Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les Petits Chanteurs de Saint-Martin de Blanquefort.

C’est en 1967 que commence l'histoire de cette chorale d'enfants.

Voici le récit de cette aventure racontée par Benoit Gaubert : « à cette époque, le bon vieux « Patro » a vécu, les occupations proposées aux jeunes ne sont pas nombreuses sur la commune. Les sports sont encore peu développés (l’Entente Sportive Blanquefortaise ne verra le jour qu’en 1971), et la télévision n’a pas l’influence qu’elle a aujourd’hui. Dans ces conditions, il est facile, pour le jeune abbé Jacques Tillier qui vient d’être nommé vicaire à Blanquefort, de regrouper autour de lui quelques jeunes garçons pour faire du chant choral. L’association « les Petits Chanteurs de Saint-Martin de Blanquefort » voit le jour au printemps 1967 avec comme président M. Roger Baumet ; présidence qu’il assurera pendant quinze ans.

Très vite le groupe s’agrandit. Les pionniers connurent leurs premières récompenses avec une prise d’aube en mars 1968. Affiliés la même année à la Fédération française des « Pueri Cantores », ils en reçurent l’insigne le 17 novembre de la même année. La jeune manécanterie (école qui forme les enfants de chœur d'une paroisse et leur enseigne le chant choral sacré et profane) participe à de nombreuses rencontres : congrès national en avril 1969, congrès régional à Bordeaux en 1970, rassemblement des petits chanteurs à Angoulême en 1971.

manécanterie

À la rentrée scolaire 1971, suite au départ de M. l’abbé Tillier, j’accepte de prendre la responsabilité du groupe. Mon désir le plus cher est de continuer l’œuvre de mon prédécesseur et d’augmenter les effectifs ; aussi dès la rentrée 1972-73, le groupe accueille les jeunes filles qui le désirent. Depuis des années, Mlle Suzanne de Kerkhove assure fidèlement l’accompagnement des chants à l’orgue pendant les offices et c’est tout naturellement qu’elle apporte son concours pour les répétitions du groupe qui ont lieu une fois par semaine dans les salles paroissiales, à l’aide d’un petit harmonium. Dans le cadre de la paroisse, les petits chanteurs animent chaque mois une messe tantôt à Caychac, tantôt à Blanquefort revêtus de leur belle aube blanche, symbole de leur engagement au sein des « Pueri Cantores ». Il me faut ici remercier tout spécialement Mlle Georgette Puymalie qui assurait l’entretien des aubes. Pour ces offices, comme pour les concerts donnés par la manécanterie, Mlle Suzanne laisse ses claviers à Monique Gaubert, organiste suppléante à la basilique Saint-Seurin de Bordeaux. Mais ils prêtent aussi leur concours à diverses manifestations locales : repas des anciens, fête du 8 mai à Caychac, fête de la Saint Jean, 11 novembre… Ils participeront à plusieurs congrès régionaux des Pueri Cantores : 1972, 1974, 1976. Des échanges se produiront avec des manécanteries amies : celle des Petits Chanteurs de Saint-Gervais de Langon dirigée par M. Michel Dutilly, ou celle des Croix d’Azur de Grand-Lebrun animée par le frère Guillet. Ils se produiront à Bourg-sur-Gironde où vient de s’installer leur ancien directeur, l’abbé Tillier comme curé de la paroisse, et effectueront une tournée dans le pays basque en 1976.

Un des temps forts de la vie de la manécanterie fut sa participation au 15ème congrès international des « Pueri Cantores » à Rome du 27 décembre 1974 au 2 janvier 1975. Les jeunes se souviendront longtemps de ce grand rassemblement mondial et des heures les plus importantes qu’ils y ont vécues : l’ouverture du congrès à Saint-Pierre, la messe dominicale à Saint-Jean de Latran, les répétitions et la messe papale du 1er janvier. Ainsi nos petits chanteurs revêtus de l’aube blanche, parmi des milliers de choristes, ont chanté la Paix dans la ville éternelle. Cette magnifique rencontre est un splendide témoignage de jeunes au service de la foi et de leurs frères par leurs chants.

1977 : Les petits chanteurs fêteront dignement le 10ème anniversaire de la manécanterie en interprétant des extraits de la cantate n° 4 de Jean-Sébastien Bach avec le concours de quelques instrumentistes. À cette occasion, le délégué régional leur adressait ses félicitations et encouragements en ces termes : « Félicitations pour ce dixième anniversaire. Vous avez une immense tâche : celle de faire passer autour de vous, votre joie de chanter. Il y a tant de jeunes qui n’ont pas votre chance, tant de jeunes qui n’ont pas été « appelés » dans une manécanterie et qui traînent un peu partout, désœuvrés et ne pouvant transmettre cette joie que vous possédez. Quand on regarde le visage d’un petit chanteur, ont doit pouvoir deviner que le chant choral est un messager merveilleux : il réveille dans le cœur de ceux qui vous écoutent, des sentiments d’enfant, de simplicité, de pureté, de beauté. Un petit chanteur triste est un triste petit chanteur. Continuez votre travail de missionnaire. Vous n’avez pas le droit de chanter pour vous seuls. Et qu’à travers toutes les messes que vous animez, les concerts que vous donnez, Jésus-Christ soit mieux connu, mieux aimé : signé Frère René Guillet ».

Début 1978, pour des raisons professionnelles, je passai la main à Michel Brochard, petit chanteur de longue date. Un souffle nouveau était donné. Sous son impulsion la manécanterie vivra encore de longues et belles années ».

Teste extrait de La vie religieuse à Blanquefort au XX° siècle, Henri Bret, éditeur G.A.H.BLE, 2004, p. 111-114.

joomla template