Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le château La Houringue en 1926.

Juste après le château Cambon-la-Pelouse, cette propriété, pauvrement exploitée par son ancien propriétaire, a subi d'importants travaux d'amélioration afin de lui permettre de conserver son rang et sa renommée. En effet, les vieux ceps ont été respectés et soignés de façon à les conserver précieusement ; les terrains propres à la production de vins fins, placés dans les sols dont la nature convenait le mieux au développement du caractère du vin, ont été replantés en cépages de choix. D'importants défrichements ont permis d'augmenter l'étendue des plantations sur les croupes les mieux exposées. Le sol a été défoncé sur une profondeur de 50 à 60 centimètres et une épaisse couche de détritus végétaux et de terre neuve issue des bois voisins y a été déposé. Les vignes sont entretenues avec du compost approprié à chaque nature de sol, matières ne nuisant ni à la finesse des vins ni à leurs autres qualités. Les carbernets, carmenères, malbecs, merlots et petits verdots ont été plantés dans des proportions bien définies, afin de donner au vin son plus haut degré de qualité. Ainsi régénéré avec ces soins raisonnés, le vignoble de la Houringue produit un vin qui se distingue par ses qualités solides : finesse, bouquet et corps, caractères auxquels il doit sa vieille réputation.

Le vignoble, tel qu'il est exploité aujourd'hui, peut produire jusqu'à 100 tonneaux de vins fins à l'année. Tous les soins ainsi apportés au vignoble ont permis à feu M. L. Bignon, ancien propriétaire du château La Houringue et doyen de la grande agriculture française d'obtenir de hautes récompenses de la part de la Société Nationale d'Agriculture de France, de la Société d'Encouragement à l'Industrie Nationale, ainsi que le grand prix à l'Exposition de Paris en 1867. Tout ceci ainsi que de hautes distinctions aux expositions de Londres, de Vienne, mais aussi en Belgique et en Hollande permirent à M. Bignon d'obtenir la Croix d'officier de la Légion d'Honneur. Le vin produit par le château La Houringue est également recherché par le commerce de Bordeaux, lequel l'expédie en primeur, partie en Hollande, partie en Belgique et en l'Angleterre, où il est fort apprécié.

Le domaine de la Houringue appartenait autrefois à la famille Burck, venue d'Irlande. En effet, M. Bignon fit l'acquisition de la propriété auprès d'un des derniers descendants de cette famille : M. Duteau-Burck. Le nom de la Houringue possède une origine toute particulière et fort intéressante d'un point de vue historique, n'ayant aucun rapport avec le bordelais, le français, ni même l'irlandais (houringle en occitan veux dire hirondelle). « Le groupe important du Médoc », constitué des châteaux Cantemerle, Trois-Moulins et la Houringue, fournit depuis de longues années les vins les plus appréciés en Hollande. Le château La Houringue jouit surtout d'une grande faveur dans ce pays. C'est à coup sûr pour cela que ce nom de La Houringue lui fut donné, nom qui a trait, sans doute, à quelque fait maintenant oublié et dont la désinence toute hollandaise rappelle Flessingue ou encore Poperinghe et quantité de résidences aux Pays-Bas. À ce jour, c'est une propriété qui produit au moins 60 tonneaux par an.

Extrait du livre : Une pensée de Macau, Marie-Christine Corbineau, Les Enrasigaïres, 2012, p. 158.

joomla template