Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le Taillan-Médoc, vu du ciel.

ciel-6 ciel-10

Le Taillan-Médoc se situe sur le grand axe qui depuis Bordeaux pénètre en Médoc, après la traversée de la commune d’Eysines. Sur cette antique voie de communication, la proche campagne de Bordeaux est d’abord convoitée au XVIIIème siècle par l’aristocratie et la haute bourgeoisie urbaine qui investissent dans le vignoble. En recul au XIXème siècle, l’activité viticole est peu à peu supplantée par les ressources forestières de la commune pour le bois de chauffage, puis par le maraîchage qui se développe à la fin du siècle dans la dépression de la jalle et se maintient jusqu’aux années 1970. L’urbanisation galopante des communes méridionales du Médoc, situées en périphérie de l’agglomération bordelaise, a entraîné de profonds bouleversements dans le paysage. Ici, comme à Blanquefort et à Eysines, les résidences et les lotissements forment les « hameaux » de l’ère moderne. Dans le centre de la ville, l’église paroissiale, édifiée au XIXème siècle sur des murs du bas-Moyen-âge, est placée sous le vocable de Saint-Hilaire, ce qui attesterait une haute fondation chrétienne.

ciel-11

Le château du Taillan.

ciel-2

Une légende fait apparaitre dans le parc, les matins de brume, la silhouette d’une jeune femme vêtue de blanc ; « la dame blanche » laisse son nom à un second vin produit au domaine. Issu du démantèlement des terres du seigneur de Blanquefort, le domaine viticole du Taillan naît au XVIIème siècle. Les Lavie, grande famille de parlementaires bordelais, le possèdent dans le dernier tiers du XVIIIème siècle quand est édifié l’actuel château. Sur le parc, sa belle façade s’élève sur deux niveaux, elle est couronnée d’une balustrade qui épouse le profil courbe de l’avant-corps central. Le mouvement ainsi insufflé à l’élévation est d’une grande élégance. Comme une rotonde engagée, l’avant-corps reçoit un traitement privilégié par la forme cintrée de ses portes-fenêtres et leur décor constitué d’une agrafe à la clef du cintre. Les proportions harmonieuses et les rythmes réguliers des travées, soulignées par un jeu de bossage vertical, font les qualités classiques de cette élévation.

ciel-3

Le château du Lout.

Le château, bâti dans la seconde moitié du XIXème siècle, emprunte au style Louis XIII l’alternance de la brique dans le mur et de la pierre autour des ouvertures, en bandeau et en chaînage. Teinté d’italianisme, il s’ouvre par une loggia au troisième niveau.

ciel-5

Le château Brun.

Dans le hameau de Germignan, le château Brun se dessine en un corps de logis élevé sur le modèle de la chartreuse, il est flanqué de deux ailes en retour dessinant une cour, qui étaient destinées aux dépendances.

ciel-4

La ferme de Mon Cheuy.

Les bâtiments agricoles du château de Germignan, dits aussi « ferme de Mon Cheuy », ont été restaurés et transformés en habitation par l’architecte Gustave Alaux au début du XXème siècle. Des frontons curvilignes, à niche ou à volutes, ornent les ouvertures soulignées aussi par l’opposition de la pierre sur le crépi du mur.

ciel-9

L’aqueduc.

Construite pour alimenter la ville de Bordeaux en eau, une adduction de douze kilomètres prend sa source sur le domaine de Thil, sur la Grande Jalle, et traverse la commune du Taillan en un pont-canal d’environ 75 mètres de longueur. Cet aqueduc a été construit en 1852 et 1857.

ciel-1

Texte et photographies extraits du livre : Plein ciel sur le Médoc, Berger M. Éditions, 2008, 352 pages. Avec l'accord, pour les photos, de Michel Berger, et  pour les textes, de Sophie Boisseau.

joomla template