Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Macau, vu du ciel.

ciel-12

Dans le village, un clocher carré signale l’église médiévale Notre-Dame, situé dans l’axe de la route qui conduit au port. Une partie du territoire de la commune est composée d’une ancienne île, l’île de Macau, agrégée naturellement à la rive à la fin du Moyen-âge, et à la pointe de laquelle fut établi le port du village. L’île est toujours dessinée par un ruisseau, la Macqueline, qui contourne ses limites et rejoint le fleuve à ses deux extrémités. Sur toute la longueur de l’île au départ du port de Macau, une route suit la berge, sur laquelle se dressent plusieurs belles demeures.

ciel-11 ciel-13

Le barrage de Macau.

À hauteur du port de Macau, l’île Cazeau se profile, prolongée par un barrage de pierre qui dessine un angle droit pour rejoindre le continent. Le barrage de Macau appartient à un important dispositif visant à canaliser les courants de flot (marée montante) et de jusant (marée descendante) vers le chenal de navigation pour en faciliter le dragage naturel. Au XIXème siècle, l’envasement de la passe du bec d’Ambès, empruntée par les bateaux pour atteindre Bordeaux, alarme le service des Ponts-et-Chaussées, qui décide de dresser ici un enrochement capable de diriger les courants de jusant au-delà de l’île Cazeau. Surélevé au XXème siècle, le barrage provoque l’envasement progressif du bras de Macau, dont les effets, mal mesurés, dépassent les préoccupations locales. L’ouverture d’une passe, actuellement à l’étude, permettra de rétablir une naturalité dans le cours du fleuve.

ciel-1

Le château Larrieu-Terrefort.

Le corps de bâtiment principal du château Larrieu-Terrefort forme la partie la plus ancienne de l’ensemble monumental qui est aussi composé d’ailes plus basses, élevées dans le dernier tiers du XIXème siècle. Depuis le milieu du siècle, la propriété appartenait à Jules Vieillard, célèbre céramiste bordelais dont la manufacture fut active de 1855 à 1985 à Bordeaux ; le domaine était alors une importante propriété viticole. Après un démantèlement de son vignoble dans les années 1950, le château acquis par ses actuels propriétaires en 1972 fit l’objet d’une véritable résurrection ; les constructions furent alors entièrement rénovées.

ciel-2

Le château Cantemerle.

ciel-5

Jean de Villeneuve, second président du Parlement de Bordeaux, acquiert la vieille seigneurie médiévale de Cantemerle en 1579, elle restera propriété de la famille jusqu’en 1892. Si plusieurs de ses murs sont anciens, le château Cantemerle doit au XIXème siècle son actuelle physionomie, marquée par un imposant pavillon central et par une tour-pigeon coiffée d’une haute toiture conique en ardoises. Tenus à l’écart du château selon un principe familier à l’architecture de la seconde moitié du XIXème siècle, les bâtiments d’exploitation viticole s’articulent autour d’un superbe chai ; sur ses murs crépis d’un rose tendre, se détachent les chainages de pierre et le profil appareillé des ouvertures.

ciel-6

ciel-7

 

Le château de Plaisance.

La très belle architecture du château de Plaisance est attribuée à l’architecte François Lhôte et datée de 1780. Sur le modèle de la chartreuse, il ne comporte qu’un bel étage couronné d’une balustrade, elle est interrompue par un fronton triangulaire au centre de la façade. Pour renforcer son caractère monumental et pour inclure les chais, l’architecte disposa la demeure sur un haut soubassement formant entresol et dessina un large escalier à double volée. Les proportions et le décor reposant sur les effets du bossage et des balustrades lui confèrent une élégance toute classique. Comme la maison de maitre, les dépendances sont aussi construites dans une pierre blonde provenant des carrières calcaires de la rive droite.

ciel-9

Le château Biré.

Situé à la pointe sud de l’ancienne île de Macau, la maison de maitre du château Biré forme une imposante demeure bourgeoise qui fit l’objet de deux grandes campagnes de construction : l’une au XVIIIème siècle voit l’édification d’un premier corps de bâtiment, la seconde au XIXème siècle lui donne son actuel visage, plus monumental. Sur le fleuve, deux pavillons chinois signalent le château, ils proviendraient d’une Exposition universelle, peut-être celle de 1901.

ciel-4

Le château Barreyre.

Nicolas Barreyre acquiert en 1793 la demeure du domaine, construite vingt ans plus tôt, et son vignoble situé face à la Garonne. Sur cette rive de l’estuaire formé de l’île Macau colmatée d’alluvions, les terres dites « terres de palus » sont aussi plantées de vigne dès la fin du XVIIIème siècle. Comme le château de Plaisance, depuis son étage noble surélevé, la maison de maître regarde vers le fleuve et un escalier habille majestueusement la façade.

ciel-3

Le château Maucamps.

ciel-8

Le port.

ciel-11

Texte et photographies extraits du livre : Plein ciel sur le Médoc, Berger M Editions, 2008, 352 pages. Avec l'accord, pour les photos, de Michel Berger, et  pour les textes, de Sophie Boisseau.

joomla template