Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Le château de Belfort.

Le château de Belfort, situé à Issac, à quatre kilomètres à l’ouest du bourg de Saint-Médard-en-Jalles, fut au XVIème siècle le fief d’Arnaud de Ferron. Il passa au XVIIème siècle à la famille de Ségur et, sous Louis XVI, au comte de Ségur de Cabanac, lieutenant général des armées du roi. À l’époque de Louis-Philippe, le château et le domaine appartenaient à M. de Courcy.

Ces lieux furent le théâtre de grandes manœuvres militaires au cours de l’été 1845. Le duc d'Aumale, fils du roi, commandant en chef des troupes, établit son quartier général au château, avec son état-major et de nombreux officiers d'ordonnance.

ch.belfort

Manœuvres, revues, défilés se succédèrent. Le 15 septembre, le duc d'Aumale donna une fête splendide au château, transformé pour l'occasion en palais féerique par les soins de l'architecte Burguet. Des pavillons, une salle de bal et une buvette avaient été ainsi aménagés et une société nombreuse et en grande toilette se pressait dans les salons de Belfort.

Le successeur de M. de Courcy, vendit cette vaste propriété qui fut alors morcelée. Le château racheté par M. Cellerier, négociant à Bordeaux, fut restauré.

Le monument devint presque un nouvel édifice : le pavillon central fut exhaussé et recouvert d'une toiture en ardoise surmontée d'un lanterneau. Autour, les constructions basses furent restaurées et meublées avec luxe ; devant se trouvaient deux larges rangées de servitudes reliées par une grille, dans laquelle s'ouvrait un portail. Devant la façade ouest, se trouvait une prairie semi-circulaire entourée d'une garenne percée d'allées d'un charmant effet. Le domaine comprenait alors « trois cent cinquante journaux ». Son vignoble, qui produit alors de quarante à cinquante tonneaux de vin rouge, est le premier cru de la commune à la fois pour sa qualité et sa quantité.

Aujourd’hui, propriété communale et siège du Centre Hippique Girondin, le château a gardé la physionomie qu’il avait aux alentours de 1850.

Le pavillon central à la Mansart, restauré, est flanqué de deux ailes symétriques à un rez-de-chaussée avec trois ouvertures côté cour et sept côté parc. Les vastes chais, en retour d'équerre, qui délimitaient la cour fermée d'une grille ont été transformés en écuries.

La cour est aujourd'hui agrémentée de parterres de gazon où sont disposés symétriquement des buis taillés en boule.

Fiche n°4 du Conseil général de la Gironde.

joomla template