Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les principales sources disponibles.

Les registres d’état-civil.

Les actes de décès étaient établis, soit par l’autorité militaire lorsque ces décès étaient constatés, soit par jugement du Tribunal d’Instance lorsqu’ils régularisaient une disparition. Dans le second cas, ces régularisations sont largement postérieures à la disparition, elles sont souvent postérieures à la fin de la guerre. Les actes de décès étaient adressés à la mairie du lieu de résidence au moment de l’incorporation pour être transcrits sur les registres d’état civil.

Le fichier du Ministère des Anciens Combattants.

Ce fichier est accessible sur internet. Il indique la date et le lieu de naissance, la date et le lieu du décès, la date et le lieu de la transcription. Il ne concerne pas les marins ni les militaires morts après la fin de la guerre.

Les archives de la Mairie d’Eysines.

Ces archives ont conservé des documents intéressants :

- les avis de décès et de disparition adressé à la mairie,

- différents états de morts, de veuves, d’orphelins de la commune

La mention « Mort pour la France » a été instituée par la Loi du 2 juillet 1915.

Elle est normalement attribuée à ceux qui ont trouvé la mort dans les combats ou des suites de leurs blessures. Sauf indication du contraire, tous les morts d’Eysines ont bénéficié de cette mention.

Les sources utilisées.

Mairie d’Eysines.

- Registres d’état civil. Sur les registres de décès sont transcrits les actes de décès des militaires qui résidaient à Eysines au moment de leur incorporation.

- Boites d’archives 5.H.1, 2 et 3, guerre 1914-1918. Ces boites d’archives contiennent des documents divers comme ceux relatifs : à la mobilisation, aux réfugiés de Belgique et des zones occupées, aux restrictions alimentaires, aux réquisitions militaires, notamment au profit des troupes américaines. Elles contiennent en particulier les avis de disparition et de décès aux armées ; ces avis ne concernent pas toujours des militaires dont l’acte de décès a été transcrit à Eysines.

- Délibérations du conseil municipal. Celles qui ont été exploitées concernent surtout l’érection du monument aux morts.

- Dossier « Monument aux morts » : 1.F.2. Dénombrements de population de 1911 et 1921. Ces dénombrements ont permis de dresser les pyramides des âges avant et après le conflit. Ils apportent des informations sur la composition des familles, l’âge et l’origine géographique des habitants, leurs activités professionnelles, etc.

 

Archives Départementales de la Gironde.

- Série R. Anciens combattants. Nombreux dossiers sur les associations d’anciens combattants, les amicales régimentaires, mais rien sur l’érection des monuments.

- Série 2.O. Eysines, édifices publics et monuments. Contient un dossier des correspondances avec la préfecture relatives à l’érection du monument.

Internet.

- Site « Mémoire des hommes » du ministère des Anciens combattants. Ce site internet contient les reproductions des fiches des tous les militaires (à l’exception des marins) morts pour la France pendant la durée de la guerre (on n’y trouve pas ceux qui sont morts des suites de leurs blessures après le 11 novembre 1918). Ces fiches indiquent : le nom, le prénom (c’est le prénom usuel et pas toujours celui de l’état civil), la date et le lieu de naissance, la date, le lieu et les circonstances du décès, les numéros matricules au corps et au recrutement, le grade et l’unité d’affectation et le lieu de transcription de l’acte de décès. Lorsque la fiche contient des informations d’ordre médical, elle est confidentielle et non consultable. Cette source a été exploitée malgré les difficultés découlant des différences de prénoms. Les informations qui en sont tirées sont signalées par « MdH » (mémoire des hommes ; nom du fichier).

- Site « Memorial-GenWeb » : relevé des noms inscrits sur les monuments aux morts. Il comporte quelques erreurs orthographiques et Pierre Cargou y est noté deux fois.

Sources imprimées.

- Le Drame de l’Europe, J.B. Duroselle, collection des lettres et sciences humaines (Cartes du front).

- Histoire du peuple français, Nouvelle librairie de France.

- Et de nombreux autres ouvrages.

 

Sources privées.

Collections de cartes postales de MM. Jean Claude Piet, Guy Michelet.

Collections familiales (Papiers, photographies, souvenirs...) : Mme Ladevèze, MM. et Mmes Guiraud, Lacrampette, Pédemey, MM. Bos, Cazeaux.        

 

joomla template