérales et proclame la notion de race juive, alors que l'ordonnance allemande du 27 septembre ne fait référence qu'à la religion juive. Selon ce statut, « est regardée comme Juif toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race, si son conjoint est lui-même juif. »

Les 2 et 3 octobre également, la préfecture de police communique, par voie de presse et d'affiches sur les murs : « La déclaration prescrite par ordonnance du chef de l'administration militaire en France concernant les Juifs sera reçue, à Paris et dans le département de la Seine, par les commissaires de police. Les ressortissants juifs devront, en conséquence, se présenter dans les commissariats des quartiers ou circonscriptions de leur domicile, munis de pièces d'identité.
Afin d'éviter une trop longue attente, les intéressés sont invités à se rendre, selon la première lettre de leur nom, aux dates indiquées au tableau ci-après ».

Le recensement s'échelonne du 3 au 19 octobre.
La déclaration du chef de famille était valable pour toute la famille. Les Juifs recensés devaient fournir : le nom, les prénoms, la date et le lieu de naissance, le sexe, la situation de famille, la profession, la confession, la durée ininterrompue de séjour en France, la nationalité, la filiation, le domicile actuel.

Les déclarations sont ensuite centralisées à la préfecture de police.
Les fiches individuelles sont orange pour les Juifs étrangers, bleues pour les Juifs français.
Les fiches familiales sont beiges pour les Juifs étrangers, bleues pour les Juifs français.

Le fichier central permet ainsi d'identifier chaque Juif, de procéder aux vérifications demandées par l'administration et les divers services de police, de sélectionner les Juifs par rues, nationalités, etc., d'examiner le cas des personnes arrêtées.
Les déclarations donnent lieu à l'ouverture d'un « dossier juif » : tout célibataire reçoit un numéro de dossier, de même que mari et femme et leurs enfants de moins de quinze ans se voient attribuer un dossier portant un numéro identique.

Texte extrait du site un livre du souvenir, cliquez ICI.

Le recensement se fait sur une feuille pré-remplie ayant pour titre : Recensement des Israélites. Exécution de l’ordonnance du Commandant Suprême des Forces Armées Allemandes en territoires occupés en date du 27 septembre 1940.

Les Juifs qui peuvent démontrer être en possession du droit de Citoyen des Etats-Unis d’Amérique ne sont pas astreints à cette déclaration.

La déclaration est formulée, remplie et signée par l’intéressé. Une colonne indique la confession.

Une seule personne juive est recensée, en 1940, vivant à Blanquefort.

Pour la découvrir, cliquez ICI.

Texte extrait des archives personnelles de C.et H. Bret.

joomla template