Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Année 1915.

Le premier paragraphe résume le déroulement des principales opérations, un second donne la liste des victimes d’Eysines, département par département, ceci pour permettre d’établir un lien entre nos héros et l’Histoire.

Les opérations.

Pour les Allemands, priorité est donnée à l’organisation économique intérieure pour pallier les effets du blocus maritime ; sur le plan militaire, il s’agit à tout prix d’obtenir une paix séparée à l’est pour avoir les mains libres à l’ouest. Du côté des alliés, l’Entente n’est pas monolithique : Winston Churchill, ministre de la guerre préconise une stratégie indirecte : renforcement du blocus, expédition des Dardanelles, ouverture d’un nouveau front dans les Balkans pour éliminer la Turquie et assurer la liaison avec les Russes. Les Français jugent plus urgent de libérer le territoire national. L’Italie rejoint le camp des alliés ; un nouveau front s’ouvre au sud de l’Autriche.

Les austro-allemands déclenchent une grande offensive à l’est ; devant la résistance des armées du tsar Nicolas II, ils se décident à jouer, avec Lénine, la carte de la révolution. Les franco-britanniques pensent qu’il est encore possible de percer les défenses allemandes et reprendre la guerre de mouvement.

Sur le front ouest, l’État-major français pense encore pouvoir percer les défenses ennemies et reprendre la guerre de mouvement. Des combats locaux ont lieu sur tout le front, des Vosges aux Flandres où les Allemands utilisent pour la première fois à Ypres des gaz asphyxiants (l’ypérite) ; de grandes opérations en Champagne (février), en Artois (mai), en Champagne et en Artois (septembre), ne permettent pas de percer.

Nos morts.

Aisne : Laborde Joseph, le 25.1.1915 à la Creute, Ardouin Abel, le 27.1.1915 à Oulches-Heurtebise, Grain Ernest, le 27.8.1915 à Paissy, Laporte Pierre, le 23.11.1915 à Glennes.

Marne : Courbin André, le 16.2.1915 à Perthes les Hurlus, Theil Ferdinand, le 27.5.1915 à Fismes, Girodeau Joël, le 21.9.1915 à Souain, Morère Jean, le 25.9.1915, tué à l’ennemi à Ville-sur-Tourbe.

Meurthe et Moselle : Garribert Michel, le 5.4.1915 au Bois-le-Prêtre, Claude Henri, le 15.5.1915 à Flirey, Pédemey Paul le 20.5.1915 à Feyt-en-Haye.

Meuse : Chivensac Georges, le 21.3.1915 au combat des Trois Ravins au bois de Lachalade, Babouet Louis, le 22.5.1917 à Secteur-des-deux-Bois.

Pas-de-Calais : Maysonnave Guillaume, le 10.2.1915 à Sains-en-Gohelle, Nougueyrède Edmond, le 8.7.1915 à Estrée-Cauchy, Lebouvier Constant, le 26.9.1915 à Neuville-Saint-Vaast, Miqueau Joseph, le 27.9.1915 à Roclincourt, Curat Chéry, le 1.10.1915 à Souchez, Segurel Roger, le 2.12.1915 à Loos.

Somme : Barbère François, le 8.2.1915 à Amiens.

En mer : Guérin Paul, le 18.3.1915 dans le naufrage du cuirassé « Bouvet » (Bataille des Dardanelles), Brun Joseph, le 3.5.1915 à bord du transport hôpital « Canada » à la suite de blessures à l’ennemi.

À l’étranger : Villemeur Félicien, le 8.11.1915 à Itongo (Cameroun)

Divers : Labeyrie Maxime, le 11.5.1915 à la Rochelle, Tougne André, le 6.7.1915 à Eysines.

joomla template