Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La période du Directoire.

Pendant la période du directoire, « le cadastre est créé. Si des relevés ou arpentages ont été établis dès le XVIème siècle dans certaines provinces de France, c'est en application de la loi du 15 septembre 1807 et entre 1808 et 1850 qu'ils furent exécutés sur l'ensemble du territoire. C'est le cadastre dit « ancien cadastre ».

À Saint-Médard-en-Jalles, c'est le 27 mars 1808 que M. Brussaud, géomètre du cadastre, s'est présenté à la mairie pour commencer l'« arpentement » parcellaire de la commune.

Les guerres nombreuses demandent des besoins en matériels et en hommes considérables.

La conscription, depuis la loi du 8 fructidor an XIII (26 août 1805), se fait par tirage au sort, pour une durée de cinq ans, avec remplacement autorisé.

Nombreux sont nos concitoyens qui ont dû subir les affres de la guerre, avant de disparaître sur les champs des batailles napoléoniennes.

Trois d'entre eux sont décédés dans des hôpitaux, de maladie et non de blessures, c'est pour cette raison que nous avons retrouvé leur trace :

François Montignac, 22 ans, chasseur au 15° régiment d'infanterie légère, 5° bataillon, 5° compagnie, décédé en 1813.

André Castaing, 20 ans, grenadier au 95° régiment d'infanterie de ligne, décédé en 1814.

Jean Rapot, voltigeur au l0° régiment d'infanterie de ligne, 1er bataillon, décédé en 1814 dans un hôpital espagnol.

En octobre 1813, les armées anglaises victorieuses en Espagne envahissent le midi de la France. Wellington passe la Bidassoa et bat le maréchal Soult le 27 février 1814 à Orthez.

Le 12 mars 1814, Bordeaux ouvre ses portes au duc d'Angoulême, neveu de Louis XVIII, ainsi qu'aux troupes anglaises.

D'après des chroniqueurs locaux, ces troupes auraient séjourné quelques jours près du moulin de Gajac. L'administration de la commune est dirigée durant le Consulat et le Premier Empire par le même maire, Charles François Leclerq. Ancien agent municipal, suivant la Constitution de l'an III, il prend ses fonctions dès septembre 1800 et les garde jusqu'à son décès survenu à Saint-Médard-en-Jalles le 2S février 1814, quelques mois avant l'abdication de Napoléon le 6 avril 1814.

Au traité de Paris (30 mai 1814), la monarchie des Bourbons est restaurée, au profit du comte de Provence qui devient Louis XVIII. C’est la première Restauration. À Saint-Médard-en-Jalles, en avril 1814, le préfet de la Gironde Joseph Henri Joachim Lainé nomme Louis Eyquem maire. Ce dernier avait déjà administré la commune sous la Convention avant d'être l'adjoint de Leclerq. Il démissionnera en avril 1815, pendant les Cent Jours, durant lesquels Saint-Médard-en-Jalles a un nouveau maire : le notaire impérial Pierre Berninet, qui occupe ce poste d'avril à juillet 1815. »

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 19-20.

joomla template