Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La léproserie.

Près du château Bolaire, et de la propriété Mirande, cette grande maison en pierre abritait autrefois la léproserie. Juste derrière, il y a un puits carré. C'est dans ce dernier et seulement celui-ci que les lépreux avaient le droit de puiser de l'eau. À l'époque, on disait que les personnes étaient atteintes de ladrerie ou de la maladie de la lèpre. Ces personnes étaient séparées de la vie du village, rassemblées dans un lieu qui leur était affecté, où elles formaient une communauté. Ces malades étaient appelées « Mezeaux » et leurs habitations les « Mezeleries ». Ceci est inscrit dans les registres des Comtes de Toulouse de l'an 1245, cités par Dom Yaissette dans son Histoire du Languedoc.

Les responsables des villes et villages avaient pris des ordonnances à l'encontre des lépreux appelés aussi Gahets ou Gaffets (du gascon Gahar qui signifie s’attraper, s’attacher ; sans doute par rapport à ‘extrême contagion de la maladie). Il leur était interdit, sous peine de fouet, de sortir de leur maison et d'entrer en ville sans être chaussés et porter, attachée au devant de la poitrine, une pièce de drap rouge. Ne pouvant prendre leur repas avec les autres habitants, il leur était également défendu, dans certaines villes, d'entrer dans les boucheries, tavernes, cabarets ou paneteries. Séparés du commerce et de la société des autres hommes, frappés de mesure d'éloignement, ils étaient partout objet de la haine publique et regardés comme étrangers dans leur propre village. Ils étaient en quelque sorte marqués d'infamie, privés des droits communs à tous les hommes, abhorrés du peuple, suspects aux yeux des citoyens, habituellement destitués des biens et de fortune, manquant la plupart du temps du nécessaire, ils étaient réduits à exercer les métiers les plus vils et vivaient souvent de la charité. À ce jour [1926], l'ancienne léproserie appartient à Mme Attié Marguerite, épouse de M. Jean-Jacques Bertrand.

Texte extrait du livre : Une pensée de Macau, Marie-Christine Corbineau, Les Enrasigaïres, 2012, p.11.12.

joomla template