Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Historique et description du château Tanaïs.

Historique.

A- Édifices antérieurs.

André Tanais (ou Tanays), marchand à Bordeaux près de la porte Dijeaux, décide, vers 1760, de faire démolir la vieille bâtisse qu'il possède au lieu-dit Clapeau à Blanquefort, et de faire construire, avec remploi, trois échoppes. L'entrepreneur Pierre Tardy propose, pour le prix des trois échoppes, de construire une maison de cent douze pieds de façade, sur trente pieds de hauteur (environ 37 mètres sur 10 de hauteur), à condition qu'André Tanaïs fasse construire en plus, des ailes basses et la clôture. La demeure a été construite comme l’atteste la facture de Pierre Tardy, datée du 18 aout 1767, mais le payement a occasionné un procès qui a fait intervenir R. Costier, peut-être architecte, puisqu'il affirme en 1769 avoir fait un plan pour la bâtisse de Clapeau (en aout 1763) et fait démolir la façade commencée pour : « la jauger parallèle au mur de derrière et y former un avant-corps ». (AD.33. Sac à procès 9745, et voir pièce justificative, plus bas.)

ch.tanais2

La gravure publiée dans les « Statistiques générales » de Féret en 1874, alors que la famille Avril est propriétaire, donne un aperçu de la demeure à la fin du XIXème siècle. Pour le début du siècle suivant, une carte postale montre l'aspect de la façade antérieure. Elle comprend un pavillon central mis en évidence par des chaînes d'angles. Les baies du premier niveau de ce pavillon sont masquées par une véranda ; au deuxième niveau, trois fenêtres possèdent un chambranle mouluré avec un linteau en anse de panier pour la fenêtre du centre, et un linteau en arc segmentaire pour les fenêtres latérales. De part et d'autre du pavillon central, les ailes de même hauteur présentent au premier niveau des baies ayant un liteau en arc segmentaire, tandis que le chambranle des baies du deuxième niveau est orthogonal.

B- Origines du domaine.

ch.tanais5

Il semble, à l'examen de la carte de Belleyme, que le domaine de Tanaïs est une propriété détachée du vaste domaine de Clapeau au XVIIIème siècle. Le cadastre de 1806 montre des bâtiments de forme irrégulière, avec, vers le sud, un bassin que le cadastre de 1843 restitue en précisant le circuit des ruisseaux qui circulent au sud du parc. Le logis est, à cette époque, de forme rectangulaire avec un avant-corps sur la façade sud. Dans les « Statistiques générales », le commentaire sur « le domaine de Tanaïs-Clapeau » signale que la vallée occupée par le château, le parc, les prés, est parcourue par un ruisseau naturel qui a permis à M. Avril de créer un étang de plus d'un hectare. Le domaine s'appelle actuellement « camp de Tanaïs », et sert de terrain de manœuvres pour l’armée.          

Description.

Situation et composition.

Le domaine de Tanaïs s'étend au nord-ouest de la commune. Il jouxte celui de Grand Clapeau. La construction se compose d'un logis flanqué de deux basses ailes. Des chais sont adossés sur toute la longueur de la face postérieure.

ch.tanais4

Matériaux et leur mise en œuvre.

Le logis et les basses ailes sont construits en pierres calcaires recouvertes d'un crépi lie de vin. Les toits sont couverts de tuiles.

La demeure.

A- Parti général.

Le corps de logis se présente suivant un plan rectangulaire. La façade antérieure est orientée vers le sud.

ch.tanais3

 

B- Élévations extérieures.

Façade antérieure.

Le pavillon central est en léger ressaut par rapport aux deux ailes. Il comprend trois travées de baies. Sur la travée centrale, la porte d'entrée principale comporte un chambranle mouluré ; au dessus, la fenêtre du deuxième niveau est ornée d'une agrafe d'où pendent des grappes de fruits. Sous l'appui, la table est décorée d'une guirlande de feuilles et de fruits. Cette travée est mise en valeur par des chaines à refends, motif repris sur les côtés du pavillon dont les angles sont adoucis. De part et d'autre de cette travée centrale, une travée avec porte cintrée au premier niveau et décor de branches de laurier pour la table des fenêtres du deuxième niveau. Les ailes comprennent quatre travées de baies sur deux niveaux séparés par une forte moulure.

Au deuxième niveau, au dessous des fenêtres, les tables présentent un motif géométrique en relief. Sur les basses ailes, s’ouvre une large porte dans une embrasure en arcade comprise entre deux chaînes à refends.

ch.tanais1

Note de synthèse.

Pierre Tardy, l'entrepreneur d'ouvrages de maçonnerie qui, en 1768, est en procès avec André Tanaïs, est peut-être parent de Claude Tardy, natif de Chambéry en Savoie qui est d'abord tailleur de pierres, puis, installé aux Chartrons, est dit « maitre architecte de cette ville » dans une lettre de 1773. (AD.33 2E 2673).

La maison construite par Pierre Tardy à Blanquefort, a, semble-t-il, disparu au début du XIXème siècle d'après le relevé cadastral fait sous l'Empire. Sur le même emplacement, une demeure a été édifiée vers 1840. La demeure actuelle a subi des restaurations importantes dont Édouard Avril, riche propriétaire vers 1870, est peut-être le promoteur.

Pièce justificative : Sac à procès n° 9745; concernant la « maison de Clapeaux » (extraits). [écriture respectée] «  État de l'ouvrage que moy Pierre Tardy, entrepreneur de maisons, ay fait pour Monsieur Tanays jeune marchand à Bordeaux restant prés la porte Dijeaux, dans son bien de Blanquefort au lieu appellé Clapeaux. Du 18 aout I767.

Pour avoir fait une batisse de cent douze pieds de long et trente pieds de hauteur. Premièrement les deux fassades, avec les arazures de 18 pouces de hauteur contiennent 282 brasses et 6 pieds a raison de 4' la brasse

Plus 6 murs derrefant, a savoir 2 murs de I8 pieds 6 pouces de long et 33 pieds de hauteur y compris les pignons...

Plus les 2 murs qui ne sont pas pignonés de 30 pieds de hauteur et I8 pieds 6 pouces de long.

Plus les 2 murs du vestibule de 20 pieds de long et 33 pieds de hauteur

Plus avoir commencé les basse zelle du cotté du levant de 25 pieds de long et 3 pieds de hauteur...

Plus de l'autre coté du couchand la chambre qui est commencée.

Plus avoir muré une porte du cuvier de 5 pieds de large et 6 pieds de hauteur.

Plus une croisée dans le meme mur de I8 pouces de large et 3 pieds de hauteur.

Plus avoir muré une porte du chay de 5 pieds de large et 8 pieds de hauteur, etc.

Texte et photographies extraits de : Châteaux et maisons de campagne de Blanquefort, mémoire de maitrise de Bertrand Charneau, Université de Bordeaux III, 1984.

joomla template