Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le monument aux morts.

En 1919, l'État s'est engagé à verser sous son contrôle une subvention aux communes qui érigeraient un monument en hommage aux morts, sans toutefois en faire une obligation.

Dans la séance du 6 avril 1919, les conseillers municipaux sont chargés de propager l'idée d'un monument aux morts pour la patrie. Des subventions municipales et une souscription auprès de la population sont envisagées.

Un premier emplacement est choisi, sur la place de l'église, et une commission est formée pour suivre le projet. En 1919, un premier devis de 22 000 francs établi par l'architecte Marcel Grange, est jugé trop élevé ; la commune est dans l'impossibilité de réunir cette somme. Un deuxième devis de 17 000 francs est accepté par le conseil en novembre 1919.

L’adjudication des travaux va être lancée par le nouveau conseil élu les 30 novembre et 7 décembre 1919. Henri Martin est toujours maire et va continuer à suivre le projet. En décembre, il est décidé que le premier devis peut être repris, car il est possible d'utiliser les ressources de la forêt pour compenser la différence. On parle même de disposer deux canons allemands comme trophée de guerre de part et d'autre du monument ; ils arriveront dans la commune en juillet-août 1920, séjourneront quelque temps dans le parc de la mairie et on n'en reparlera plus ensuite.

Le 14 janvier 1921, un nouveau projet est envisagé. M. Firmin Montignac propose que la commune construise une tombe pour les enfants de Saint-Médard morts pour la patrie. La commission des finances ayant émis un avis favorable, c'est au cimetière et non sur la place de l'église que sera construit le monument et il surmontera un caveau. Il est aussi souhaité de placer dans la salle du conseil municipal une plaque commémorative immortalisant le nom des enfants morts pour la patrie.

Entre juin 1921 et le 19 février 1922, les fonds sont réunis, la souscription auprès de la population apporte 8 581,75 francs. L’adjudication a lieu, c'est l'entrepreneur Gautier, du Pian-Médoc, qui enlève le marché et exécute les travaux dans l'année. Le 11 novembre 1922, date à laquelle cette journée devient fête nationale, notre commune inaugure, à l'intérieur du cimetière, son monument aux enfants morts pour la patrie.

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 51-52.

joomla template