Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La toponymie.

L'onomastique girondine charrie des alluvions apportées par toutes les langues parlées sur notre sol depuis les lointains temps préhistoriques. Et le linguiste prudent reste bien souvent incapable de donner une interprétation sûre des noms de lieux les plus anciens. La plus riche série remontant à l'époque préceltique est constituée par les noms de lieux habités terminés par le suffixe « aquitain » -os, nombreux dans la moitié sud du département: Andernos, Auros, Bernos, Budos, Guillos, Insos, Lados, Mios, Saumos, etc. Les radicaux s'expliquent par des noms d'hommes d'après G. Rohlfs.

Les noms de rivières, pour la plupart très anciens, sont autant d'énigmes pour le chercheur. Tout au plus peut-on reconnaître la racine dur, qui signifie peut-être simplement « eau » ou « masse d'eau », dans Durèze, Dourdèze (comme dans Dordogne, Dronne et Dropt). La Barbane et la Barbouse semblent tirer leur nom d'une racine barb-, variante de borb- « bouillonnement d'eau ». Et la Leyre landaise pourrait être un homonyme de la grande Loire (Liger, nom contenant une racine de sens inconnu). Le nom de la colline de la Roque de Thau en Bourgeais s'explique sans doute par la base préindoeuropéenne taur « montagne ». Quant aux noms de villes venus de cette époque, ils sont encore plus obscurs à commencer par Bordeaux (attesté au 1er siècle av J.C. sous la forme Burdigala), dont l’étymologie n’a pas fini de faire couler de l’encre.

Cette couche préceltique a laissé quelques mots qui ont survécu dans le lexique dialectal et ont été producteurs de toponymes jusqu’à l’époque moderne : ainsi, artiga « défrichement », jauga « ajonc épineux », roc, roca « rocher », tap « talus », tuc, tuca, truc, cruca « butte », etc.

Parmi les formations celtiques, on peut citer Condat, du gaulois condate « confluent », ancien nom de Libourne conservé par un quartier de la ville. Une autre base étymologique est equoranda « limite d'eau », représentée par le nom de l'Engranne, rivière frontière entre les Bituriges Vivisques et les Vasates, et la Guirande, lieu-dit et gué sur un ruisseau à la frontière des Bituriges et des Santons. Dans Coutras (Corterate) on trouve le mot gaulois rate « rempart, forteresse ». Le mot gaulois ialo « clairière » a donné la terminaison -euil en français (-ulh en occitan) : Casseuil (avec cassanos « chêne »), Pineuilh (pinus « pin »), Verneuil (vernos « aulne »), Verteuil (radical obscur).

Bon nombre de mots gaulois sont restés en occitan et ont donné lieu à des formations bien postérieures : barta « broussailles », bruc, bruga « bruyère », brulh « bosquet », casse « chêne », clot « trou, mare », comba, coma « vallon », garena « bois », gorsa « haie, buisson », grava « gravier », landa « lande », nauda, nausa « marécage », rega « sillon », sesca « roseau aquatique », vèrn, vèrnhe « aulne », etc.

De formation latine, les noms des villas formés avec un nom de personne latin ou gaulois et les suffixes -anum > -an ou -acum > -ac constituent la majorité des noms de communes du département. On trouve ainsi Avensan (de Aventius + suff. -anum), Blaignan (de Blannius), Gaillan (Gallius), Léognan (Leonius), Le Taillan (Altilius). On rencontre parfois une forme plurielle -ans ou -as, du latin -anos : Mérignas s'explique par la locution Marinianos (agros) « les champs de Marinius ». La série en -ac est encore plus nombreuse : Aubiac (de Albius), Beychac (Bassius), Floirac (Florius), Juillac (Julius), Lussac (Lucius), Mérignac (Marinius), Pauillac (Paulius), Savignac (Sabinius). On a aussi le féminin -aca dans Flaujagues (Flaviaca villa « villa de Flavius »). Remontent aussi à la période gallo-romaine des noms comme Virelade < latin villa lata « domaine étendu », Castres < castra « camp (fortifié) », Cartelègue < quarta leuca (borne marquant la quatrième lieue sur la route partant de Blaye), Mazères, Madère < maceria « ruines », Croix d'Hins < fines « limite » (celle des Bituriges et des Boïens). Le ruisseau bordelais du Peugue < pelagus « mer » (parce que la marée y remonte). Les formations romanes ou occitanes constituent les gros bataillons de la micro toponymie qui s'est développée depuis un millénaire. Les toponymes se présentent tantôt sous une forme dialectale plus ou moins adaptée, tantôt carrément traduits en français (leur forme gasconne subsistant dans l'usage oral), ceci au hasard des caprices de ceux qui ont été amenés à les écrire : clercs, notaires et officiers seigneuriaux, royaux et républicains de toutes catégories. Ils concernent la nature ou les installations humaines :

• Le relief : avec les nombreux toponymes formés sur Mont, Montagne, la Motte, etc. La forme locale de puy < latin podium est puch, dont les dérivés sont Pujols, le Pujeau, le Pouyau, la Pouyade, la Pujade. Labat signifie « la vallée », Bellebat « belle vallée ». La Coste, le Béchade désignent des versants ; la Combe, Conques et la Bache des vallons ou des bas-fonds.

