Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le charron.

M. Anselme Deletang est un des charrons de la commune. Nous sommes au lieu-dit « Biroulet ». Sans le charron, nous n'aurions pas de roues à nos charrettes ! Le charron est indispensable pour nous. Il fabrique et aussi répare l'essentiel de notre matériel roulant agricole. Pour être charron, il faut avoir la maîtrise du bois et du fer. Le charron peut fabriquer un char dans le cœur d'un chêne, à la varlope, à 1'herminette et à la plane. C'est aussi lui qui fabrique les roues. C'est un travail fastidieux. En général, pour la fabrication du moyeu, le charron utilise de l'orme qui est un bois dur et compact ; les rayons sont quant à eux fabriqués avec de l'acacia et la jante est en chêne ou en acacia. Le tout est enserré par un bandeau de fer, ce qui représente un travail très délicat, car il faut garnir à chaud le tour de la roue (lorsque le fer est chaud, il est ductible. Par martellement, il peut s'allonger, s'étirer ou se courber, selon la forme qu'on veut lui donner. Garnir à chaud est l'acte de fixer le bandeau en fer sur le bois.) Quand Anselme doit effectuer cette tâche, il commence tôt le matin car il faut chauffer le cercle de la roue jusqu'au rouge, afin de permettre une dilatation de 1 cm par mètre de bandage. Il lui faut un foyer de taille importante dans lequel seront placés les cercles. C'est sa femme, Marie, qui alimente le foyer en bois. Dès que les fers sont rouges, M. Anselme, à l'aide de pinces de grande taille, sort le lourd cercle du feu. Ce cercle est aussitôt placé autour de la jante, taillée légèrement en biseau, prenant sa place dans un panache de fumée. Tout de suite après, la roue est plongée dans l'eau ou arrosée copieusement. Toutes ces opérations doivent s'effectuer sans interruption. Il ne reste plus alors qu'à fixer des boulons à la jante pour faire tenir le tout. C'est un travail pénible mais fort utile à tous les habitants du village.

Une pensée de Macau, Marie-Christine Corbineau, Les Enrasigaïres, 2012, p.136.

Pour lire l'article sur le métier du charron, cliquez ICI.

joomla template