Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Les Victimes oubliées.

Il s’agit des hommes morts pour la France, dont l’avis de décès ou de disparition a été adressé à la mairie d’Eysines, qui sont cités sur la liste des veuves et orphelins établie par la mairie et dont le nom n’a pas été porté sur le monument aux morts. Pour ceux qui ne sont pas nés à Eysines, on aurait pu penser qu’ils figuraient sur le monument de leur commune d’origine ; après vérification il apparaît que ce n’est pas le cas. Il semble qu’aucune règle précise n’ait été établie pour définir les critères d’inscription sur les monuments aux Morts de 14-18. Le comité pour l’érection du monument a réuni les souscriptions et arrêté la liste ; le conseil municipal n’a été sollicité que pour le choix de l’emplacement du monument et pour compléter la souscription.

Voici la liste de ces « oubliés » :

Andrucetti Gaston Robert, né le 23.10.1890 à Mérignac, fils de Charles Alfred et de Marie Sainte-Beuve, habitant Eysines, disparu au combat le 22.8.1914 à Saint Vincent (Belgique), du 7ème RIC. Acte transcrit à Eysines le 16.7.1920. N’est pas sur le monument de Mérignac.

Cadis Jean, né le 4.8.1893 à Carcans, fils de Cadis Marie, habitant Eysines, tué à l’ennemi le 18.7.1918 au Bois-Chiroux près des Hurlus (Marne). Caporal au 22ème BCA, venu du 5ème Chasseurs d’Afrique. Acte transcrit à Eysines le 28.2.1919 : Cadis Jean Amédée, sur le monument de Carcans.

Caudéran Antoine, né le 19.10.1877 à Eysines, fils de Pierre et de Marie Cazeaux, + le 28.7.1917 au Mont Notre Dame (Aisne) de blessures de guerre (H.E. 32 à Bray sur Somme sur MdH), du 212ème RI. Acte transcrit à Eysines le 12.3.1918. Son avis de décès a été adressé à la mairie de Mérignac, celle-ci l’a transmis à Eysines, car, « originaire de Mérignac, la mère habite la Forêt ».

Danet François, capitaine au 158ème R.I. disparu le 29.5.1918 à Branges (Aisne). Son avis de disparition a été adressé à la mairie d’Eysines, c’est le seul document connu le concernant. Il n’est pas dans le fichier du ministère des anciens combattants.

Ferron Jean, né le 15.3.1877 à Eysines, + le 24.11.1914 à l’hôpital temporaire de Caudéran des suites d’une maladie contractée en service, 140ème RIT. Numéro matricule 17074 au corps et 9018 rec. Bordeaux. Acte adressé à Lacanau. Correspond peut-être à Albert Ferron + en 1915, sur le monument aux morts de Lacanau.

Giraudeau Jean, né le 13.9.1880 à Eysines, tué à l’ennemi le 9.7.1916 à Biaches-la-Maisonnette (Somme), 37ème RIC. Acte transcrit le 5.1.1917 à Bordeaux.

Labeyrie Jean Maxime, né le 19.10.1893 au Taillan, fils de Pierre Labeyrie et de Marie Feydieu, célibataire habitant Eysines, + le 11.5.1915 dans le Parc Charruyer à La Rochelle. 24ème RA. (Pas de mention « Mort pour la France »). Acte transcrit à Eysines le 8.6.1915. N’est pas sur le monument du Taillan (où l’on trouve Camille Labeyrie) ni dans l’église (où il y a Jean Labeyrie + 6.9.1916).

Lamoureux Henry Gaston, né le 11 (12 sur MdH).12.1895 à Mirambeau (Charente maritime), fils de Henry Alfred et de Marie Dugay, habitant Eysines, tué à l’ennemi le 27.9.1918 à la butte de Souain (Marne). 62ème RI. Numéro matricule 12413 au corps et 2832 rec. Bordeaux. Acte transcrit à Eysines le 24.2.1922.

Ordequy Bernard, né le 6.8.1884 à Eysines, fils de Victor Baptiste et de Madeleine Juste, disparu le 22.8.1914 à Eton (51). 220ème RI. Avis de disparition adressé à Eysines pour prévenir Victor Ordequy. Acte de décès transcrit à Mérignac le 7.12.1920. Porté sur le monument de Mérignac, Bernard Ordequy est le premier eysinais mort en 1914. Il est tombé dans les combats livrés par l’armée française en retraite devant Verdun. Mais ce n’est qu’en février 1916 que la famille sera avisée de sa disparition. Il n’a pas été retenu pour figurer sur le monument aux morts d’Eysines.

Rey François, né le 2.5.1874 à Eysines, fils de Pierre et de Pétronille Saux, + le 26.3.1917 à l’Hôpital mixte de Tarbes. 12ème RI. (La mention « Mort pour la France » n’est pas portée sur l’acte de décès, mais elle est sur la fiche du ministère des Anciens Combattants). Sur le fichier des A.C.: « Extrait des registres de décès transmis le 26.3.1917 au maire de Blanquefort ». Acte de décès transcrit le 8.5.1917 à Eysines.

Tessandier Jean, né le 29.6.1892 à Lamarque, fils de Jean et de Marie Dupouy, habitant Eysines, tué à l’ennemi le 20.7.1916 à Estrée (Somme). 319ème RI. Acte transcrit à Eysines le 24.10.1921. N’est pas sur le monument de Lamarque, il y a un Jean Tessandier sur le monument de Margaux.

 

 

joomla template