Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

Présentation du Médoc.

Le Médoc est porteur d’une forte identité locale due notamment à son histoire ainsi qu’à ses multiples facettes.

* Localisation.

C'est une véritable presqu'île, délimitée à l’ouest par l’océan atlantique (environ 88 km de côte océanique) et à l'est par l’estuaire de la Gironde. Sa limite nord est naturellement délimitée par l’embouchure au niveau de laquelle la Gironde se jette dans l’océan Atlantique, entre Le Verdon et Royan. Par contre, sa limite sud est plus arbitraire : officiellement, le Médoc prend fin à la Jalle de Blanquefort, appelée aussi Jalle noire. Cette limite inférieure passe également par Le Porge et prend fin au niveau de la réserve naturelle des marais de Bruges.

* Origines du nom.

L’ancien nom du Médoc est Meduli litus. Deux grandes théories s’affrontent quant à l’origine de ce nom. L’une soutient la thèse de la traduction latine qui signifierait littéralement « entre deux bords » faisant ainsi référence à la situation géographique du Médoc pris entre les bords de l’Atlantique et ceux de la Gironde.

L’autre thèse, soutient que l’origine de ce nom viendrait du peuple gaulois, les Médulles ou Medulli, une tribu de montagnards, dont une branche aurait pris ses quartiers dans le Médoc au 1er âge du fer. « Meduli litus », donna pendant longtemps, le nom de méduliens/méduliennes aux habitants du Médoc. Transformé peu à peu en médoquin/ médoquine (en gascon médouquî, -ina), les habitants du Médoc portent désormais le nom (généralisé par homophonie) de médocains. Enfin, on note aussi comme origine probable, le nom latin « in medio aquae » qui signifie « au milieu des eaux ».

* Historique.

Le Médoc est une terre chargée d’histoire. Toutefois beaucoup d'hypothèses sont énoncées : en effet, peu de traces d’occupation d’un peuple préhistorique n’ont été retrouvée. Les hommes du Paléolitique (jusqu'à -7 500 ans) n’ont laissé que d’infimes traces de leur implantation en Médoc.
De part son climat et sont paysage, le Médoc offrait aux hommes préhistoriques un relief pauvre et plat, sans grottes ou autres abris. Ce n’est qu’après la période glaciaire, avec la modification du paysage médocain, le réchauffement des températures et la montée des eaux qui ont progressivement formés la presqu’île de Médoc, que les peuples trouvent en Médoc une terre d’accueil. Au début de l’âge du métal (appelé aussi protohistoire), le Médoc a révélé ses capacités et la richesse de son sol. Riche en gisements à l’âge du bronze (-1 800 à -725), le Médoc devient ainsi propice aux créations en tous genres (sculptures, etc.)

De nombreuses fouilles, notamment à Soulac, révèlent une forte activité liée au bronze avec entre autres la découverte du célèbre Sanglier de Soulac. La période de l’âge de fer (-725 jusqu'à -25) fût également une période importante dans le développement des terres méduliennes avec notamment l’installation du fameux peuple des Médulles (Medulli). Juste avant la romanisation, le Médoc épargné par la guerre des Gaules cohabite avec un peuple Celte : les Bituriges Vivisques (en latin : Bituriges Vivisci). Ce peuple celte occupait toute l’embouchure de la Gironde, Bordeaux (aciennement Burdigala, du latin « gala » = lieu gaulois et « burdi » = fer) était alors leur chef-lieu. Ces derniers ont fondé en Médoc la ville gallo-romaine de Noviomagus, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui sur le site archéologique de Brion, à Saint-Germain-d’Esteuil. La romanisation fût profitable au Médoc. C’est lors de cette période que les romains ont introduit la viticulture, le commerce du vin était né ! Depuis ce temps là, le médoc s'illustre à travers le monde de part ses vignobles, des plus connus aux plus typiques...

* Paysages Médocains.

Le Médoc se présente sous différents visages. Trois grands types de paysages se partagent la presqu’île offrant ainsi de nombreux environnements aussi riches que contrastés.
- le Médoc viticole. Fort de son histoire, le Médoc est aujourd’hui l’un des vignobles les plus connus au monde.
Dans le prolongement du vignoble Bordelais on trouve sur les coteaux de la Gironde d’immenses surfaces viticoles qui font le charme et la renommée de la région.

- la Lande médoquine. Traditionnellement appelée « pinède », les forêts du Médoc s’étendent sur des hectares entiers essentiellement boisés de pins maritimes. Officiellement rattachés aux Landes de Gascogne, ces terrains étaient à l’origine pour la plupart impropres à toute culture et essentiellement marécageux. Le 19 juin 1857, une loi ordonne l'assainissement et la mise en culture des Landes de Gascogne. Cette loi impose aux communes des départements de la Gironde de boiser leurs terres. De cette loi découlera donc l’assèchement d’une grande partie des marais médocains créant ainsi une activité forestière d'autant plus en Médoc, qui exploitait déjà depuis très longtemps le pin maritime notamment pour sa résine.

- le littoral médocain. Autre visage, loin des vignobles, les plages du Médoc s’étendent sur près de 90 km de long baignées par l’océan Atlantique et constituent une grande partie de la côte d'Argent. Cette large bande de sable a permis, au cours de l’histoire, la création d’une dizaine de stations balnéaires plus ou moins anciennes qui révèlent toutes un visage unique. Grâce à sa situation géographique le littoral médocain offre de puissantes vagues propices à la pratique du surf, du bodyboard ainsi que de multiples autres sports nautiques. Le Médoc est aussi un des hauts lieux du naturisme notamment grâce au centre Hélio-marin de Montalivet, premier domaine de vacances naturistes familiales au monde et de son homologue le centre naturiste d'Euronat à Vensac.

Au-delà des plages, se présente au milieu des bois, de nombreux lacs et étangs qui hébergent une flore et une faune typique.

texte issu de http://www.guide-medoc.com/historique-medoc.html

Il existe aussi, sur la côte Atlantique, entre le vert de la nature, et le bleu de l’eau, un resort naturiste, La Jenny, avec toutes les infrastructures pour les vacances. 



joomla template