Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

De la Révolution au XIXème siècle.

Louis XVI, monté sur le trône à l'âge de vingt ans (l774), manifeste ses bonnes intentions avec les tentatives de réformes entreprises par Turgot et Necker. Il cède ainsi aux sentiments de son cœur, mais son esprit étroit le ramène bientôt aux conseils des courtisans égoïstes qui jugent leurs privilèges en péril. Son indécision augmente le trouble et précipite les événements. Devant la situation, Necker demande au roi de convoquer les États généraux qui ne l'avaient pas été depuis 1614. D'un bout à l'autre de la France, dans les villes comme dans les villages, ce fut de février à avril 1789 une immense agitation.

Dans les cahiers de doléances qui étaient préparés, les questions de principes dominent les questions d'intérêts particuliers. Ainsi, le peuple demande : le vote par tête, l'égalité complète des citoyens devant la loi et devant l'impôt, l'abolition des droits d'aînesse, des servitudes féodales, la réforme des codes, la liberté de conscience, la liberté du commerce et de l'industrie. Réunis le 5 mai 1789, les trois ordres, noblesse, clergé, tiers états, fusionnent après de longues et acharnées discussions en une Assemblée nationale constituante, le 9 juillet 1789. La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, assure la victoire du peuple, entraîne l'organisation d'une mairie à Paris, la création de la Garde nationale et l'adoption de la cocarde tricolore. Les troubles dans les provinces déterminent l'Assemblée à supprimer les droits féodaux, dans la mémorable séance de la nuit du 4 août 1789.

La France est réorganisée socialement, politiquement et économiquement. Le 14 décembre 1789, l'Assemblée nationale constituante instaure les municipalités et décrète que « le chef de tout corps municipal portera le nom de Maire ». La simple paroisse du Taillan dépendant de l'Archiprêtré de Moulis devient une commune.

En 1790, les maires et officiers municipaux sont mis en place dans chaque commune de France. En l'An II, le citoyen Guillaume Seguin est maire du Taillan. Le département de la Gironde est créé comprenant sept districts et soixante-douze cantons. Le Taillan est inclus dans le canton de Blanquefort ainsi que Saint-Médard-en-Jalles, Eysines, Saint-Aubin, Parempuyre, Bruges et Le Bouscat. Avec la création des cantons, une administration municipale cantonale est instituée, le maire du chef-lieu de canton en est le président. Pour le canton de Blanquefort, le maire Saincric, curé constitutionnel de la paroisse de Blanquefort préside l'assemblée cantonale. Chaque commune du canton, est représentée par un agent municipal et son adjoint. Cette administration municipale cantonale se substitue dans beaucoup de domaines à la gestion communale. La lecture des comptes rendus de cette assemblée permet de connaître ses compétences : le président lit à chaque séance les derniers bulletins des lois, les lettres et directives du gouvernement et du directoire de la Gironde, les pétitions présentées par les citoyens des communes du canton, sur lesquelles il faut délibérer pour prendre les décisions. L'assemblée traite de police générale : signalement des individus suspects, des évadés, des émigrés revenus, des proscrits. Il y est surtout question de finances, des contributions que doivent les communes ou des impôts et taxes dus par les particuliers. L'assemblée a également à traiter des domaines nationaux, des travaux publics, de la conscription des citoyens. Elle a la charge d'organiser les fêtes républicaines instituées par un décret du 9 septembre 1794, qui doivent remplacer les fêtes religieuses.

Ainsi, l'agent municipal du Taillan est chargé d'organiser le 30 ventôse an VI, la fête de la souveraineté du peuple. Le compte-rendu écrit sur le déroulement de cette fête mentionne : « En tête du cortège marchaient deux jeunes gens, l'un tenant une pique, l'autre le drapeau tricolore. Venaient ensuite douze vieillards ayant à la main chacun une baguette blanche. L'adjoint et l'agent (municipal) suivaient et après eux les défenseurs de la patrie en armes et le peuple. Arrivé au lieu désigné, sous un arbre de la liberté, on a chanté un hymne patriotique. Le drapeau tricolore, la pique, le bonnet de la liberté et la constitution de l'an fil ont été mis autour de l'arbre de la liberté. Ayant reçu la loi la veille de la cérémonie, on n'avait pas eu le temps de dresser un autel. Les vieillards se rangent en demi-cercle devant l'arbre de la liberté et immédiatement après eux l'agent et l'adjoint municipaux, n'y ayant point d'autre fonctionnaire public. On chante un air patriotique. Les vieillards s'avancent au milieu de l'enceinte, réunissant leurs baguettes, ils enforment un faisceau qu'ils lient avec un ruban tricolore. Un des vieillards dit à haute voix les phrases suivantes : la souveraineté du peuple est inaliénable ! Comme il ne peut exercer par lui-même tous les droits qu'elle lui donne, il délègue une partie de sa puissance à des représentants et à des magistrats choisis par lui-même ou par des électeurs qu'il a nommés. C'est pour se pénétrer de l'importance de ces choix que le peuple se rassemble aujourd'hui.

L'agent municipal répond par ces mots : le peuple a su par son courage reconquérir ses droits trop longtemps méconnus, il saura les conserver par l'usage qu'il en fera. Il se souviendra de ce précepte qu'il a lui-même consacré par la charte constitutionnelle, que c'est de la sagesse des choix dans les assemblées primaires et électorales que dépendent principalement la durée, la conservation et la prospérité de la république. L'adjoint municipal a fait lecture solennelle de la proclamation du directoire exécutif relative aux élections du 28 pluviôse an VI. La cérémonie a été terminée par des chants patriotiques. Le cortège est obligé de se dissoudre à cause de la pluie et de la grêle ».

