Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les costumes de mariées.

Les contrats de mariage des XVII et XVIIIèmes siècles comportent souvent une description détaillée de la tenue de la mariée car la fourniture de cette tenue était à la charge du futur. Et, la mariée n'était pas en blanc. En voici quelques exemples  :

1673, le 9 avril. Pour le jour des noces : une cote de serge rouge, une paire de brassières de cadis d'aignan [lieu de fabrication probablement], une garde robe et devantier de raze noire, une paire de souliers, une paire de bas, une drapelle. Pour le lendemain : une autre cote bleue.

1676, le 3 décembre. Une cote de serge violette, un corps de drap de Hollande couleur feu, brassières de cordillat d’aignan, drapelle, un garde robe et un devantier de raze noir, une paire de bas et une paire de souliers et autres assortiments suivant sa qualité.

1679, le 19 juillet. Une robe de soye, le corps de drap de Hollande et une autre robe de cordeillas, devantier, cotillon de raze noire.

1689, le 30 novembre. Une robe rouge de scarlatine, un garde robe de raze noire, deux paires de brassières : un de double linon, l'autre de raze, une drapelle fine, bas et souliers et autres assortiments.

1700, le 6 janvier. Une paire de brassières de drap gris, une cotte rouge, un devantier destermine, une paire de bas et de souliers, une drapelle et une coiffe de baptiste.

1704, le 11 janvier. Une cote de raze violette, une bleue de drap de ciel, le corps rouge, un devantier de droguet, souliers et drapères.

1704, le 24 janvier. Une paire de brassières grises de drap de 50 sols l'aune, une jupe grise, un devantier, chausses, souliers et drapère.

1717, le 26 novembre. Un cadis d'agnan, un tablier dethermine, bas, souliers et coiffure.

1718, le 23 août. Une paire de brassières d'une étoffe nommée cordillat d'aignan, une jupe de raze, un corset avec les manches de camelot de Lile, une jupe de cadix blanc, un tablier d'étamine, une aune de batiste, bas et souliers.

1719, le 28 avril. Une paire de brassières et jupe de cadis d'aignan et un corset de même, un tablier d'étamine, deux coiffes de baptiste et une paire de bas.

1722, le 27 novembre. Un habit de cadis d'aignan, un tablier d'étamine, deux coiffes, bas et souliers.

1729, le 28 juin. Un habit complet de cadis d'aignan, une jupe de drap, un tablier d'étamine de Paris, bas, souliers et coiffe.

Cette toilette devait être soigneusement conservée puisque, dans l'inventaire après le décès de Philibert Ponson du 1er juin 1702, on trouve « la robe de noces de la mère défunte : corps et jupe de scarlatine avec un galon de velours noir, un garde robe de raze noir d'aignan, un devantier d'estermine commune grise, une paire de brassière de bazin, trois drapelles de toile de Paris », souvenirs d'un mariage célébré en 1684 ou 1687. Il serait intéressant de creuser le sujet pour reconstituer un (ou des) costumes de mariée(s). Ceci suppose une recherche afin d'identifier les différentes sortes de tissus et une étude plus approfondie des contrats de mariage.

En complément, voici quelques précisions relatives aux tissus et vêtements cités. Les définitions suivantes proviennent du Grand Larousse Universel édition 1993, du dictionnaire du Moyen Français et du Littré.

Aune : ancienne mesure de longueur pour mesurer les étoffes qui valait à Paris 1 m, 88. La valeur varie selon les provinces.

Bas : vêtement qui sert à couvrir le pied et la jambe. Bas de soie. Bas de peau, de coton. Bas

d'estame. Bas de toile, etc.

Batiste : toile très fine.

Brassières : camisoles de nuit sans manches.

Cadis : sorte de serge de laine cardée semblable à la flanelle, de bas prix. Un lit de cadis.

Camelot : espèce d'étoffe faite ordinairement de poil de chèvre, et mêlée de laine, de soie.

Cordillat : étoffe lisse ou croisée qui se fabriquait en Languedoc, très cotée au XVIème siècle parmi les draps de laine de bonne qualité.

Cotillon : cotte de dessous. Cotillon de serge. Cotillon de flanelle, de basin.

Cotte : jupe. La partie de l'habillement des femmes, qui est plissée par le haut, et qui va depuis la ceinture jusqu'à terre. Il ne se dit plus que de l'habillement des femmes de basse condition.

Devantier : tablier que portent les femmes de basse condition.

Droguet : étoffe laine de bas prix, drap étroit.

Drap de Hollande : espèce d'étoffe de laine, quand le mot drap est mis seul, on entend toujours qu'il est de laine.

Estame : ouvrage de fils de laine passés, enlacés par mailles les uns dans les autres, ou étamine : sorte de petite étoffe mince, et qui n'est pas croisée.

Garde robe : tablier de toile que mettent quelques femmes pour conserver leurs vêtements.

Serge : étoffe légère faite de laine. Il y a aussi des serges faites de soie.

Tablier : pièce de toile, de serge, de cuir, etc. que les femmes et les artisans mettent devant eux pour conserver leurs habits en travaillant. On appelle tablier, certain morceau de toile, de gaze, de linon, de taffetas, etc. que les femmes mettent devant elles.

Michel Baron.

Source  des documents : série 3E des Archives départementales

joomla template