Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les grandes mutations économiques.

En ce début du 19ème siècle, la population rurale de Saint-Aubin sortait à peine de Moyen-âge. Environ 250 habitants sont disséminés sur 3472 hectares dont la commune possède 3000 Ha. En vertu de la loi de 1793, attribuant les biens "délaissés" des ci-devant émigrés aux collectivités locales nouvellement formées. Les propriétés ainsi "acquises" étaient celles des Villepreux, des Grailly ainsi que des terrains de l'Eglise. Le domaine de Cujac appartenant au sieur Raby, roturier, ancien consul de la bourse, semble bien être resté la propriété de cette famille.

Trois grandes exploitations et quelques dizaines de petits exploitants se partagent le reste, pasteurs, laboureurs, vignerons qui végètent sur les quelques terrains cultivables dont une partie est toujours maintenue en jachère. Saint-Aubin est, alors, une vaste lande où paissent de nombreux troupeaux, parsemée de quelques bosquets de chênes ou de pins avec, dans les endroits humides, des vergnes et des roseaux. Des châtaigniers sauvages et quelques arbres fruitiers offrent un complément à la nourriture des paysans. Le bois de bourdaine est réservé au « Moulin à poudre » (lou moulin), la poudrerie de Saint-Médard. Soigneusement carbonisé, mélangé au salpêtre et à d'autres ingrédients dans de vastes marmites, il sert à confectionner cette poudre noire instable dont les explosions intempestives laissèrent des souvenirs cuisants aux rescapés.

Les activités forestières, au fur et à mesure que la forêt remplacera la lande, vont se développer. Vont apparaître, à côté des bûcherons, des scieurs de long, des charpentiers de haute futaie, les « arrousineys » ou résiniers, les bâtonniers (fabricants de bâtons ou de manches à balais). Dans certaines familles, on est tailleur de « bruques » de père en fils. Les « bruques » sont des plantes servant à la litière des animaux domestiques, bruyères, grandes herbes dites « Aoubès » coupées avec le fauchon ou la « bigote », qu'on présente en petits rouleaux façonnés avec les pieds et qu'on écrase avec les « esclops » (sabots).

On compte au moins trois tuileries :

- Au Pivat qu'on prononce Piouat, dont il ne reste que quelques trous au Sud-ouest des actuels terrains de sport.

- A Boutuges, dont nous avons retrouvé les vestiges grâce aux renseignements de plusieurs Saint-Aubinois de souche.

- Au Tronquet, qui existe encore.

On produisait aussi de la chaux. Périodiquement les tuiliers se transformaient en chaufourniers. À l'intérieur de leur four à briques, ils construisaient un autre four en pierres calcaires, suivant des règles très strictes. En cuisant et en se refroidissant, cette voûte calcaire ne devait pas s'écrouler. Abel et André Gravey ont éteint leur dernier four en 1968.

Le grain était moulu sur place. Il dut y avoir plusieurs moulins, mais le dernier mentionné appartenait à M. de Raoul, le seigneur du lieu. Son emplacement est probablement recouvert actuellement par le quartier des Garouilles dont une partie a gardé le nom de « moulin à vent ». Son dernier meunier connu fut André Dignan qui mourut d'un accident de travail en 1757.

On voit se développer quelques professions artisanales et commerciales. Plusieurs générations de Peyrou ont exercé le métier de tailleur d'habits à Loustauvieilh, puis un certain Layen leur succéda à Cujac. On voit apparaître des marchands de tamis et de cordes, un tonnelier, un charpentier, un cordonnier, une couturière tailleuse de robes, un terrassier et même un ouvrier, probablement à la poudrerie de Saint-Médard.

Mais la principale ressource, c'est l'élevage. La terre est sablonneuse et graveleuse, donc très sensible à la sécheresse et peu fertile. Pour la faire produire, il faut la fumer abondamment. D'autres coins de terre, trop humides parce que l'alios ou l'argile affleurent, ne produisent que des herbes coupantes ou des roseaux. En 1861, le maire, Charles Langlois, dans un rapport à l'administration, énumère quelques ressources liées à l'élevage. Le cheptel est de 3 200 brebis dont les agneaux vendus à Bordeaux rapportent, avec les produits des 1 600 vaches et des 70 juments poulinières, 17 000 F. par an. On n'a pas mentionné les ânes, mulets ou porcs qui ne sont pas commercialisés mais utilisés sur place pour le travail ou la consommation familiale. La lande produit des brandes qu'on vend pour 3 000 F., mais la grande richesse de Saint-Aubin, c'est son fumier dont une des matières premières est constituée par des « bruques » dont nous avons parlé ci-dessus. On vend 1 900 charrettes de fumier chaque année pour 19 000 Francs. En d'autres termes, le fumier, principale production de la commune, rapporte plus que les animaux qui le produisent. Quelques années plus tard, en 1876, on note que la population est de 287 habitants et que la production de vin est de 150 tonneaux, soit 135 000 litres environ. Les principaux producteurs sont le château Cujac (28 tonneaux), le château Hautegrave (M. Grédy) (25 tonneaux), et le château Latour ou Caillavet (M. Grelet, maire) situé à l'ouest de la route de Lacanau pour 10 tonneaux. Une vingtaine de petits vignerons se partagent le reste. À ce moment-là, la surface couverte de landes s'est considérablement rétrécie. Elle n'est plus que de 1 450 hectares.

 

Texte extrait : Chronique de Saint-Aubin-de-Médoc, René-Pierre Sierra, juin 1995, éditeur mairie de Saint-Aubin-de-Médoc, p 129-132.

 

joomla template