Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La demande de radiation du registre istaélite.

Aux archives départementales, dans le dossier de l’intendance régionale de police, pour la commune de Bègles, on trouve une fiche et plusieurs courriers concernant la famille H., avec sa radiation du registre des Israélites le 6 août 1943. L’histoire est complexe. M. H. Raymond a signé le 30 octobre 1940 une déclaration indiquant sa confession israélite ainsi que celle de son fils Max, son épouse par contre est signalée catholique. Mme H. écrit le 14 avril 1943 au Préfet qu’elle a fait « baptiser son fils Max comme en fait foi le certificat de baptême que je joins à cette lettre. Quant à moi, étant séparée de mon mari depuis le 4 juillet 1941 et ayant eu un premier jugement, je n’ai rien qui me rattache à la religion juive, étant mariée civilement. J’ai donc l’honneur, Monsieur le Préfet, de solliciter votre haute bienveillance de bien vouloir me considérer comme catholique….. ».

Une lettre du secrétaire général du Préfet Régional, Questions Juives du 29 avril 1942 signifie à Mme Jeanne H., demeurant à Bègles que « pour être radiée du registre des Israélites, vous devez fournir votre extrait de baptême, les extraits de baptême de trois de vos grands-parents ou tout autre pièce attestant de leur qualité de catholique (telle qu’extrait d’obsèques religieuses…)  ».

Un rapport circonstancié du 25 septembre 1942 de l’inspecteur Raiser de la police des Questions Juives à Bordeaux et de l’inspecteur Cortambert, a pour objet l’enquête sur l’aryanité de la nommée H., née L. Marie Jeanne et de son fils Max. Elle est née en 1914 à Blanquefort Gironde, de Marcel et de Marie Louise L.. Elle est ouvrière en grillage, de confession catholique, conjoint juif, vit séparée de son mari depuis le 4 juillet 1941. Sont citées les pièces justificatives : son extrait de baptême en l’église de Blanquefort, ceux de son père, mère, grand-mère paternelle, maternelle et grand-père maternel à Blanquefort, son fils Max est également de race aryenne, toute sa branche maternelle étant aryenne… Un certificat médical du docteur Camille Rudeau, 64 rue Ferrère, signale qu’H. Raymond a subi l’intervention de la circoncision sans que l’on puisse affirmer qu’il s’agit soit d’une opération rituelle ou d’une intervention chirurgicale le 9 juillet 1943.

Texte extrait des archives personnelles de C.et H. Bret.

joomla template