Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le calendrier républicain.

Une des mesures de déchristianisation décidée par la Convention est la réforme du calendrier. Le mathématicien Romme en établit les bases scientifiques. L'année commence à l'équinoxe d'automne et comporte 12 mois égaux de 30 jours, les mois sont formés de 3 décades de 10 jours. Les 360 jours ainsi comptés sont complétés par les « sans-culottides », série de 5 jours manquant pour avoir l'année entière (6 en cas d'année bissextile) placée en fin d'année.

Les trois mois d'automne sont Vendémiaire, Brumaire et Frimaire. Ceux d'hiver sont Nivôse, Pluviôse et Ventôse. Ceux de printemps sont Germinal, Floréal et Prairial. Enfin ceux d'été sont Messidor, Thermidor et Fructidor. Ces noms, créés par Fabre d’Eglantine, évoquent le temps, les productions ou les travaux de la période.

Les noms des jours de la décade sont Primidi, Duodi, Tridi, Quartidi, Quintidi, Sextidi, Septidi, Octidi, Nonidi et Décadi, ils présentent l'avantage de tomber chaque mois à numéro fixe (le 2, le 12 et le 22 du mois sont toujours des duodis, par exemple). Les saints et fêtes de l'ancien calendrier sont remplacés par des fleurs, des légumes, des plantes, des arbres, des fruits, des animaux domestiques et des outils. Les jours complémentaires ou sans culottides sont dédiés à la Vertu, au Génie, au Travail, à l'Opinion et aux Récompenses. Une fois tous les quatre ans, le sixième jour complémentaire est dédié à la Révolution.

L'ère chrétienne est arrêtée et remplacée par l'ère de la liberté, les années sont donc renumérotées : le 22 septembre 1792 devient le 1er vendémiaire an 1, jour de la proclamation de la République, qui par un heureux hasard est tombé le jour de l'équinoxe d'automne. Le même calendrier se reproduit d'année en année, ce qui est une simplification du système grégorien qui en comporte 28 différents. L'usage de ce calendrier dura jusqu'en l'an XIV, le retour au calendrier julien est décidé par l'Empereur Napoléon premier le 1er janvier 1806. Les actes sont datés avec le système républicain pendant la Convention, le Directoire, le Consulat et le début de l'Empire; pour éviter des calculs de correspondance avec le calendrier grégorien, des tables ont été créées.

Extrait du Guide de l'exposition 89 du G.A.H.BLE. Bulletin du  n°75 décembre 2013.

« L'idée première qui nous a servi de base, est de consacrer, par le calendrier, le système agricole, & d'y ramener la nation, en marquant les époques et les fractions de l'année par des signes intelligibles ou visibles pris dans l'agriculture et l'économie rurale. (...) Le calendrier étant une chose à laquelle on a si souvent recours, il faut profiter de la fréquence de cet usage, pour glisser parmi le peuple les notions rurales élémentaires, pour lui montrer les richesses de la nature, pour lui faire aimer les champs, & lui désigner, avec méthode, l'ordre des influences du ciel & des productions de la terre.

Les prêtres avaient assigné à chaque jour de l'année, la commémoration d'un prétendu saint : ce catalogue ne présentait ni utilité, ni méthode ; il était le répertoire du mensonge, de la duperie ou du charlatanisme. Nous avons pensé que la nation, après avoir chassé cette foule de canonisés de son calendrier, devait y retrouver en place tous les objets qui composent la véritable richesse nationale, les dignes objets, sinon de son culte, au moins de sa culture ; les utiles productions de la terre, les instruments dont nous nous servons pour la cultiver, & les animaux domestiques, nos fidèles serviteurs dans ces travaux ; animaux bien plus précieux, sans doute, aux yeux de la raison, que les squelettes béatifiés tirés des catacombes de Rome.

En conséquence, nous avons rangé par ordre dans la colonne de chaque mois, les noms des vrais trésors de l'économie rurale. Les grains, les pâturages, les arbres, les racines, les fleurs, les fruits, les plantes, sont disposés dans le calendrier, de manière que la place & le quantième que chaque production occupe est précisément le temps & le jour où la nature nous en fait présent. »

Texte de Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale, dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, au nom de la Commission chargée de la confection du Calendrier, Imprimerie nationale, 1793.


joomla template