Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les croix, un élément historique phare.

Pour Michel Cognie, président de l'association Connaissance d'Eysines : « Il faut avoir le souci de sauvegarder le patrimoine afin de pouvoir le transmettre à nos héritiers. » Tel est le cas avec la croix de mission, qui se trouve au milieu du cimetière. Une œuvre imposante en fer forgé, dans le style classique du XVIIIème siècle, posée sur un socle en pierre galbé et soutenue par quatre volutes. Son origine remonte à l'année 1788, et, le 14 février 1790, le conseil municipal, présidé par le maire Étienne Ponson, en évoque son origine. C'est à la veille de la Révolution, que le curé d'Eysines, M. Desvignes, organise un temps de prédication et, à la fin de la mission, une collecte est organisée, afin de permettre la construction de la croix. Cette dernière est implantée dans le cimetière de la paroisse et aurait coûté aux alentours de mille livres, comprenant la dorure et le piédestal en pierre. Lorsque le cimetière de la place du 4 septembre a été déplacé jusqu'à son emplacement actuel, en 1867, la croix de mission a suivi. Aujourd'hui, elle est rongée par la rouille et plusieurs éléments ont disparu. Pour le président de Connaissance d'Eysines, les motifs évoquant la passion du Christ (l'échelle, la lance, le marteau, la tenaille) sont menacés. Une réfection serait alors nécessaire pour conserver cet élément important du patrimoine de la commune.

Article du journal Sud-ouest du 15 août 2014, Michel David.

 

Un vestige du patrimoine communal.

Aujourd'hui, les Eysinais peuvent voir la Croix du Sable à l'entrée principale du cimetière, avenue du Taillan. Son nom provient de sa situation géographique. En effet, jadis, elle était située dans l'ancien cimetière, qui était place du 4 septembre, à proximité de la sablière communale, de l'autre côté de l'avenue du Médoc. D'où son nom de la Croix du Sable.

Après un transfert du cimetière, entre 1857 et 1863, à l'emplacement actuel, la Croix du Sable a suivi. Et ce, après une étape Place de la République. Constituée d'une colonne de pierre posée sur un socle carré, elle comprend trois niveaux : la base carrée, le niveau médian octogonal et le haut circulaire. Au sommet du fût se trouve une croix de pierre, décorée d'un cercle. Ce cercle évoque la couronne d'épines et la Passion du Christ. Avec gravée, sur la partie carrée, une inscription, datée de 1542, qui définit bien sa fonction de croix de cimetière : « Seigneur qui pour ici passez priez pour l'âme des trépassés ». Au-dessus de l'inscription, un dessin est lui aussi gravé. Il évoque, pour sa part, un blason, peut-être celui du donateur ? En décembre 1999, suite à la tempête, la croix est tombée et la pierre s'est brisée en plusieurs morceaux. Mais, grâce au travail de reconstitution des services techniques, elle fait toujours partie du patrimoine historique de la commune. Pour Michel Cognie, président de Connaissance d'Eysines, « La Croix du Sable, datée de 1542, mériterait l'inscription à l'inventaire des Monuments Historiques. »

Article du journal Sud-ouest du 23 août 2014, Michel David.

joomla template