Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La famille de Durfort.

Cette famille, maitresse de la région blanquefortaise, possèdera de dignes représentants, parmi lesquels :

- Guy-Alphonse de Durfort de Duras, duc de Lorges, né en 1650. Lieutenant général dans l'armée de Turenne, il sauva celle-ci à la mort de son chef. II se distingua aux batailles d'Altenheim, de Pfortzheim, d'Emersbourg et fut fait capitaine des gardes, maréchal de France (1676), puis duc et pair. Il mourut en 1763 ;

- Louis de Durfort, comte de Feversham (1638-1709), frère du précédent, quitta le service de Louis XIV pour passer à celui de Charles II, qui le nomma ambassadeur lors de la paix de Nimègue. Vice-roi d'Irlande, premier écuyer de la reine, généralissime des armées de Jacques II, il fit prisonnier le duc de Monmouth et forma à l'art de la guerre le fameux Churchill, duc de Malborough ;

- Jean-Baptiste de Durfort (1684-1770) entra d'abord aux mousquetaires. Lieutenant-général en 1720, il se signala en Allemagne et en Espagne. Commandant du Château-Trompette de Bordeaux, gouverneur de Guyenne, puis de Franche-Comté, Maréchal de France en 1751.

Par un dénombrement établi par Guy Abdonce de Durfort, le 3 août 1663, nous savons quelle était l'étendue de la seigneurie de Blanquefort. Elle comprenait : « Vingt paroisses avec droit de justice haute, moyenne et basse, baylerie, péage, droit d'espaces, amendes, cens, rentes, lots et ventes, mesurage, guet, droit pour faire vendre et débiter son vin pendant le mois de mai, boucherie, corvées d'hommes et de bétail, garennes, vignes, marais desséchés ou à dessécher, moulins, prairies, chemins communaux dans toute la seigneurie. Laquelle confronte du midi à la banlieue de Bordeaux, à la paroisse de Martignas, bornes entre deux, lande de Lège, Le Porge, etc. »

Peut-être, cet état fut-il établi à la suite d'un incident survenu quelques années auparavant, en 1657. À cette date, le seigneur de Durfort, ne connaissant pas très bien les limites de ses propriétés, fit faire des canaux dans des palus appartenant à la ville de Bordeaux. Devant les protestations de cette dernière, il dut interrompre les travaux.

Nous avons déjà traité largement de cette période du XVIIème siècle en étudiant, dans un chapitre particulier, l'histoire des châteaux médocains. Ne nous attardons donc pas sur cette époque, mais mentionnons toutefois des faits qui nous intéressent. Pendant la guerre de Hollande, des Espagnols furent faits prisonniers sur les côtes du Médoc. Le maréchal de Roquelaure, commandant militaire de Bordeaux, écrivit à ce sujet, le 7 août 1677, à Colbert : « Une frégate de Sa Majesté poursuyvant un brigantin espagnol, vint et deux matelots du dit brigantin furent obligés d'eschoir dans la côte de Lesparre. Les officiers de Monsieur le Mareschal de Grammont les ont pris, il y a trois jours, avec un officier. J'ay ordonné, Monsieur, qu'on les mist dans le château de Lesparre où ils demeureront jusques à ce que vous me fassiez l'honneur de me mander ce que je dois faire des dits prisonniers. On n'a pas pu me faire savoir encore la qualité de l'officier, insy je ne puis vous le faire savoir présentement ; j'ai donné l'ordre de le faire au plutost. »

Louis XIV, voulant rétablir Jacques II sur le trône d'Angleterre, entraîna la France dans la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1689-1697). Les Irlandais catholiques, ayant refusé de reconnaître pout roi Guillaume d'Orange, prirent les armes. Forts de 1’appui du roi de France, plusieurs d'entre eux s'installèrent provisoirement en France, notamment les O'Connor et les Lynch au château Breillan et les Dillon au château Terrefort, à Blanquefort.

 Guy Dabadie, Histoire du Médoc, imprimerie Samie, Bordeaux, 1954, p.166-167.

joomla template