Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les armes et les origines du nom de Blanquefort.

C’est un système d’identification visuel pratiqué depuis le moyen-âge dans toute l’Europe Au XIème siècle, c’est dans un vers de la Chanson de Roland (chant CCXXV, vers 3090) que l’on trouve une mention de ces signes de re-connaissance  "Escuz unt genz, de multes cunoissances"

(Traduit par Joseph Bédier, p. 257: "et leurs écus bien ouvrés sont parés de maintes connaissances")

Au XIIème siècle, tous les chevaliers arboraient sur leurs armures et les drapeaux leurs blasons personnels ou familiaux, Ce signe de reconnaissance concerne les personnes, les lignées familiales – on parle alors de blason- et les collectivités corporations de métiers, villes, régions, pays...

Les armes de Blanquefort, telles que nous les reproduisons, nous semblent parfaitement authentiques : fascé, contre-fascé d’or et de gueule à 4 pièces.

blason

La seule remarque que nous puissions faire, c'est que le contre-fascé de 4 pièces n'est pas un mole courant, car il se fit plus souvent par la suite en 6 pièces. Elles remontent fort probablement à la fin du XIe ou dans le début du XIIe scle. Sans vouloir entrer dans le domaine très touffu de la science héraldique, nous pouvons mentionner au passage que les plus anciennes armes régionales sont celles des Bordeaux (d’or = un seul métal) et d'Albret (de gueule = un seul émail). Celles des Bordeaux doivent remonter sensiblement à la fondation de cette maison  par Hélie, avant 1050.

blason1

Les armes des Blanquefort sont contemporaines ou peu sensiblement postérieures car les parti, coupé, tranché, fascé, etc., datent de la plus ancienne époque. Les premières surcharges paraissent dans la seconde moitié du XIIe siècle et n’étaient composées de pièces que d'un seul métal ou d'un seul émail, tels que les besants, les tourteaux, les cles, etc., presque toutes tirées de l'habillement civil ou militaire. Les mâcles, sorte de carrés de tal évidés, étaient cousues sur les broignes de cuir ou de drap dans l'armure du XIIe siècle qui ne fut remplacée qu'au XIIIe scle par le haubert de maille.

Ces armes des Blanquefort remontent sans doute au temps de la première lignée avec Almeyric et Arnaud. La forme de l'écu tel que nous la donnons (dit « ancien ») subsista dans le blason jusqu'au XVIe siècle.

Quant à l'origine du nom de Blanquefort, nous regrettons de ne pas accepter la légende sympathique de Blanche la Sarrazine si ancrée dans le Médoc. La forme de la vieille forteresse est trop authentiquement « normande » avec sa « motte » de fondation pour laisser croire à une demeure plus ancienne dont on aurait-emprunté le nom.

Il existe encore à l'heure actuelle des lieux-dits le long des jalles, en amont comme en aval, qui ont conservé à moins de cinq cents mètres du château, les noms de moulin blanc et moulin noir. Il y a donc de fortes chances pour que Blanquefort se traduise par forteresse blanche qui devait, à lpoque, éclater de très loin dans un paysage de palud assez dénudé.

Texte et iconographie extrait de :  Les « Blanquefort » et les origines wikings dites normandes de la Guyenne sous la féodalité, Maurice Métraux,p.25-26. (cf bibliographie).

joomla template