Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les lieux-dits.

La plupart des lieux-dits actuels existaient déjà en 1600, comme en témoignent les registres d'Etat-Civil. Certains, autrefois animés et prospères ont complètement disparu. Il n'en reste plus que le nom. On trouvera ci-après le peu qu'on sait sur ces lieux-dits anciens.

carte

Le bourg, on l'a vu n'est pas au centre de la commune, peut-être parce qu'il était rattaché à Saint-dard et que, à l'origine, c'était, après Segonnes, la seule petite agglomération en bordure d'une zone serte et inhospitalière.

Bebian, Bourazeuilh : nous n'avons rien trouvé sur leur origine et leur histoire.

Boutuges, maintenant au milieu de la forêt, était le siège d'une grande tuilerie. Il n'en reste que quelques trous marécageux d'où l'on tirait l'argile, et des monticules qui furent peut-être les soubassements d'un four. La tuilerie était alimentée par le ruisseau du Mautemps, tout proche.

Caillavet, en bordure de la route de Lacanau, mais sur le territoire de Saint-Aubin fut sans doute là propriété au 17ème siècle d'une famille noble, les De Lacroix dont les dernières descendantes furent très dévouées au service de la population. Pendant la première guerre mondiale, Madame Chauvet-Legoff y créa à ses frais, dans son château, un hôpital auxiliaire pour 22 soldats convalescents.

Cazeuilh, Le Cerisier, Malleret et Mounic, ainsi que Bourazeuilh dépendaient économiquement du château de Cujac, alors qu'ils n'étaient reliés au bourg que par des mirables chemins de terre. Leur population d'origine était constituée par les serfs du château.

Chagneau : centre d'une grosse propriété viticole exploitée au 18ème siècle par une communauté de religieuses sous le nom de Château Hautegrave. Cédé plus tard à de gros armateurs bordelais, il prit le nom de ses propriétaires successifs: Lamarthonie, Grédy puis Chaigneau.

Courmataou ou Courmateau : secteur très humide, voire marécageux mais très fertile, arrosé par le ruisseau du même nom. Au siècle dernier, on y exploitait un élevage de sangsues dont nous parlerons et, récemment, on y avait créé des jardins ouvriers.

Cujac : fait, avec son château, l'objet d'un article particulier. -patrimoine-bati-chateau Cujac cliquez ICI.

Les Garouilles : c'est ainsi qu'on nommait les parcs de grands chênes qui entouraient les bâtiments d'une ferme. Avant le creusement des gravières récemment comblées et sur lesquelles on a construit des lotissements, le seul bâtiment qu'on pourrait localiser dans ce secteur serait un moulin à vent, appartenant à Monsieur de Raoul, seigneur de Saint-Aubin. Le dernier meunier y fut trouvé mort en 1857 "enveloppé par le rouet ou la lanterne du moulin". Les Garouilles ne sont pas mentionnés sur les documents anciens.

Hourton : successivement Forton, Fourton, Ourton, Orton puis Horton était très isolé au milieu de la lande. Les habitants vivaient surtout de l'élevage. Son nom vient d'une famille originaire de là, les Fourton.

Loustauvieilh : en occitan, le seul langage parlé autrefois, "vieilh" signifie "vieux" et "l'oustau" (prononl'oustaou) était une maison fortifiée, construite en dur, où se réfugiait la population en cas d'alerte. En 1600, on parlait déjà de Loustauvielh, se référant sans doute à un bâtiment disparu depuis longtemps. Peut-être a-t-il précédé le château Lassalle, mais cette hypothèse ne repose sur aucun document historique.

Marceron : au milieu d'une prolifération de constructions neuves, on peut encore voir une longue maison basse où habitaient les Marcellon, Marselon ou Marceron, riches laboureurs au XVIIIème siècle et amis des seigneurs de Saint-Aubin.

Mayne de Jouan, Mayne d'Estève : Mayne (prononMaïne) signifie "domaine", Les Estève étaient une vieille famille d'agriculteurs. On n'a pas trouvé de "Jouan" mais ce pourrait être une déformation du pnom Joan, Jehan devenu Jean,

Mounic ou Monic (voir ci-dessus) était peuplé par les serfs du château Cujac, dont le poste de garde était situé près du village. On trouve à proximité de Mounic, les vestiges d'un monticule ou "motte" qui selon la tradition orale, aurait été un lieu de veille pour détecter les pillards et alerter les populations environnantes.

Pivat : (prononcé Pivouat) était situé dans un triangle entre Marceron, les terrains de sports actuels et la RN 215. C'était le sge d'une tuilerie jusqu'au milieu du siècle dernier. Avant de tomber en ruines, elle abrita tous les miséreux de passage. Il ne subsiste provisoirement que quelques trous.

Pont à Cot, Poticon : le premier se réfère à un pont sur le Cagaréou (on dit aussi Pountacot). On ne connaît pas l'origine du second.

Rozier : c'est le nom d'une famille de laboureurs qui y résidait.

Segonnes ou Segounes : c'est l'agglomération la plus ancienne de la commune. On trouve son nom sur de très vieilles cartes, alors que le bourg n'y est pas mentionné. Il est possible que ce village ait constitué une étape sur la voie romaine secondaire qui joignait Bordeaux à Carcans en traversant Saint-Aubin et Castelnau (mais en évitant Saint-Raphaël). Il semble, mais cela demande confirmation, que cette voie romaine ait formé, au moins sur une partie de son trajet, l'assise de l'ancien chemin-Bordeaux, très fréquenté avant guerre par les paysans qui allaient à pied vendre à la ville leurs récoltes de fraises et d'asperges ou les produits de leur basse-cour. Ce chemin, passant par le Verdelet (Voir ci-après) traversait la Jalle à gué entre Gajac et Tiran.

Le Tronquet : Sa tuilerie très ancienne est la seule qui subsiste. Ses exploitants portaient, de père en fils, le surnom de "tiouley", le tuilier. On y cuisait la pierre à chaux jusqu'en 1968. C'est peut-être là qu'a été cuite la statue de Saint-Jean Baptiste au 17ème siècle.

Le Verdelet ou Verderet dont il ne reste plus que quelques gravats dans les broussailles fut habité jusqu'au début de ce siècle. Le chemin qui le traversait était très fréquenté.

Villepreux : autrefois La Salle puis La Trappe fut le domaine et parfois la résidence des seigneurs de Saint-Aubin et autres lieux. Il fait l'objet d'un article particulièr. -patrimoine-bati-chateau Lassalle cliquez ICI.

Les Ruisseaux : Outre le Mautemps et le Courmatau déjà cités, on parle du Monastère et du Cagareau (prononcé Cagaréou). C'est le même ruisseau dont la partie supérieure qui traverse le domaine de Villepreux, fut appelée Monastère lorsque les moines Trappistes s'y établirent. Son cours se perd, dans les bois du Taillan. Ses inondations peu fréquentes peuvent recouvrir plusieurs dizaines d'hectares. Parfois son lit s'affaisse et les eaux disparaissent dans des cavités souterraines. La Pudote n'est plus qu'un grand fossé.


 

Texte extrait du livre du René-Pierre Sierra, Chronique de Saint-Aubin-de-Médoc, juin 1995, éditeur mairie de Saint-Aubin-de-Médoc, p 83- 87.


joomla template