Accueil
Le Canton
Blanquefort
Eysines
Parempuyre
Le Pian-Médoc
Ludon-Médoc
Macau
Saint-Médard-en-Jalles
Le Haillan
Le Taillan-Médoc
Saint-Aubin-de-Médoc
Bruges
-------------------------------
-------------------------------
Mode d'emploi
-------------------------------

Lettre d'information




Joomla : Porte du Médoc

Rechercher sur le site

La période antique.

Dans une courbe de la Jalle, entre les lieux-dits Gajac et Le Thill, au lieu-dit Poujau de la Chapelle, Léo Drouyn a prospecté un site à imbrices et à tegulae, avec des fragments de poteries antiques. Il y voit, sans preuves, les traces d'un camp : Durand (M.), dans Compte rendu de la Commission des Monuments Historiques de la Gironde, l851, p.-5 ; Drouyn-(L.), s. d, Notes archéologiques, 48, 1861, p. 308 ; 1865, I, p. XLIII-XLIV; Piganeau (E.), 1897, p. 6-7.

Au lieu-dit Moulin de Thill (aujourd'hui Til), deux plaques de marbre inscrites ont été remployées dans les murs du moulin. La première est une plaque rectangulaire en marbre blanc, de surface courbe, avec trois trous de fixation ; elle porte, sur la surface convexe, l'inscription funéraire suivante : C(aius) Ninnius C(aii) l(ibertus) Tertius / v(ivus), Cn(eius) Epidius G(aiae) l(ibertus) Quartio, / v(iva), Naevia G(aiae) l(iberta) Salvia [Wuilleumier (P.), 1963, n°144], C renversé pour G(aiae) ; sur la surface concave : Ti(berius) Monnius, / sal(ve), vale, Ti. f(ilius). [Wuilleumier (P.), 1963, n° 143] ; la transcription de la seconde ligne est problématique (haut. 0,10 m ; long. 0,44 m ; ép. 0,03 m). La seconde est une plaque rectangulaire en marbre blanc, cassée â droite, avec deux trous, de fixation ; elle porte l'inscription funéraire suivante : D(is) [M(ànibus)] / Matrilius Sabin{us ou ianus- - -) / sibi et Crobul(a)e,uae et [-- -)/Cyriac(a)e, conjugi, et Aet[- - -] / Severae, Viatrici et Sau[- - -] [et] / libertis libertabusq[ue suis (?) posterisque] / eorum. H(oc) m(onumentum)/ [h(eredem) n(on) s(equetur)] ou H(uic) m(onumento) [d{olus} m(alus) a(besto)], époque antonine ou sévérienne : Coupry (J.), 1955, p. 198-199, fig. 14- 15 ; 1956b, p. 5-9, 1 fig. ; 1956a, p. 35-39, 1 fig ; Wuilleumier (P.), 1963, n° 142. En décembre 1967, a été découverte une tegula avec estampille Merula Toutissae (incomplète) : Costes (M.), Assemblée générale du 10.12.1967, dans Bull. Soc. Arch. Bordeaux, 65, 1963-1969, p. 94. Près du terrain de sport, en février 1969, on a découvert une cuve de sarcophage trapézoïdal, mérovingien, avec un squelette (long. 1,90 m) : Coupry (J.), 1969, p. 352 ; Marysse (I), 1989, Corpus, XI, n° 148.

Texte extrait de  « Carte archéologique de la Gaule, pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost. Page 542-543 : le canton de Saint-Médard-en-Jalles dans La Gironde 33/1 par Hubert Sion, avec la collaboration du service Culture et Archéologie du Conseil Général de la Gironde. Diffusion : Fondation Maison des Sciences de l’Homme. Paris 1994. Canton de Saint-Médard-en-Jalles (Insee 63). 542 Saint-Médard-en-Jalles (Insee 449) »

L’histoire de Saint-Médard-en-Jalles est celle d'un peuple obstinément attaché à sa terre. Les premières traces datent de l'âge de la pierre taillée et du bronze.

À l'âge de fer, les Ligures occupent le site durant plus de cinq cents ans. Vers le Vème siècle av. J.-C, ils sont chassés par les Ibères venus d'Espagne. Au IVème siècle av. J-C, arrivent les Bituriges Vivisci. Ces Celtes, venus des bords du Main (affluent du Rhin) s'installent en Médoc. Ils deviendront les Bituriges Meduli et créeront Burdigala (Bordeaux). En l'an 56 av. J-C, une armée romaine commandée par un lieutenant de Jules César, Publius Crassius, conquiert Burdigala et tout le pays médocain. Les Bituriges Meduli vont subir la domination romaine.

La dénomination des villages actuels vient des domaines ou villas que créèrent les vétérans de l'armée romaine : Gajac - villa de Gaïus (le geai) ou Galliacus ; Hastignan - villa de Fautinus ou Faustinus ; Tiran - villa de Tiranus ; Issac semble avoir pour origine Ictus ou bous ; Corbiac - villa de Corbius ; Cérillan - villa de Cerillus ou Cyrillus ; Germignan - villa de Germanus ; Caupian semble avoir pour origine Calvius.

Texte extrait de : Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 7.


joomla template