Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Ce canton possède un patrimoine important de châteaux et de belles demeures et les habitants ont la chance de pouvoir en visiter la plupart. Certains sont menacés par l’usure du temps et demandent un sérieux effort de sauvegarde.

Nous vous proposons de les découvrir dans leur grande variété , mais tout d’abord précisons les termes employés à leur sujet.

Bourdieu : Un bourdieu dans la région – bordiu en gascon - est connu dès le XIIIème siècle pour désigner un bâtiment associé à une fonction viticole. On peut le rapprocher des maisons de campagne construites au XVIIème siècle en pays bordelais : « long corps de logis composé d’un pavillon central à trois niveaux flanqué de deux ailes à étages dont les parties extrêmes, marquées par ces chaînes à bossage saillant, étaient elles-mêmes en ressaut sur les deux façades. Le décor, plus récent, devait être réalisé en pierres de taille plaquées sur une partie des murs plus anciens en mœllons, le reste étant recouvert d’un enduit blanc à la chaux… Les pièces en haut comme en bas étaient très grandes, pas de chauffage mais de très grandes cheminées. La propriété était entourée d’un grand terrain où poussaient de nombreux arbres, cerisiers, noyers, gros chênes et un gros magnolia… » (Alain Tridant, Château Dillon, Publications du GA.H.BLE, 1998, p. 39).

Chalet : mot de Suisse romande, de cala abri.
De la cabane d’alpage en pierre sèche ou en bois où l’on fait des fromages, on passe à une habitation alpine trapue, à galeries et toit débordant, puis à une villa ou habitation de même silhouette en matériaux rustiques, souvent à balcons et lambrequins, ornement en bois ou en métal, bordant un auvent en bois découpé (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, 1982).

Chartreuse : d’un couvent de chartreux, on est passé au sens un peu vieilli d’une petite maison de campagne isolée, mais aussi localement une maison de style classique en pierre blonde de Gironde, typique du bordelais ( Grand dictionnaire encyclopédique Larousse 1982).
« Une chartreuse en région bordelaise est une maison de campagne « bâtie par des aristocrates à l’écart des bruits de la ville » (Albert Rêche, Bordeaux et ses vignobles, Beautés de la France n° 72, Larousse, 14 mars 1977), parallèlement au développement de la culture de la vigne, à partir de la fin du XVIIème siècle. Elles sont en général sans étage et ouvrent sur une terrasse et un jardin ; leur pavillon central est marqué par un léger ressaut avec un fronton en façade » (Alain Tridant, Château Dillon, Publications du GA.H.BLE, 1998, p. 49).

Château : du latin castellum forteresse, diminutif de castrum camp.
C’est au départ une habitation seigneuriale ou royale (au sens de palais), une demeure féodale fortifiée, défendue par un fossé, des murailles et des tours (au sens de château-fort), puis une grande et belle maison de plaisance à la campagne. Dans le Bordelais, suivi d’un nom propre et avec majuscule, ce mot désigne une maison même modeste et ses vignes attenantes qui produisent un grand cru de vin. (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse 1982).
« Un château désigne dans le Bordelais toute propriété dont l’exploitation viticole dispose d’une installation de vinification autonome et d’un territoire parfaitement cadastré ; petit à petit, le terme a été identifié et s’est substitué à celui de cru (du verbe croître) ; le mot était déjà utilisé au milieu du XIVème siècle et désigne la production viticole proprement dite - et par extension le terroir – du domaine concerné. De ce fait, la propriété peut très bien ne pas être dotée d’un château de pierre, au sens architectural du terme, et se contenter d’une simple demeure rurale, voire ne comprendre aucune construction. Il y a aujourd’hui 5 000 « châteaux » dans l’aire bordelaise d’appellation contrôlée » (Alain Tridant, Château Dillon, Publications du GA.H.BLE 1998, p. 49).

Clos : latin médiéval clausum espace clos. Parcelle cultivée et fermée de murs ou de haies, près des maisons. Se dit notamment en parlant d’une vigne. Par extension, demeure entourée de clôtures. Un lieu-dit de la commune de Blanquefort, proche de l’église, porte ce nom.

Demeure : maison généralement belle ou importante.

Domaine : terre possédée par un propriétaire, un domaine vinicole peut désigner un château ou un clos.

Pavillon : petite maison dans un parc ou un jardin.

Villa : du latin villa = maison de campagne.
Le sens le plus connu est sans doute celui de maison de plaisance située dans un lieu de villégiature, mais on l’emploie aussi dans le sens d’une maison individuelle située en banlieue, en général plus luxueuse qu’un pavillon. Dans l’antiquité romaine, c’est un domaine rural ou une riche demeure de villégiature (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, 1982).

Henri Bret.

joomla template