Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Visite commentée du Taillan.

Un peu d’histoire : Le Taillan est actuellement peuplé de 8 500 habitants, en 1960, 2 000 habitants et à la Révolution 800. Le Taillan a alimenté Bordeaux en eau jusqu’à 60 % ; cette eau est de grande pureté ; le sous-sol est parsemé de sources.

À la préhistoire il y a des habitants en bord de Jalle puisque en 1905, le curé Brun fait des recherches et trouve une « hache polie ». On peut dater cependant la fondation du Taillan au Xème siècle car c’est à cette époque que le duc d’Aquitaine cède la paroisse du Taillan, avec un bâti existant, à l’église Sainte-Croix de Bordeaux.

Les 3 âges d’or du Taillan :

- le 1er âge d’or : du XI au XIIIèmes siècles, cette terre à vin est très appréciée en Angleterre et à Bordeaux, où le vin du Taillan, va devenir le vin de messe.

- le 2ème âge d’or : Les XVII et XVIIIèmes siècles vont être cette période. En 1601 les religieux et le seigneur de Blanquefort morcellent leurs terres et ce sont les parlementaires qui achètent et fondent leur bourdieu ou maison noble. Sur le Taillan, il y en aura environ 10 de bâtis !

- le 3ème âge d’or : avec le classement des crus de 1855, le Taillan ne peut rivaliser avec Margaux, Pauillac, etc. La mairie du Taillan choisit alors de faire des plantations de pins et le Taillan devient une terre à bois de chauffage pour Bordeaux jusqu’à la fin du XIXème siècle.

- A quand le 4ème âge d’or du Taillan ?

Viste du Taillan :

La mairie : le syndic (assemblée des notables) au XVIIIème siècle se réunit dans l’église et cela perdurera après la Révolution jusqu’en 1846. Peu après l’élection du 1er maire, une petite mairie est construite, mais en 1880 la construction de la mairie actuelle (sur la route du Médoc, de façon ostentatoire) est décidée et très vite de chaque coté y sont adjointes 2 constructions, d’un coté l’école et de l’autre l’asile pour les vieillards.

Le lavoir a été reconstitué il y a moins de 10 ans. Un 1er lavoir est construit début XIXème siècle puis reconstruit en 1870, l’architecte pourrait être Durand, et il a un système de récupération d’eau de pluie (impluvium). En 1914, le bassin de pierres est bétonné. Le Taillan devait avoir une dizaine de lavoirs, qui étaient des lieux de sociabilité réservés aux femmes !

Le monument aux morts : il est construit sur l’ancien emplacement du cimetière qui était à proximité de l’église mais aussi sur une source ! C’est en 1919 grâce aux dons que le monument réalisé par Florentin Chauvet est construit ; le poilu y est représenté fier et vaillant, avec tous ses attributs.

L’église Saint Hilaire : la 1ère église est construite à l’emplacement d’un lieu de culte gallo-romain dédié à une source !

L’église actuelle de 1853 est réaménagée en 1863. La tour porche date de cette époque mais avec des restes du XVème siècle sans doute dont 2 chapiteaux ; cette tour était recouverte de bois lors de la 1ère construction. L’intérieur de l’église est dans le style néo-médiéval appelé aussi néo-gothique. Les fenêtres sont à pénétration et pourvues de jolis vitraux réalisés par plusieurs maîtres verriers ; les plus beaux (les coloris, les détails…) sont dans le chœur et plus on s’en éloigne, moins les vitraux sont recherchés.

Le presbytère est accolé à l’église et sa construction date de 1880 ; son parc a été récemment aménagé et ouvert au public.

La vieille maison Sandiland : son nom est celui d’un propriétaire terrien du Taillan ; sa toiture est remarquable et doit sa forme à sa charpente en forme de coque de navire renversée ; la construction de cette maison est difficile mais elle est sur cave voutée et possède une cheminée ancienne ; ses origines pourraient être du XVème siècle. Le bâti peut se dater quand à lui du XVIIème siècle. Au XIIème siècle, cette propriété appartient à l’abbaye de Sainte-Croix qui y produit le vin ; l’architecture des chais actuels date du XVIIème siècle mais ils ont certainement été établis sur les constructions de l’ancien prieuré car on y décèle, oratoire et cellule moniale et aussi un autel. En 1601, Sainte-Croix vend et différentes familles s’y succèdent : Aste, Poitevin et Lavie. M. Lavie est le 1er président du Parlement de Bordeaux ; il fait réaliser entre 1770 et 1780 cette construction en L que nous voyons ; certains pensent qu’elle a pu être en U… Sa forme est traditionnelle avec les habitats pour les maîtres et l’aile pour le personnel, dans le parc chais et cuvier. Le château est rénové par Jean-Baptiste Dufart au début du XIXème siècle ; la maison devient alors un lieu de vie et non plus uniquement de villégiature. Le château accueille des intellectuels qui ont accès à une grande bibliothèque mais aussi une collection d’estampes. Le marquis de Bryas épouse une fille du président Lavie et se passionne pour l’agronomie et particulièrement pour l’assèchement des marais et écrit même un traité à ce sujet. Henri Cruze, propriétaire au début du XXème siècle, fait installer dans le parc le retable de la chapelle de l’hôpital de la Manufacture de Bordeaux ; cette chapelle est alors en train d’être démolie et Henri Cruze remarque ce retable, l’achète, le fait démonter et remonter dans le parc de son château ! Actuellement, c’est l’unique vestige de l’hôpital de la Manufacture ! Ce retable date de la reconstruction de la chapelle de l’hôpital vers 1740 ; il fermait le chœur ; il est en pierres, marbres rouge et gris des Pyrénées. Les sculptures sont des frères Vernet, et inspirées de la nature. Au centre, il y avait un tableau représentant l’Assomption de la Vierge qui n’existait déjà plus lorsqu’Henri Cruze l’achète.

Extrait du blog Connaissance d’Eysines, Elisabeth Roux, 17 décembre 2013, qui relate une visite du Taillan du 29 juin 2013, commentée par Laurence Chevallier.

joomla template