Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le château Cantemerle.

Le château appartient en 1926 à M. P.J. et B.J. Dubos depuis 1892. En patois, on dit « Cante Merle », « Chante Merle ». L’origine du nom est liée à deux petites histoires. Il était une fois un dragon fantastique qui désolait (ravageait) le parc de Cantemerle. Il effrayait le monde et faisait peur aux oiseaux. Un chevalier, beau comme Saint Georges, le terrassa et lui coupa la tête. Tous les merles de la contrée accoururent et donnèrent au vainqueur l'aubade qui dure encore. Il existe une autre histoire qui s'éloigne de l’imaginaire pour se rapprocher de l'histoire. On raconte que de nombreux pirates remontant la Gironde avaient abordé près de Cantemerle (lequel se trouvait alors plus près de la Garonne). Le sire de Sauves, pour repousser ces visiteurs indésirables, ne disposait que de peu d'hommes d'armes et de deux ou trois couleuvrines (canon à longue portée), dont la plus hardiment sifflante était baptisée : « Le Merle ». Il s'avisa d'un stratagème : il camoufla son artillerie dans le bois de Sauves et attira les pirates à proximité en les conviant à un festin plantureux. Il leur servit son vin à tous les plats. Le vin était bon et les hôtes buvaient sec. Lorsqu'ils furent à point, le sire de Sauves fit signe aux siens, mit en place sa batterie et, s'adressant à sa pièce favorite : Chante Merle ! cria-t-il. En même temps, il ordonna le feu. Les pirates surpris, épouvantés et titubants, se rendirent à sa merci. C'est peut-être en souvenir de cette prouesse, que les historiens ont vraisemblablement ignoré, que le nom de Cantemerle est resté au pays.

« Précédemment, le château féodal de Cantemerle, qui donna son nom au domaine, était bâti sur la limite des communes de Ludon et de Macau. On en trouve encore quelques vestiges recouverts de broussailles. « Il élevait sa tour carrée sur une motte circulaire et faisait partie de cette ligne de fortification établie le long de la Gironde. Une tour avait été construite « la Tour de la Fue » (la vue) d'où une vigie surveillait, au loin, les rives de la Dordogne, les eaux de la Garonne et de la Gironde et le pays d'Entre-deux-mers (signaux transmis de tourelle en tourelle, soit de la mer, soit ils donnaient l'éveil à la ville de Bordeaux). Ce vieux fort dominait une baie abritée à l'ouest, au nord et au sud, par des coteaux de gravier et d'alios. Bien qu'il fût bâti au sommet d'une croupe élevée, ses murailles étaient entourées d'un fossé large et profond. Un ruisseau qui descend des landes du Pian, La Mouline venait remplir cette ceinture protectrice et se précipitait vers la Garonne en faisant tourner les meules du moulin de la châtellenie (ou une baronnie, c'est-à-dire une seigneurie justicière.). En 1294, Raymond de Cantemerle aida le roi anglais, Edouard 1er, à reconquérir la Guyenne sur les soldats de Philippe-le-Bel. Vers le milieu du XIVème siècle, le château revint au roi d'Angleterre Edouard III qui le donna, en 1367, au chevalier Louis Chabot. Au XVème siècle, il passa dans la famille de Caupene qui le garda plus de cent ans. Au XVIème siècle, il passa dans celle de Larroque. En 1579, il fut racheté par messire Johan de Villeneuve, baron, appartenant à une grande famille du midi de la France ; il épousa Antoinette de Durfort qui prit le nom de Villeneuve-Durfort. Léon Drouyn (historien) pense que le château de Cantemerle fut démoli au XVIIème siècle. Il paraît, selon la tradition locale, qu'il exista jusqu'à la Révolution de 1789. Au retour de l'émigration, M. de Villeneuve l'abandonna pour se réfugier dans le château de Sauves (actuel château de Cantemerle) qui devint la résidence des barons. Il est situé sur l'emplacement de la maison noble de Sauves dont une tourelle du XVlème siècle subsiste encore ». Extrait d’un texte de M. Yves Monge.

