Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Deux blanchisseuses en 1854.

Elles sont décédées à quelques semaines d’intervalle en 1854. Toutes deux veuves, âgées de 55 ans, laissaient une fille mineure. Aussi a-t-on apposé des scellés sur les meubles et objets qu’elles avaient délaissés. Une occasion de s’intéresser à ce métier fort répandu dans les banlieues de Bordeaux et dont on parle peu.

On les appelait aussi « savonneuses ». C’est au bord du Peugue, de la Devéze, de la Jalle de Blanquefort, de l’Eau Bourde, et d’autres petits ruisseaux autour de Bordeaux qu’elles s’affairaient. C’étaient elles qui lavaient le linge sale des familles bordelaises.

Une activité qui a permis à un très grand nombre de femmes, de mère en filles, de subvenir aux besoins de leurs familles. Celles qui ont retenu fortuitement notre attention habitaient Mérignac vers le quartier Capeyron, l’une au Chut, l’autre à Jean Blanc. Deux blanchisseuses parmi d’autres.

Texte extrait du site : Cahiers d'Archives, pour en savoir plus, cliquez ICI.

D'autres articles traitent du métier de blanchisseuse, cliquez ICI.

à Saint Médard, cliquez ICI.

à Eysines, cliquez ICI.

à Blanquefort, cliquez ICI.

joomla template