Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La langue gasconne et la civilisation occitane.

En 1453, la Guyenne est conquise par le roi de France, et petit à petit, la centralisation politique et culturelle, fait du dialecte de l'Ile de France, celui des rois et de la cour, le français de référence, imposé à tout le royaume. Le gascon est un dialecte de la langue occitane. La langue occitane concerne environ quinze millions de français répartis dans trente quatre départements situés au sud de la Loire, excepté le Pays Basque. Cette langue concerne également les populations des hautes vallées alpines italiennes, ainsi que le val d'Aran en territoire espagnol et aussi singulièrement quelques villages en Sicile et en Sardaigne.

C'est la langue d'origine de notre pays, et elle a été pendant des siècles, la langue de toutes les classes de la population. C'est la langue de notre culture populaire, d'une tradition de contes, chansons, dictons, histoires. C'est elle qui pendant des siècles a façonné la mémoire collective, les façons de penser, de s'exprimer qui font la personnalité originale des pays occitans dans leur ensemble.

Par le nombre de personnes concernées, elle est la plus grande langue non officielle de l'Europe. Elle en est la langue culturelle pendant deux siècles, à l'époque des troubadours. Les lettrés d'alors parlaient occitan, en Espagne, en Italie, en Angleterre et même en Europe centrale. Il faut savoir que le roi d'Angleterre, Richard Cœur de Lion, écrivait des poèmes en langue d'oc. Au XVIème siècle, elle est également la langue des papes d'Avignon, après le latin. C'est une langue riche qui comprend plus de 160 000 mots alors que la langue française en compte environ 38 000.

Une partie de ce que sont la langue et la culture française provient de cette réalité occitane. De Michel de Montaigne à Joseph Delteil, les écrivains occitans d'expression française ont apporté à la culture hexagonale la marque de leur identité occitane. De part ses origines multiples, la langue occitane présente un intérêt exceptionnel. Si elle est considérée comme étant d'origine latine, elle conserve des restes importants des langues parlées à l'époque prélatine par les occupants du sud de la Loire : Les Gaulois qui envahirent la région vers le Vème siècle avant J.C., les Ibères, venu d'Afrique du Nord par l'Espagne, attestés vers le Vème siècle avant J.C. en Occitanie occidentale, les Ligures, venus d'Orient par l'Italie, qui apparaissent au début du ler millénaire avant J. C. en Provence, les populations des régions ouralo-altaïques apparues à l'époque néolithique entre le III et le 1er millénaire, les populations de langue méditerranéenne, d'origine proche-orientale, venues au néolithique, dès le VIème millénaire avant J.C. Toutes ces langues ont contribué à l'enrichissement de la langue occitane.

L'occitan se divise en deux grands rameaux, le sud-occitan, formé du gascon, du languedocien et du provençal, et le nord-occitan, constitué par le limousin, l'auvergnat, et le provençal alpin. Le parler médocain est le gascon dont l'usage courant s'est interrompu, il y a quelques décennies seulement. En la personne de Roger Romefort, décédé en 1938, le Taillan possède un écrivain de langue gasconne, digne émule de Fréderic Mistral et de Jasmin, le poète agenais ou de Meste Verdier, le boulanger poète bordelais dont les œuvres connurent un vif succès dans notre région. Le poème « Lou pendut réssucitat » de Roger Romefort ou Gric de Prat en est un remarquable exemple.

Jean-Pierre Cleyzac, Le Taillan-Médoc, hier, aujourd’hui, Point Info du Taillan, 2 000, p.121.

Pour découvrir l'écrivain Romefort, cliquez ICI.

joomla template