• La nature du sol : la Grave, le Grava, la Graveyre « terrain graveleux » ; Lardile, Argilas, l'Argileyre « terrain argileux », de même que Terrefort ; le Sabla, le Sablon, le Sablouney (nom de la grande dune du Pilat) « sable » ; la Peyre, Peyrous, la Peyrille « terrain pierreux » ; la Roque, Rouquey, la Rouquette, « rocher ».

• Les eaux : sur le gascon aiga sont formés Layguebasse, Ayguemorte, Saint-Girons d'Aiguesvives, mais Goualade « eau large » et le ruisseau de la Gouaneyre « eau noire » remontent à une forme du gascon le plus archaïque agua ; le gascon riu « ruisseau » se trouve dans Larrieu, le Rivet, Riocaud, Larrivat ; d'autres cours d'eau sont nommés localement la Barade, la Craste, l'Estey, la Jale ; la Gourgue est un canal creusé de main d'homme, et la Clote une mare ; les étangs des landes mal drainées sont à l'origine de la Lagune, la Laguë, Lagunegrand ; les lieux marécageux s'appellent la Palu, Paludate, Bourideys, la Berle ; les sources ou fontaines sont représentées par la Font, Neuffons, Nauhons, la Hontane, Bellefond,

Fontcaude, les Ontines (pour les Hontines, ruisseau à Mérignac).

• La végétation : l'Aubarède (saulaie), Laulan, Laulana (noisetier), Betouret (bouleau), la Brande, le Brana, Braneyre (grande bruyère), le Bruc, le Bruga (petite bruyère), la Brède (aubépine), Bemède, Bemada (aulnaie), le Carpe, Carpenet, le Carpia (charme), Casse, Cassevert, la Cassagne, Cassiet (chêne, chênaie), Castagney, Castanet (châtaignier), le Freyche (frêne), Geneste, Ginesta (genêt), le Huga, le Hougueyra (fougeraie), la Jaugue, l'Ayauga (ajonc épineux), le Nouguey, Nougarède (noyer), Omet, Loumède, Louloumet (ormeau), Poumey, Pomerol (pommier), la Sesque, Sesca (roseau des marais), etc. Les toponymes sylvestres sont le Bosc, le Bousquet, le Bouscat, la Garenne ; la Sauve, Seugues (du latin silva) ; le Breuil, la Barthe et le Luc ont été employés au Moyen Age ; Labatut est un bois abattu, un défrichement.

• Les cultures : l'Artigue, l'Artigau, le Treytin rappellent les grands défrichements médiévaux ; Camps, Campgrand se rapportent à des champs, et le Prat, la Prade, Pradères à des prés ; la Courrège est un champ de forme allongée, et la Vigne, le Vignau, la Vignolle, la Vignasse, le Plantey sont des toponymes viticoles.

• Les établissements industriels : Mouliets, le Mouliot sont de petits moulins (à eau ou à vent), mais la Mole, la Mouline ne désignent que des moulins à eau ; la Moulinasse est un moulin en ruines et le Moulia l'emplacement d'un moulin ; le Batan était le moulin à fouler les draps ; la Fargue, la Hargue, la Herreyre rappellent d'anciennes forges ou des lieux d'extraction du minerai de fer ; à la Teouleyre on cuisait les tuiles, et à la Carbouneyre le charbon de bois.

• Les voies : la Caussade et la Vie peuvent garder le souvenir de voies romaines ; la Caminasse, la Caminade, la Caminotte, le Biot ne sont que des chemins ou des sentiers ; le Cayrehourc, la Hourcade, le Canton sont les noms des embranchements de routes ; on trouve au bord des ruisseaux la Palanque, le Pontet, la Pontrique « passerelle », sinon le Ga ou le Pas « gué » ; le Port, Portets « ports de rivière ».

• Les habitations : Loustau, Loustauvieil, Loustauneau « la maison (vieille, neuve) » ; la ferme ou la métairie a été désignée autrefois par des noms comme la Borde, la Borie, le Mayne, peu usités aujourd'hui, de même que casau (« jardin » en gascon moderne) ; la Salle « manoir » ; Castets « châteaux », et le Castéra « emplacement d'un château » ; le Courtiou, le Parc, la Pargade sont des bergeries.

• Les établissements religieux : la Gleyse, Gleysevieille rappellent des églises disparues ; la Capère, la Capelle « chapelle » : le Priourat, le Priolat « le prieuré ».

Texte extrait de Gironde, Encyclopédie Bonneton, 2002, Bénédicte Boyrie-Fénié, p.169-177.

Pour lire une autre approche des toponymes de la porte du Médoc, cliquez ICI.

joomla template