Le château de Sauves, situé sur les terres de Cantemerle, comprenait les chais de la famille de Villeneuve. Il devint, au début du XVIIIème siècle, la résidence de ces derniers, lesquels le réparèrent et l'embellirent. C'est ainsi que les deux corps de bâtiments, formant équerre avec pignon d'angle, furent complétés aux extrémités par une tour ronde et une tour carrée. En 1875, à l'aide de ressources provenant de la vente de terrains pour la construction du chemin de fer du Médoc, la haute toiture en ardoises, substituée aux tuiles plates, vint anoblir l'aspect du château. La baronnie de Cantemerle étendait ses droits féodaux sur divers fiefs et paroisses nobles. Aux XIII et XIVèmes siècles, les puissants sires de Blanquefort l'unirent à leurs vastes possessions. En 1579, un haut magistrat, en la personne de Jehan de Villeneuve, acquit cette terre seigneuriale qui resta dans sa famille durant trois siècles. Cette propriété jouit d'une très ancienne réputation, particulièrement en Hollande où ses vins ont longtemps été exportés. En 1855, le château Cantemerle obtint un classement bien mérité : cinquième cru classé du Médoc. Depuis, de plus en plus recherché par les négociants Bordelais (qui les achètent presque toujours en primeur), les vins du château Cantemerle sont expédiés en Hollande, en Angleterre ou en Allemagne. Les vins de la première marque se vendaient autrefois avec une prime de 10 % sur les prix du cinquième cru classé. La réputation de ce cru s'est amplifiée dans de telles proportions que, depuis une vingtaine d'années, la prime a également augmenté au point que le vin de Cantemerle atteint presque chaque année le prix des seconds crus. Les vins de deuxième marque obtiennent généralement une légère prime sur les prix des bourgeois supérieurs du Médoc. Les vins de ce cru réunissent à une finesse exquise, un bouquet très prononcé, du corps et une longue durée.

Le domaine de Cantemerle, situé sur les communes de Macau, Ludon et le Pian, s'étend sur 350 hectares, en ceux non comptés les droits d'usage sur environ 1 200 hectares de communaux du Pian et de Ludon. Durant plus de trois siècles, ce domaine est resté dans la famille de Villeneuve, dite « les Montmorency du Midi », laquelle l'a vendu aux enchères publiques le 29 juin 1892. M. Dubos, père des propriétaires actuels, en était l'adjudicataire. Le château Cantemerle tire son nom d'un château féodal aujourd'hui démoli, qui était le chef-lieu de la juridiction de Cantemerle, Macau et Ludon-dehors. Le beau château que nous voyons à côté des chais et dépendances, situé au lieu de « Sauves », où était jadis la maison noble de ce nom. Encore en 1849, il se nommait château de Sauves et non Cantemerle. Peu de châteaux en Médoc réunissent autant d'ombrages et d'agréments de toutes sortes. Des allées traversent une garenne selon un plan rigoureux datant du XVIIIème siècle. Au XIXème siècle, Louis-Bertrand Fischer, botaniste à qui l'on doit le Jardin Public de Bordeaux, redessina les abords du château et le parc, qui compte des essences rares, mais également un lac. Le vignoble comprend environ 300 000 pieds de vignes sur de belles croupes graveleuses, complantées entièrement des cépages les plus fins. Un petit vignoble de vin blanc a été créé à Cantemerle, le « Clos Mouton-Blanc ». Ce dernier, produit par la maison Th.J Dubos, est un vin blanc qui n'est vendu pour l'instant qu'en bouteilles. La sève qui le caractérise l'a fait apprécier à tel point qu'une prochaine extension du vignoble est probable.

Une pensée de Macau, Marie-Christine Corbineau, Les Enrasigaïres, 2012, p.151.

Le château de Cantemerle. Le bâtiment actuel est situé sur l'emplacement de la maison noble des Sauves dont une tourelle du XVIème siècle subsiste encore. L'ancien château se trouvait près du petit port de Cantemerle sur la Garonne, mentionné dès le début du Moyen-âge. La baronnie de Cantemerle possédait des droits féodaux sur divers fiefs, maisons nobles et paroisses : Macau et Ludon, par exemple. Elle eut des rivalités nombreuses avec Agassac, avant de passer, durant les XIII et XIVème siècles, entre les mains des seigneurs de Blanquefort. Le château fut acquis en 1579 par un haut magistrat, Jehan de Villeneuve, et resta dans la famille de celui-ci durant trois siècles avant de devenir la propriété des Dubos de Morin.

Guy Dabadie, Histoire du Médoc, imprimerie Samie, Bordeaux, 1954, p.103-104.

Château Cantemerle.

Grand cru classé de Médoc, à Macau. Héritiers, Pierre J. Dubos, propriétaires.

Le domaine de Cantemerle, situé dans les communes de Macau, Ludon et Le Pian, a 350 hectares d'étendue. Il est resté durant plus de 300 ans, dans la famille de Villeneuve, et a été acheté au siècle dernier par l'aïeul des propriétaires actuels ; il tire son nom d'un château féodal, aujourd'hui démoli, qui était le chef-lieu de la juridiction de Cantemerle, Macau et Ludon-Dehors. Le beau château que nous voyons à côté des chais et dépendances est situé au lieu dit de « Sauves », où était jadis la maison noble de ce nom. Le vignoble comprend environ 250 000 pieds de vignes sur de belles croupes graveleuses, complantées entièrement des cépages les plus fins. Les vins du château Cantemerle, classés en 1855 au nombre des grands crus, unissent, à une finesse exquise, un bouquet très prononcé, du corps et une longue durée.

Les grands vins de Bordeaux, Éditions Dussaut, 1980, p. 226.

 

 

 

joomla template