Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le château Maucamps en 1926.

Il était, au XVIIIème siècle, la résidence de la noble famille Lalanne. Après avoir appartenu successivement à divers propriétaires, il est devenu la propriété de M. Dominique Cambours en 1897. Entouré de beaux agréments et de vastes servitudes, ce château commande un domaine de 61 hectares en un seul tenant, situé près de la route de Bordeaux. Son vignoble, admirablement exposé et exclusivement complanté de cépages fins, comprend 60 journaux (ancienne mesure de superficie correspondant à la quantité de terrain qu'un homme pouvait labourer en un jour) en graves qui produisent, 70 tonneaux de grand vin en année moyenne.

Le château Maucamps, classé Bourgeois supérieur, est une des marques les plus appréciées en Hollande et en Allemagne. Le vignoble du château Maucamps comprend en outre 85 journaux de Terrefort, donnant en moyenne 150 tonneaux produits par des cépages de choix, tels que petit verdot, cabernet et autre, formant le cru de Maucamps-Terrefort. Le château est situé à seulement 300 mètres de la station du chemin de fer du Médoc. En 1845, le tracé d'une route passant devant le château Maucamps fut dessiné.

C'est M. Duffour-Dubergier, alors maire de Bordeaux, qui proposa au conseil municipal de l'époque de tracer une voie qui traverserait Macau. Cette route passe donc devant le château Maucamps puis par le centre de Macau, l'ancienne rue Traversière aujourd'hui rue du Général du Preuil, par le château de Gironville et se dirige vers la commune de Labarde. C'était un atout commercial. Les voitures, charrettes et voyageurs, ainsi que les négociants et courtiers en vin pouvaient désormais traverser le bourg populeux de Macau en revenant de Pauillac et trouvaient une grande quantité de chais ou celliers de vins rouges, de graves et de palus.

Extrait du livre : Une pensée de Macau, Marie-Christine Corbineau, Les Enrasigaïres, 2012, p.112.113.

joomla template