Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le fief de Candale.

Cette vaste étendue de landes (cent soixante hectares) s'étendait de Caupian à la limite de Martignas. II n'y avait pas de maison noble. Ce fief fut donné à bail en 1467 par Jean de Foix, comte de Candale, à plusieurs habitants du bourg de Gajac qui y menaient paître leurs troupeaux de moutons. Ce bail fut renouvelé régulièrement par les propriétaires successifs. Des différends naissent en 1604 au sujet de la limite des fiefs entre les propriétaires des terres de Niges et les tenanciers de celles de Candale.

Ils vont durer jusqu'à la Révolution. En 1714, Henri-François de Foix Candale, héritier de Gaston de La Valette, descendant du duc d'Épernon (l'un des mignons du roi Henri III) endetté, vend tous ses biens. La famille de Polignac se porte acquéreur du fief de Candale qu'elle conservera jusqu'en 1791.

En 1775, les seigneurs des fiefs - l'Ordre de Malte pour Nigès et le comte de Polignac pour Candale -, signent un accord reconnaissant la propriété des terrains contestés depuis 1604, soit 42 ha, à l'Ordre de Malte. Des bornes sont plantées en 1779, délimitant les deux fiefs. Elles existent encore en partie aujourd'hui. Mais les tenanciers de Candale n'acceptent pas cette décision et continuent à « faire visiter » ces terres à leurs moutons. Les heurts entre les deux parties se multiplient.

En 1791, Candale devient propriété de Saint-Médard-en-Jalles. La commune continue les procès avec Martignas jusqu'en 1841. Le 23 avril 1845, Saint-Médard-en-Jalles ayant perdu ces procès, les limites des deux communes sont fixées telles qu'elles existent actuellement. En 1853, à propos de la vente aux enchères de la « Grande Lande », le différend renaît entre les deux communes. Le préfet décide de n'apporter aucune modification aux limites établies. En 1856, contre l'avis du conseil municipal, l'administration des Eaux et Forêts décide de boiser Candale.

En 1965, l'État acquiert cet espace pour y implanter le C.A.E.P.E. (Centre d'achèvement et d'essais de propulseurs et engins).

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 15-16.

 

Pour en savoir plus sur les Seigneuries de la commune, cliquez ICI.

joomla template