Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Des squelettes sous la place de l'église.

L’histoire refait surface : une dizaine de squelettes ont notamment été découverts. Depuis deux semaines, une équipe du service d'archéologie préventive, nouveau service de la CUB, dirigé par Christophe Sireix, fait des fouilles sur la place de l'Église. Cette opération fait suite au diagnostic dressé par l'Inrap en novembre 2012, qui répondait à une demande de la municipalité de Blanquefort dans le cadre de son projet d'aménagement d'une fontaine à cet endroit.

L'archéologue médiéviste Juliette Masson, l'anthropologue Mikaël Rouzic et deux techniciens travaillent sur un carré de fouilles de 9 m². Ils ont découvert des sépultures de bois cloué et des aménagements funéraires de pierre calcaire, un sarcophage à couvercle plat du Moyen-âge… et une dizaine de squelettes dont les ossements sont sauvés, nettoyés et observés. Chaque élément est numéroté, il fait l'objet d'une description détaillée, d'un croquis, d'une photo… Des observations en laboratoire permettront de constater les pathologies, les traumatismes, le sexe, l'âge…

Le rapport final dressé par le chef de projet Juliette Masson, incluant l'étude anthropologique, apportera des informations sur les modes d'inhumation, sur la population, les maladies, l'histoire de la paroisse, son implantation, l'organisation et la gestion du cimetière chrétien au fil des siècles, le développement de la commune autour de l'église…

masson

« Ces fouilles apporteront effectivement des réponses, précise Juliette Masson, mais relancent aussi des recherches ; c'est un lot de réponses qui pose d'autres questions ».

D'ici une semaine, le carré de fouilles sera refermé, « c'est frustrant bien sûr, ajoute l'archéologue, mais il faut positiver et se réjouir d'avoir au moins sauvé ces éléments-là ! »

Article et photo du journal Sud-ouest du 28 novembre 2014, Marie-Françoise Jay.

squ-6 squ-8

squ-9 photos du fonds privé Bret.

Déjà en 2012, la place de l’église avait livré des secrets.

Un diagnostic archéologique a été réalisé par deux archéologues et un anthropologue de l’INRAP en novembre 2012 sur la place de l’église dans le cadre du futur aménagement du centre-ville. Ce lieu a accueilli, jusqu’au début du XIXème siècle le cimetière communal et l’objectif des archéologues était de réaliser des sondages avant le lancement des travaux pour trouver d’éventuels vestiges archéologiques. Le résultat a été fructueux. En effet, les deux sondages ont atteint la grave naturelle et grâce à cette mise à nu du sol ont permis de remonter le temps et de définir l’occupation successive des lieux depuis le XIème siècle environ. Des sépultures médiévales ont été mises au jour par les archéologues qui ont ainsi pu collecter de nombreuses informations sur les modes d’inhumation médiévaux, les techniques de fabrication des sépultures… La prochaine étape consistera à étudier les prélèvements récupérés lors des sondages et à les dater (technique du carbone 14) afin d’affiner la connaissance de l’occupation des lieux.

Le premier sondage a permis de découvrir les fondations d’un petit bâtiment composé initialement de 4 compartiments rectangulaires datant vraisemblablement de la fin du XVème siècle, car la construction s’appuie sur des sarcophages plus anciens (XII-XIIIème siècle). À ses côtés, la trace d’un ancien puits encore visible et d’une fosse de rejet. Le second sondage a été réalisé afin de vérifier si les sépultures étaient conservées de la même manière. Il s’est révélé plein d’enseignements car les sépultures, contrairement au premier sondage, n’ont pas été endommagées par l’ajout d’une construction. Quatre sépultures médiévales (XII-XIIIème siècle), orientées est-ouest selon l’usage en vigueur ont été ainsi mises au jour. Relativement bien conservées, elles témoignent du savoir-faire des artisans de l’époque. Les archéologues ont par ailleurs noté que certaines d’entre elles, et notamment la sépulture en coffre, ont été réalisées avec beaucoup de soin.

Une première campagne de fouilles archéologiques au sein de l’église même a été entreprise en 1984 à l’occasion de la restauration menée par la mairie entre 1981 et 1984. La mise a nu du sol a révélé des sarcophages mérovingiens qui attestent la présence d’un très ancien lieu de culte. Seul, l’un d’entre eux a pu être dégagé et transféré au cimetière.

Équinoxes et Solstices, janvier 2013, n° 52, p. 28-29. Le magazine de la ville de Blanquefort. Avec l’autorisation de la ville de Blanquefort.

Pour découvrir d'autres photographies de ces fouilles, cliquez ICI.


 


joomla template