Dans cette période trouble, le besoin d'assurer le maintien de l'ordre et d'empêcher les pillages conduit à la mise en place d'une Garde nationale placée sous le contrôle des municipalités. C'est une loi du 14 octobre 1791 portant organisation de la Garde nationale qui rend obligatoire pour tous les citoyens actifs et leurs enfants âgés de dix-huit ans d'en faire partie. Le citoyen actif est défini comme celui payant au moins trois livres d'impôts, ce qui limite le nombre de participants notamment en zone rurale.

Pour Paris, La Fayette en sera le premier commandant en chef et le duc de Duras son homologue à Bordeaux. Au Taillan, est ainsi constituée une unité s'intégrant au « bataillon cantonal » de Blanquefort. Au sein de la Garde nationale, est formée, à la demande du ministre de la police, une colonne mobile chargée d'assurer la sûreté publique. Le canton fournit trois compagnies le 2 nivôse an V, composées de : cinquante hommes de Blanquefort, vingt-neuf du Taillan, vingt-quatre de Parempuyre, cinquante de Saint-Médard, cinquante d'Eysines, quinze de Saint-Aubin, trente du Bouscat et trente de Bruges.

Parmi les citoyens du Taillan, on trouve : Louis Videau sergent, François Labeyrie caporal, Valentin Lavigne, Yves Decourt, Charles Dupuy et Vital Jeantet fusiliers. Julien de Bryas du Taillan sera élu chef du bataillon cantonal en mai 1848. Cette institution durera jusqu'en 1871 avec une mise en sommeil sous le Consulat et l'Empire. Après leur confiscation, les biens des ordres ecclésiastiques et des nobles émigrés sont mis en possession de l'Etat et transférés aux communes. Ceux qui ne peuvent être attribués à un service public sont vendus aux particuliers. Une commission cantonale est chargée d'en faire l'inventaire. Au Taillan, Charles de Lavie est considéré en fuite et doit obtenir un certificat de résidence justifiant de sa présence. C'est son fils Arnaud qui intervient auprès de certains habitants de Blanquefort pour les faire attester, auprès des officiers municipaux, qu'il réside bien en permanence au Taillan et qu'il est un bon citoyen. Le certificat est établi le 15 vendémiaire an VI.

À l'Assemblée nationale constituante, succède le 1er octobre 1791, en vertu de la constitution de 1791, l'Assemblée législative qui se montre hostile à la royauté. Cette assemblée voit la naissance d'un grand parti appelé « la Gironde », parce qu'il a pour chefs des députés girondins, tel que Vergniaud, Guadet, Gensonné, Isnard, Brissot, Barbaron, Petion, Valazé.

Le 10 août 1792, l'Assemblée, auprès de laquelle Louis XVI s'est réfugié suite aux accusations de traître à la nation, convoque la Convention. Le 21 septembre 1792, celle-ci ouvre ses séances. C'est une assemblée souveraine divisée en deux partis. Il y a d'un côté les « Girondins » classés comme modérés, de l'autre les « Montagnards » qualifiés d'exaltés. La mort de Louis XVI, le 21 janvier 1793, détermine la formation d'une première coalition des puissances européennes contre la France. En même temps, la guerre civile éclate dans le pays. Les passions étant de plus en plus excitées, les modérés Girondins sont accusés de traîtres à la Patrie, proscrits et arrêtés. Pour faire face à cette situation la Convention recourt aux mesures extrêmes et règne par la terreur. Le département de la Gironde et Bordeaux en particulier s'insurgent contre la Convention. Par sanction contre les Girondins, la convention remplace le nom du département de Gironde par celui du Bec d'Ambès. Il faudra attendre la loi du 25 germinal an III, pour que le département retrouve son nom d'origine. Afin d'y rétablir l'ordre, des commissaires sont envoyés à Bordeaux et un tribunal révolutionnaire qui prend le nom de Commission militaire, est mis en place, avec pour président un nommé Lacombe, instituteur toulousain, qui est un véritable criminel. On peut lire sur des comptes rendus de l'époque, concernant Lacombe : « La Commission militaire devint un véritable tribunal de rapine et de sang. Il vendit la justice, il accumula les trésors par d'abominables extorsions, il mit à prix la vie et la mort des citoyens. Il était à la fois l'accusateur, le rapporteur du procès et le juge et souvent la partie de celui qu'il condamnait. Inutilement, l'accusé voulait prouver son innocence, il était contraint de garder le silence. « Le tribunal est fixé sur ton compte », lui disait le juge féroce. Et il envoyait froidement sa victime à la mort ».

De riches propriétaires du Taillan passent entre ses mains : Arnaud de Lavie, arrêté le 17 septembre 1793, est acquitté le 14 mars 1794. Le banquier Abraham Peixotto, arrêté dans la nuit du 29 au 30 novembre 1793, ne doit son salut que grâce au versement d'une amende de 1 200 000 livres. La terreur à Bordeaux se termine par l'exécution de celui qui a envoyé un grand nombre de Girondins à l'échafaud... le président Lacombe !

La guillotine dressée place Dauphine (actuellement place Gambetta) à Bordeaux, est démontée le 14 août 1794.

Le Taillan-Médoc, hier, aujourd’hui, Point Info du Taillan, 2 000, p.82-85.

joomla template