Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La Seigneurie de Jalès.

Elle a donné son nom à la paroisse, puis à la commune. En 1268, dans l'hommage de Gombaud de Tiran à son suzerain Henri III, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine, il est question de la « parrochia Sancti-Médardi-de-Jalés ». Cette seigneurie était limitée au nord par la paroisse de Saint-Aubin, au sud par le fief de Candale et la Jalle, à l'est par la seigneurie de Tiran-Thil et à l'ouest par la seigneurie de Belfort. La maison noble, très modeste, se trouvait à l'entrée du village d'Astignan, derrière l'actuelle maison de la famille Déris-Jossomme. Nous la voyons sur le plan cadastral de 1808, mais plus sur celui de 1844. Il ne reste en 1998 qu'une maison basse, partie des dépendances où, sur une porte, était gravé au fer rouge : « Jacques de Grailly Saint-Médard Médoc ». Il était seigneur de Jalès au début du XVIIIème siècle et mourut le 7 juin 1731.

Actuellement, cette maison est délabrée et abandonnée. Près des dépendances de l'ancienne maison noble, sur l'emplacement de l'actuel lotissement de Grailly, il y avait une butte féodale connue sous le nom de « Trou de la motte ». Elle n'était pas naturelle. Il devait y avoir en son milieu une tour en bois construite au VIIIème siècle pour se protéger des invasions barbares. Ce fut sans doute le berceau de la seigneurie de Jalès avant la maison noble.

Retour dans le temps. La première trace des seigneurs de Jalès date du XIVème siècle. Dans un titre du 28 février 1389 que cite l'abbé Baurein (dans les Variétés bordelaises écrites au XVIIIème siècle), il est fait référence à « Bernard de Jalez damoiseau seigneur de Jalez ». Puis à sa mort, Jeanne de Jalès prend la succession avant que la seigneurie de Jalès passe à une branche cadette des Grailly. La famille Crely ou Grilly plus connue sous le nom de Grailly, originaire du pays de Gex près du lac de Genève, se fixa en Guyenne au milieu du XIIème siècle.

Jusqu'en 1453, ils furent d'ardents partisans des rois d'Angleterre ducs d'Aquitaine, qui les comblèrent de faveurs. Ainsi, ils devinrent vite puissants. Le plus illustre fut Jean III de Grailly, captal de Buch, qui s'opposa souvent victorieusement à du Guesclin. Il participa aussi, avec le Prince Noir, à la capture du roi de France Jean II le Bon à la bataille de Poitiers, le 19 septembre 1356. Quelques années plus tard, nous trouvons, seigneurs de Jalès : Jean de Grely, damoiseau, en 1459 ; un autre Jean de Grely, écuyer, en 1539 ; encore un Jean de Grely, propriétaire de 1561 à 1591 ; Jacques de Grailly, écuyer, « sieur de la maison noble de Jalès » en 1640 ; Jean de Grailly « escuyer, chevalier de la maison noble de Jalès » en 1697 ; Jacques de Grailly « gentilhomme, seigneur de Jalès » en 1711 ; Louis François de Grailly « écuyer, seigneur de la maison noble de Jalès » en 1770. À la mort de son père Jacques de Grailly, Louis François de Grailly hérite de « la maison formant dépendances », avec terres, vignes et bois. Sa sœur Marie de Grailly (épouse Sarran) reçoit « la maison noble de Jalés » et cinq parcelles de bois.

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 15.

 

Pour en savoir plus sur les Seigneuries de la commune, cliquez ICI.

joomla template