Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La culture de l'artichaut.

En dehors du maraîchage et de la viticulture se développe la culture de l'artichaut. Nous lui réservons une place particulière ; le nom de Parempuyre, à travers l'artichaut dit de Macau a été connu loin de notre région. Cette culture a fait vivre de nombreuses familles sur la commune jusqu'à une période récente.

L'artichaut est une plante potagère qui croît sur des terres argileuses d'alluvions. Il apparaît dans notre région vers 1850. Chaque plan donne plusieurs fruits : le « maître », le plus gros, deux « filleules », trois ou quatre « contre-filleules » et les « croquettes ». Sa culture demande beaucoup de travail et différentes étapes ou « façons » (parler local).

À partir du 10 mars « déchaussage » : une charrue est passée de chaque côté de la plante dans le sens de la rangée pour obtenir un « cavaillon » qui sera « démoli » (éliminé) par un passage de houe en travers. Le cavaillon est un espace de terre compris entre les pieds ou souches d'un même rang que la charrue ne peut atteindre. On doit donc ramener cette terre au milieu du sillon ce qui est fait au passage de la houe.

- dès la fin mars, « détrillage » (éclaircissage) pour ne laisser que les deux plants d'automne afin d'obtenir de beaux fruits. Durant cette période, nouvelle plantation sur des terrains « défoncés » (labours profonds permettant de retourner et d'enfouir les anciennes souches), avec les plus beaux plants récupérés. Un pied de trois ou quatre ans produit de moins en moins, ce qui oblige à renouveler chaque année une partie de la plantation.

- de mai à mi-juillet : coupe des artichauts avec un couteau le matin, triage, mise en caisses la journée et acheminement le soir ou la nuit pour vente sur le marché des Capucins ou de Brienne à Bordeaux.

- en août : « cavaillonage » et, avec une charrue spéciale équipée d'une lame en V, rasage de la « jambe » qui ensuite est brûlée. À noter qu'une « jambe » peut également devenir un plant mais cette méthode est peu utilisée dans notre région.

- à l'automne : récolte des « plantons » (artichauts plantés au printemps) puis mêmes phases de travail que pour les anciens pieds.

- en septembre, octobre : éclaircissage des nouvelles pousses apparues sur les souches rasées au mois d'août pour n'en laisser que deux que l'on retrouvera au printemps.

- en novembre : « achaussage ». Avec une charrue, on réalise un cavaillon qu'on lève côté Nord sur les plants repoussés pour les protéger du froid et drainer le terrain des pluies hivernales.

- décembre, janvier, février : si l'hiver est rigoureux, la feuille est gelée et détruite ; on laisse alors les deux plants de repousse les plus forts. Par de très grands froids (température inférieure à moins 12 degrés), selon l'humidité de la terre, la souche peut geler. L'artichautier est alors contraint de se procurer des plants dans d'autres régions ou chez des voisins dont les terres sont plus protégées.

Durant cette morte-saison, les artichautiers regagnent le village et s'occupent d'autres cultures : vignes, navets, choux, épinards, avant de repartir au printemps vivre sur le lieu d'exploitation de l'artichaut.

Cette culture de nos jours est beaucoup moins pénible en raison de la mécanisation de l'agriculture. Il y a une trentaine d'année, le rasage, le chaussage et le déchaussage se faisaient à la main avec un « bigos » (mot occitan). Cette pelle bêche arrondie et montée sur son manche comme un trident permet de sarcler et de ramener la terre. La concurrence de Bretagne, du Roussillon et même de l'étranger, ainsi qu'une réduction de sa consommation tendent à faire disparaître l'artichaut de notre région. À Parempuyre, plus une seule famille ne vit de sa culture.

 Texte extrait : Parempuyre, sa mémoire, ouvrage collectif édité par le Comité d’animation communale de Parempuyre, 1995, p.80-82.

joomla template