Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Un des premiers divorces à Blanquefort.

La loi autorisant le divorce en France fut adoptée le 20 septembre 1792 par l'Assemblée nationale et modifiée par des décrets de 1793 et 1794. Les décrets des 4-9 floréal an II (17-23 avril 1794) remodèlent légèrement la loi, ils autorisent entre autres comme cause de divorce une séparation de fait de six mois entre les époux, les divorces prononcés avant la loi du 20 septembre 1792 restent légaux.

« En séance de l’administration municipale du canton de Blanquefort du 5 nivôse an 3ème (25 décembre 1794), « la citoyenne Jeanne Dugay femme de Jean Dupui, dit manequin, assistée des citoyens Jean Bonnard, cultivateur, Bertrand Hugon, Mathieu Pineau, Jean Dugrava, Jacques Fillon vigneron, Thomas Moustié cordonnier, tous domiciliés sur la commune de Blanquefort, laquelle a dit que n’habitant pas depuis sept ans avec Jean Dupui son mari et en étant abandonnée elle venait en demander acte en conformité de la loi du 4 et 9 floréal pour être autre autorisée à faire divorce sans aucun délai d’épreuve suivant l’article 7 de la loi du 20 septembre 1792. En conséquence, le conseil général assemblé faisant droit à la demande de la dite Jeanne Dugay lui a octroyé acte de ladite demande conformément à l’article premier de la loi du 4 et 5 floréal dernier ; et les citoyens Bonnard et Pineau sont les seuls témoins qui ont signé avec les membres du conseil général, les autres ainsi que Jeanne Dugay ayant déclaré ne savoir. » [orthographe respectée].

Extrait des délibérations de l'administration du canton de Blanquefort, registre 3, transcrit par Martine Le Barazer.

joomla template