Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les camps romains.

Ils sont les témoins de la présence gallo-romaine. Le Pujeau de la Capère (ou de la Capelle) « Lou pujôau de la capere », se situait sur la rive droite de la Jalle, à proximité de l'actuel pont métallique et de la piste cyclable. Cette fortification était composée d'une motte ovale de plus de cent mètres de périmètre à sa base, entourée par la Jalle et un large fossé. Elle est appelée camp romain par la commission des Monuments historiques. Elle fut également habitée au Moyen Âge où l'on y connaît la présence d'une chapelle. Dans le testament d'Aude de Tiran établi en 1337, Aude lègue à son petit-fils Raymond Guilhem de Caupenne « la grande et la petite motte et la chapelle ». De nos jours, la motte et le camp, aplanis en partie après les fouilles du siècle dernier, sont recouverts de taillis. La motte de Vialade (voie large), moins importante, est située à Picot près de la route de Lacanau, à proximité d'une grange en pierre dite « grange du tuilier ». Elle comprend « une butte circulaire entourée d'un fossé très profond. Elle avait environ deux cents mètres de périmètre » d'après E. Guillon, qui l'a visitée au milieu du XIXème siècle. La troisième motte, appelée le « Trou de la motte », aujourd'hui disparue, se trouvait à Hastignan. Elle se composait d'une butte circulaire artificielle de cent mètres de circonférence à sa base, entourée d'un large fossé de six à sept mètres de profondeur. Sous la féodalité, ces mottes ont été sans doute surmontées par les premiers « châteaux forts », qui n’étaient que des tours en bois. Dans un document très ancien, nous lisons : « Le seigneur de Jalès demorant a la ror de Jalès, alias a Hastinhan, en la parropia de Sent-Médard. » Il est aussi question de « moulins à foulon » (utilisés pour le foulage des draps), sis sur la Jalle, dont l'un appelé le moulin de Cantamerlle.                                                                                                                                                                

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 7-8.

joomla template