Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le bedeau et le sonneur de cloches en 1926.

C'est M. Dupin, bedeau, qui frappe le sol avec sa crosse de cérémonie car il accompagne à l'autel une jeune mariée ; c'est en même temps un tonnerre de musique, Mlle Furt aux orgues jette sous les voûtes de l'église de joyeuses notes d'allégresse ; Dupin aujourd'hui est le grand maître de l'office. Il a revêtu un habit bleu garni de rouge et son bicorne est fièrement posé sur son chef. Il surveille les enfants de chœur, il draine les visiteurs vers la sacristie pour signer. Que l'église sent bon l'encens mélangé à la profusion de fleurs qui garnit tous les autels ! Enfin, Dupin accompagne l'épousée jusqu'à son landau (calèche), elle resplendit, elle est saluée par une ovation, que lui font tous les gosses du village, massés sur la place.

Depuis M. le curé Laliman, c'est-à-dire vers 1862, les Dupin de père en fils font partie de l'église. Chaque jour l'un d'entre eux monte au clocher, 60 marches pour sonner l'angélus, ils assument l'entretien de l'édifice et du cimetière. À ce jour, M. Labourdette qui habite sur la place Duffour-Dubergier, près de la rue Gambetta, fait office de sonneur.

Encore aujourd'hui, M. Dupin officie toujours en tant que « grand maître » lors des cérémonies familiales. Lors d'un mariage et dés le début de cette belle journée, les mariés sont accompagnés de leurs garçons et filles d'honneur. Ces derniers peuvent être les frères et sœurs des mariés, mais aussi des parents ou des amis proches. Ils les accompagneront d'abord à la mairie et ensuite à l'église. À cette occasion, l'église est dans son plus bel apparat, les fleurs embellissent le chœur et les orgues retentissent pour le plus grand bonheur des mariés et de tous les convives. La mariée tout de blanc vêtue avec sa couronne de fleurs et le marié en costume neuf, vont faire de ce jour, un grand jour. Les mariages sont dans la grande majorité célébrés le matin, ce qui permet d'organiser les deux « banquets » de la noce ; celui du midi et le repas du soir. Le diner est suivi d'un bal organisé en l'honneur des mariés dans la salle du mariage. Dans la nuit ou au petit matin, les jeunes invités, et ce, après avoir bien cherché les mariés dans la nuit, leur apportent « Le tourin à l'ail », servi dans le traditionnel pot de chambre « neuf ».

Texte extrait du livre : Une pensée de Macau, Marie-Christine Corbineau, Les Enrasigaïres, 2012, p.63.

joomla template