Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La Seigneurie de Corbiac.

Le nom de Corbiac apparaît entre 1322 pour des droits à payer, « taille, cens et autres impôts », et 1451 pour des « remises de droit de dîmes à cause d'absence de toute récolte ».

La « paroisse de Corbiac » apparaît dans des textes à partir de 1501 : tableau de la généralité de Bordeaux, relevé de cens et rentes dus au roi, baux à ferme faits par les délégués du chapitre de Saint-André, comme en 1501-1516 « des reconnaissances en faveur du prieuré de Bellefond dépendant du prieuré de La Sauve Majeure pour la paroisse de Corbiac ». Édouard III, roi d'Angleterre (1312-1377), écrit au notable bordelais Pierre Béguey ou Viguer demeurant à la Rousselle pour lui faire « remise d'impôts et cens annuel pour le bien de Corbiac et autres terres ».

À la fin du XVème siècle, Corbiac passe aux seigneurs de Lansac. En 1520, Alexandre de Saint-Gelais est seigneur de Lansac et de Corbiac, puis c'est le sieur de Pons qui est seigneur de Mirambeau et de Corbiac, et le 17 mars 1559 Pierre de Casse acquiert la seigneurie. Le titre seigneur de Corbiac est donné en 1561 pour un « dénombrement en faveur de M. Pierre de Casse, conseiller du roi au Parlement, abbé de Saint-Loubès et seigneur de Corbiac pour la paroisse de Saint-Médard-en-Jalle ».

En 1624, apparaît un nouveau titre sur une autorisation d'afficher, à la porte des églises paroissiales, « le dénombrement des terres appartenant à Joseph de Montaigne seigneur de Bussaguet, Le Taillan, Saint-Médard et des quatre parties de Corbiac ». En 1680, on note une ordonnance de paiement de gages sur requête de « Bernard de Portepain, chevalier, seigneur de la Salle du Ciron, Gajac et Corbiac, conseiller au Parlement, au nom et comme mari de dame Marie de Montaigne, fille unique et héritière au bénéfice d'inventaire de feu Henri de Montaigne, décédé le 18 octobre 1679 ».

Enfin, en 1769, dans les aveux et dénombrements de biens, domaine et devoirs seigneuriaux relevant du roi à cause de son duché de Guyenne, nous relevons « Marguerite Thérèse, Anne et Jeanne de Montaigne sœurs, demoiselles et messires Nicolas, Michel et Joseph de Montaigne frères, tantes et neveux, seigneurs et barons de Saint-Médard-en-Jalle, seigneurs et possesseurs par indivis des terres et seigneurie de Corbiac situées dans la paroisse du dit Saint-Médard avec tout droit de justice haute, moyenne et basse, droit de directivité et fondalité [domaine, possession ou droit à percevoir par le seigneur foncier] ». Il est aussi question de la maison noble de Corbiac située à Saint-Médard dans un inventaire entre 1633 et 1638. On ne dispose pas de trace matérielle de l'église ni de la maison noble (sauf si celle-ci était Le Castéra). La seigneurie de Corbiac est devenue fief de celle de La Motte-Gajac à partir de 1573.

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 14.

 

Pour en savoir plus sur les Seigneuries de la commune, cliquez ICI.

joomla template