Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le château Cambon.

Pierre Cambon, négociant armateur bordelais acheta ce château en 1798 et le fit reconstruire sous le Ier Empire.

c.facade

Pierre Cambon fit des expériences de plantations d’arbres et plantes exotiques, en particulier l’acacia et le 1er janvier 1808, il reçut une médaille, de l’académie de Bordeaux pour avoir donné dans son canton l’exemple de la plantation en grand de « l’acacia robinia ». Il en avait planté cent mille pieds en 1807, ainsi que plusieurs milliers d’arbres utiles provenant en grande partie de la pépinière du jardin du Luxembourg. Il cultiva l’arachide et d’autres plantes exotiques et peu communes. Il publia un mémoire sur ces plantations dans le bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale en mai 1800. Il fut élu membre de l’Académie de Bordeaux en 1819. Une rue de Blanquefort porte son nom.

En 1849, la propriété passa entre les mains de la famille Mathieu, négociants parfumeurs en Egypte, puis aux Teysseron, négociants en vin à Bordeaux. Propriété sur terrain face couchant adossé à la garenne ; il avait une pièce de vin rouge, puis, en dehors de la propriété, les terrains d’Arboudeau. Superficie de 12 hectares. Vin rouge correct, assez agréable. Le parc, aujourd’hui espace vert public, comporte toujours son temple d’amour qui date de 1740, année de construction du château primitif. Le château a été occupé par les troupes allemandes ; la serre, bombardée lors de la dernière guerre, a été reconstruite en dur. Propriété depuis 1958 de la famille Fouilhac de Padirac, qui le laisse à l’abandon.

Henri Bret.

c.chateau

En  1980, Mme Marie Aimée Fouilhiac de Padirac, propriétaire du domaine, dépose une demande d'autorisation de lotir. Le 30 juin 1980, le préfet de la région Aquitaine prend un arrêté : Mme Marie Aimée Fouilhiac de Padirac est autorisée à lotir un terrain sur le territoire de la commune à l'adresse ci-après : Domaine du château Cambon, lieudit Cachac. L'opération sera dénommée « Lotissement Cambon ». [en jaune, la partie vendue et lotie].

c.plan

Le 12 juin 1984 est dressé le récolement général des travaux de finition du lotissement. La partie de terrain où est implanté le château est conservée par la propriétaire, et une partie d'une superficie de 13 027 m² est conservée par la C.U.B. qui le rétrocède à la commune.

c.parc

Ce document est tiré du mémoire de maîtrise de Bertrand Charneau : Châteaux et Maisons de campagne de Blanquefort, et complété par les Archives municipales de la Ville de Blanquefort. Il est transmis par Jean-Pierre Jouglet.

Pour lire l’histoire de l’aménagement du parc du château Cambon, cliquez ICI.

joomla template