Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Événement à la prison de Gajac.

Un an après la chute de Robespierre, en thermidor an III Guillet 1795), le citoyen Labuzan, dit « Cadet Pignon », commet un acte d'insubordination : il vole des fagots de bois.

En cette période agitée, on ne plaisante pas avec les séditieux. Ledit Pignon sera arrêté, désarmé et conduit dans la prison de Gajac conformément à l'arrêté du 22 messidor (10 juillet). Deux officiers, un sous-officier, un simple soldat, sous la direction du citoyen Jean-Thomas Bahr, propriétaire à Corbiac, commandant la garde nationale de Saint-Médard, le conduisent à la prison ; les portes sont closes. Ils demandent la clé au citoyen Cambon, propriétaire du château qui répond que « la clé n'est pas en son pouvoir ».

Que faut-il faire du coupable ? Il est conduit pour la nuit à Corbiac chez le citoyen Bahr. Le 20 thermidor (7 août), le nommé Pignon reconnaît et confesse sa faute. Il promet de ne plus récidiver. Le coupable est remis en liberté et quelques jours après ses « armes »... lui sont restituées.

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 19.

joomla template