Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les anciens commerces.

Nous connaissons les magasins, boutiques, ateliers d'aujourd'hui, mais ceux d'autrefois ?

La rue principale n'était pas l'actuelle rue Durand-Dassier, mais celle du Général de Gaulle ; dénommée « chemin de Bigeau » au tout début, la majeure partie des commerçants s'y trouvaient :

- au 4 : un marchand de grains, M. Gantié.

- au 11 : une charcuterie tenue par M. Chaussat.

- au 15 : dans les années 1970, un dentiste, puis la caisse d'Épargne jusqu'à son transfert à la Saboterie.

- au 16 : le salon de coiffure de M. Maran à compter de 1938.

- au 20 : une poissonnerie de 1968 à 1969 - dépôt de pain à compter de 1970.

- au 23 : le salon de coiffure de M. Parpet jusqu'en 1979.

- au 44 : le garage Dulou.

- au 50 : la première pharmacie de Parempuyre en 1967 ; ensuite, une boutique de mode « Hélène », enfin le pressing actuel.

- au 52 : l'épicerie de Mme Bitarelle, puis de M. et Mme Parachou. Enfin, une supérette (M. et Mme Denguy), ensuite poissonnerie et auto-école, puis le magasin de fleurs Olympe.

- au 55 : une laiterie tenue jusqu'en 1975 (famille Royer).

- au 60 : M. Degans, bourrelier, successeur M. Geindre, Mme Degans, marchande de veaux.

- au 61 : une forge jusqu'en 1945 (M. Lescos).

- au 62 : un tonnelier, M. Charruaud.

- à l'angle de la rue de Macau, la fabrique de buses pour puits est très ancienne.

carte postale à venir.

Rue de Macau :

- au 22 : boutique Maryse, mercerie depuis 1978, alimentation-mercerie de 1956 à 1978, café de 1951 à 1955, avec la poissonnerie attenante de M. et Mme Dufour, Bar 0 - 20 - 100 - 0 (prononcer au vin sans eau) avant 1951, tenu par M. Varaillon

- au 24 : bar-restaurant « Le Parempuyre », le premier propriétaire s'appelait Lambert, donnant pendant longtemps son nom au carrefour tenu ensuite par M. et Mme Hosteins, puis par M. Vaysset ; il devient en 1955 Chez P'tit Louis (père du propriétaire actuel, M. Sevillano).

- au 25 : faisant angle avec le 1 rue du Crébadin travaillait un charron, M. Dugay Gabriel.

- au 27: se trouvait un marchand de porcs, M. Faucher.

- au 33 : l'épicerie le « 8 à 8 » de M. et Mme Dubedout a remplacé l'alimentation tenue par M. et Mme Lescoutras, auparavant épicerie/mécanique auto/poste d'essence (M. Gardeau).

- au 35 : un tabac-alimentation appartenant à M. Duvert avec tabac-journaux remplacé par Mme Sarrazin avant son transfert rue Durand-Dassier.

Rue Maurice Fillon :

- au 45 : boulangerie Plante jusqu'en 1955.

- au 25 : garage de M. Jolivet, angle/rue de Gaillard, œuvrait un tonnelier M. Rondeau, autrefois atelier de maréchal-ferrant.

carte postale à venir.

Rue Durand-Dassier :

Les plus anciens magasins (quincaillerie-droguerie, tabac-journaux) datent des années fin 60 début 70. Les autres sont beaucoup plus récents. L'épicerie, qui naguère avait « Shopi » pour enseigne, tenu auparavant par M. Capeyron, était autrefois « La Ruche » tenue par M. Pauly.

L'auberge Valéry a remplacé le café de Mme Soriano, précédée de Mme Dulou. Bien avant, vers le début des années 1800, une auberge appartenant à M. Seguin occupait les lieux. Elle ouvrait sur la rue principale et comportait une salle de danse attenante (actuel restaurant). La boutique « de Fil en Aiguilles », mercerie depuis 45 ans, fut autrefois une forge (M. Sans).

- au 5 : existait un café-restaurant-tabac.

- au 6 : avant les années 30 un coiffeur, beaucoup plus récemment un dentiste, M. Rivière.

- au 7 : la boucherie de M. Lasserre.

- au 6 : à la fin du XIX siècle, un restaurant « Le Relais des Cantines » servait de halte charretière aux ports de Lagrange et Grattequina.

Au port de Lagrange à l'angle du quai, se trouvait au siècle dernier le bureau des douanes ; un restaurant et quelques maisons plus loin, face au fleuve, un café.

Au Flamand, M. Monbard possédait une laiterie-fromagerie. En 1943, elle fut déplacée dans les chais du château de Parempuyre (aujourd'hui Clément-Pichon).

Texte extrait : Parempuyre, sa mémoire, ouvrage collectif édité par le Comité d’animation communale de Parempuyre, 1995, p.88-90.

joomla template